mardi 22 septembre 2020
Accueil Auto La Série 1 BMW fait sa révolution

La Série 1 BMW fait sa révolution

Publié le

BMW vient de lancer la troisième génération de sa compacte à succès.

Afin de gagner en efficience et surtout en espace intérieur, la nouvelle Série 1 adapte l’architecture traction avant des Série 2 et X1. Soyez rassurés, elle demeure l’une des compactes les plus attractives, avec une gamme démarrant à 27 300 euros.

Pour de nombreux journalistes automobile, BMW est LA marque la plus attractive, celle qui représente le plus le plaisir de conduire, mais aussi une technologie et des performances de haut niveau, ainsi qu’une qualité de fabrication exemplaire. Mercedes et Audi ont réussi à rejoindre aussi cette excellence, mais, pour beaucoup, le cœur est toujours chez BMW… Mais le monde évolue, les réglementations et les goûts des acheteurs aussi : après le diesel dans les années 80, puis les SUV, la marque de Munich a lancé ses premiers modèles traction avant en 2015. Et, à la suite des Série 2, X1 et X2, c’est maintenant la Série 1 (appelée F40 dans la nomenclature interne de BMW) qui se met à la traction avant.

© Photo BMW

Généreux

Contrairement à une “propulsion arrière” (les autres berlines BMW conservent cette architecture), ce sont les roues avant qui entraînent la voiture, gage de meilleure adhérence sur des routes humides mais avec un comportement routier moins joueur en conduite dynamique. Cette disposition adoptée maintenant par tous les constructeurs permet aussi — et surtout — de disposer le moteur en position transversale, et donc de gagner une bonne dizaine de centimètres à l’avant. Pour une longueur identique, l’espace réservé à la cellule habitable est donc nettement plus généreux. Longue de 4,32 mètres (comme la précédente), la nouvelle Série 1 reste légèrement plus courte que ses rivales Audi A3 Sportback (4,34 mètres) et Mercedes Classe A (4,42 mètres). Quelle est la plus belle des trois ? A vous de juger, chacune a sa propre personnalité.

© Photo BMW

Plaisir

Ce design “sportif” laisse augurer un comportement dynamique, qu’en est-il sur la route ? Selon BMW, tout a été étudié pour garantir un plaisir de conduite optimal, et notamment pour réduire le sous-virage typique des tractions. Le résultat est réussi : le nouveau modèle ne se démarque plus vraiment de la concurrence, mais les ingénieurs de Munich ont une nouvelle fois fait preuve de leur savoir-faire, et le comportement routier se révèle très plaisant à l’usage. Côté motorisations, la gamme comprend deux moteurs essence (118i 3 cylindres 140 chevaux et M135i xDrive 4 cylindres 306 chevaux) et trois moteurs diesel : 116d 3 cylindres 116 chevaux, 118d 4 cylindres 150 chevaux et 120d 4 cylindres 190 chevaux, celui étant disponible aussi en transmission intégrale quatre roues motrices xDrive. Signe de leur efficience énergétique, ces motorisations (à part la puissante M135i) ne sont pas soumises au malus CO2 qui frappe durement l’industrie automobile en France. Nous avons pu conduire la 118d en boîte automatique. Cette version n’est pas la plus performante de la gamme, mais présente des prestations déjà très suffisantes. Pas de sportivité, on est loin des glorieuses M, mais une voiture homogène. C’est aussi un choix très cohérent pour les flottes d’entreprise. L’efficace et réactive boîte à double embrayage lui sied très bien. La consommation est faible en toutes circonstances. A l’autre extrémité de la gamme, la M135i xDrive est plus que deux fois plus puissante. Un autre monde, donc, tant pour les performances, que le comportement routier (transmission 4 roues motrices) ou le look (appendices aérodynamiques spécifiques, double sortie d’échappement), mais toujours en 4 cylindres, car oui, l’architecture moteur transversal rend impossible le montage du six cylindres en ligne si typique des BMW.

© Photo BMW

Confort

La nouvelle Série 1 est devenue plus spacieuse. On est plus à l’aise à l’avant, mais aussi à l’arrière. L’ergonomie comme la qualité de finition, comme toujours chez les modèles bavarois et cinq finitions sont proposées. En conclusion, la nouvelle Série 1 est une compacte attractive, performante et très valorisante. Sa gamme démarre à 27 300 euros en 116d. La version 118d automatique que nous avons essayée est affichée exactement 5 200 euros de plus, à partir de 32 500 euros. Des prix très “premium” mais la réputation de la marque engendre une bonne valeur à la revente. Si, comme de plus en plus d’automobilistes, vous commandez votre voiture en location longue durée, sachez que les loyers proposés par BMW sont attractifs. Et comme les conducteurs BMW sont parait-il les plus heureux au volant…

Note globale Série 1 BMW : 2,5 / 5

Les plus

Design et image de marque 

Habitabilité et confort en net progrès

Boîte efficace

Consommation basse 

Les moins

Moins originale qu’avant

Tarif élevé 

Options chères

Publié le

Les plus lus

Covid-19 : le salon Monte-Carlo gastronomie annulé

0
Le groupe Caroli a indiqué le 14 septembre 2020 qu’il renonçait à organiser la 25ème édition du salon Monte-Carlo Gastronomie.

Cendrillon selon Jean-Christophe Maillot

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!