mardi 22 septembre 2020
Accueil Auto Mitsubishi Outlander PHEV 2019 Quand le thermique sert l'électrique

Mitsubishi Outlander PHEV 2019
Quand le thermique sert l’électrique

Publié le

Grand SUV amélioré dans sa technologie hybride rechargeable novatrice, davantage mise au service de la force électrique, l’Outlander PHEV a aussi été repositionné et démarre désormais à 36 490 euros. Monaco Hebdo l’a testé pour vous.

Pionnier du genre lancé dès 2013 au Japon, puis en Europe dans la foulée, ce SUV familial hybride rechargeable de 4,69 mètres de long a été le véhicule le plus vendu de son étroite catégorie, en 2015, 2016 et 2017. On verra pour 2018, mais ce SUV habitable et novateur, déjà multiplié à plus de 150 000 exemplaires, vient à nouveau d’être amélioré dans sa configuration “année-modèle 2019”. Au cœur de cette évolution, son 4 cylindres essence est passé de 2 à 2,4 litres. Désormais à cycle Atkinson, il délivre 135 chevaux et un couple maxi de 211 Newton-mètres, contre 121 chevaux et 190 Newton-mètres précédemment. Mieux : il bascule en cycle Otto dès qu’on en sollicite la pleine puissance. Des deux moteurs électriques associés à la chaîne de traction (82 + 95 chevaux), celui de l’arrière développe 10 % de puissance supplémentaire. De la même façon, la capacité de la batterie lithium-ion a augmenté de 15 % (passant de 12 à 13,8 kW), et celle de l’alternateur de 10 %. Enfin, la gestion du système hybride rechargeable PHEV a été optimisée.

Aérodynamique

Mitsubishi en a profité pour revoir le châssis : rigidité de caisse (qui sert aussi le confort acoustique), réactivité de la direction, réétalonnage de la suspension, force du freinage avec les roues de 18 pouces, etc. En outre, la transmission intégrale S-AWC a gagné deux modes de conduite, Sport et Snow (neige). À bord, la présentation des aménagements intérieurs en sort rehaussée, au travers de sièges avant plus enveloppants, d’un nouveau combiné d’instrumentation et d’une déco intérieure plus recherchée. Dans le coffre, l’ajout d’une prise électrique de 1 500 Watts permet d’alimenter des appareils en 230 volts. Reconnaissable par ses jantes de 18 pouces à rayon, l’Outlander PHEV 2019 s’est également enrichi d’un nouveau becquet arrière plus aérodynamique, alors que la face avant a été légèrement retouchée, calandre, bouclier et éclairage.

Prise

Au volant, sur le mode « roulage tout électrique » EV, ce SUV de bon format évolue en silence. Et avec une vivacité étonnante, propre aux véhicules électriques au démarrage. Toutefois, mieux vaut écraser l’accélérateur avec parcimonie, et enclencher aussi le mode « éco », pour épargner au mieux les ressources électriques, limitées. Ce qui n’empêche pas de tracer — momentanément — entre 80 et 110 kilomètres-heure. Car, inversement, la batterie de traction se recharge un peu à chaque lever de pied. Bref, en zone urbaine ou sur les routes abordées entre 50 et 80 kilomètres-heure, on couvre peu ou prou la distance de 50 kilomètres en tout électrique annoncée par le constructeur. Pas mal, pour ce SUV de 1 880 kilos, également capable de performances élevées dès qu’on entend exploiter l’entière cavalerie du système (10,5 secondes de 0 à 100 km/h). Mais au quotidien, en conjuguant roulage en tout électrique et mode hybride thermique-électrique, on avoisine assez facilement les 2,8 litres aux cent (1,8 l./100 en cycle NEDC corrélé). À la condition d’avoir toujours du courant disponible pour bénéficier en permanence de son précieux appui au roulage, combiné avec le moteur thermique.

Audience

Comme les usagers d’autos électriques, le jeu consiste donc à recharger sur une prise dès que l’Outlander PHEV est en stationnement. Mais ici, sans le moindre souci côté autonomie, puisque le moteur essence peut évidemment animer seul l’auto, ou faire office de générateur pour fournir du courant. Se déployant désormais sur quatre finitions — dont un niveau Business pour les flottes d’entreprises – et à des prix repositionnés à la baisse (entre – 2 000 à – 3 500 euros selon version) en vue d’élargir son audience, l’Outlander PHEV s’affiche entre 36 490 et 48 990 euros. Plutôt bien placé face aux SUV conventionnels, le Mitsubishi ajoute l’atout, dans cette version, d’échapper à tout malus, car si peu émetteur de CO2. Homologué à 40 g/km en moyenne, il s’affranchit également haut la main des barrages qu’on envisage de mettre progressivement en place à l’encontre des véhicules thermiques au cœur des villes.

Publié le

Les plus lus

Covid-19 : le salon Monte-Carlo gastronomie annulé

0
Le groupe Caroli a indiqué le 14 septembre 2020 qu’il renonçait à organiser la 25ème édition du salon Monte-Carlo Gastronomie.

Humains, réveillez-vous !

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!