jeudi 9 décembre 2021
AccueilAutoSalon de Genève 2020 assurément virtuel

Salon de Genève 2020 assurément virtuel

Publié le

Le salon de Genève n’a pas eu lieu. Les organisateurs ont préféré l’annuler face à la montée du coronavirus.

Il sera seulement présent sur le net pour un plaisir des yeux face à des sportives toujours plus puissantes, montrant en parallèle l’avancée de l’hybridation chez la majorité des constructeurs.

Fraîchement monté, moquette posée, les stands en cours de décoration, en pleine effervescence, le salon de Genève qui devait ouvrir ses portes au public à partir du 5 mars les a aussitôt fermées. Quatre jours avant l’ouverture, les organisateurs helvétiques ont décidé d’annuler ce grand événement tant attendu, autant par les constructeurs que par les passionnés. Palexpo a retrouvé son calme helvétique. Mais tout n’est pas perdu. Car désormais c’est sur Internet que le salon a lieu. Il regroupe les nouveautés des constructeurs. Et des nouveautés, il y en a pas moins de 87. Parmi ces véhicules, on remarquera l’offensive de l’hybridation dans toutes ses formes. A commencer par le développement des voitures hybrides chez l’ensemble des constructeurs. L’accent a été mis déjà depuis plusieurs années sur les véhicules qui utilisent l’électricité. Chez les constructeurs allemands, Volkswagen met en avant sa Golf GTE, qui allie sportivité et système d’hybridation rechargeable. Plus présentable qu’une Golf GTI, elle a cependant la même puissance. Pour sa quatrième génération, la Seat Leon adopte le même système hybride que la Golf. Sa cousine, la Skoda Octovia RS, s’équipe de batteries et devient une hybride rechargeable en conservant son esprit sportif. Côté sport, le Touareg VW se tourne vers l’hybride et adopte pour la bonne cause un moteur électrique qui vient seconder le V6 pour faire grimper la puissance à 462 chevaux.

L’hybridation à l’honneur

A l’opposé, la Twingo Z.E, petite citadine entièrement électrique, montre sa nouvelle face. Si son fort n’est pas la vitesse, elle a tout de même à son actif un bon résultat en autonomie : 250 km en cycle urbain. Toujours chez Renault, il faut noter l’apparition de la Megane E-Tech Plug-In qui peut parcourir 65 kilomètres en tout électrique. Cette nouvelle Mégane a d’ailleurs subi un restylage. Ne passons pas à côté du Captur E-Tech avec à la clé un groupe motopropulseur plus puissant. Citroën profite de ce salon virtuel pour présenter son C5 Aircross déjà aperçu au salon de Bruxelles en janvier dernier. Chez Toyota, c’est le véhicule star qui se convertit à l’hybridation. Le Rav4 développe 306 chevaux et abat le 0 à 100 km/h en 6,2 secondes.

Monstres de puissance

En revanche, d’autres constructeurs présentent des OVNI, comme le roadster Lamborghini Aventador SVJ ou encore l’Huracan EVO RWD équipé d’un V10 de 610 chevaux. Dans la course aux chevaux, le préparateur Brabus s’est occupé du cas du Mercedes G 63 AMG. Il l’a équipé d’un moteur de 800 chevaux, baptisé Brabus 800 Adventure XLP. Koenigsegg présente une machine de guerre à trois cylindres de 600 chevaux tout de même. A noter une bombe de 1 250 chevaux pour la Czinger 21C. Une Californienne qui passe de 0 à 100 km/h en 1,9 seconde. Plus raisonnable, VW dévoile sa nouvelle Golf GTI de 245 chevaux. Les citadines compactes sont également à l’honneur comme la Suzuki Ignis et la i20 de chez Hyundai. Elle a la lourde tâche de montrer le nouveau design du constructeur coréen. Tous ces modèles sont à découvrir sur la toile, mode virtuel — une autre façon de rêver face aux sportives surpuissantes qui resteront pour la plupart d’entre nous à l’état virtuel, également !

Mercedes Classe E, nouveau regard

La Mercedes Classe E s’offre un mini restylage. Après avoir séduit de nombreux clients et pour rester dans la course, la Classe E a opté pour de nouveaux optiques à l’avant comme à l’arrière. Ce lifting permet d’avoir un air de famille avec la prochaine Classe S. Autres changements notoires : une calandre plus aérée et des optiques plus effilés. Mais c’est surtout à l’arrière que les modifications sont les plus visibles. Les feux sont placés horizontalement et se terminent sur la malle arrière. A l’intérieur, il n’y a pas de grands changements. A noter un nouveau volant à trois branches dédoublées sur lesquelles sont disposées des touches tactiles. La planche de bord accueille deux écrans tactiles de 10,25 pouces. Sous le capot, on remarquera un nouveau moteur quatre cylindres avec micro-hybridation et alterno-démarreur. Des hybrides rechargeables verront bientôt le jour.

Dacia s’électrifie

Dacia qui s’est démarqué en vendant des voitures à bas coût va bientôt se lancer dans la course de l’électrification. Pour aborder ce virage obligatoire, la marque roumaine propose un concept-car, baptisé Spring, qui montre la capacité du constructeur à proposer un véhicule hybride. En y regardant de plus près, un air de famille avec la Renault K-ZE vendue en Chine est évident. Cette dernière a une parenté avec la Kwid, une citadine à très bas coût vendue en Inde. Le véhicule est 100 % électrique. Il peut accueillir 4 passagers et inaugure une nouvelle signature lumineuse. Il y a peu de chances que le nouveau Duster opte pour la motorisation de la K-ZE qui a sous son capot un moteur de 45 chevaux, car la vitesse de pointe ne dépasse pas les 105 km/h. Nous n’en savons pas plus sur le tarif. A priori, le prix de départ tournerait autour de 15 000 euros.

La Leon, star du groupe

Après une carrière auréolée de succès, la Leon troisième génération va tirer sa révérence. Elle s’est écoulée à plus d’un million d’exemplaires devenant ainsi la Seat la plus vendue. La nouvelle Leon, ne déroge pas à la règle et partage sa plateforme avec la Golf 8. Parmi les évolutions, on remarquera un nouveau regard full LED. A l’arrière, un bandeau lumineux relie les deux feux. L’ensemble est dynamique et plus sportif notamment grâce à un capot et une calandre plus énergiques. La Leon peut accueillir tous les types de motorisation : essence, diesel, gaz naturel, hybridation légère ou encore hybride rechargeable.

Publié le

Monaco Hebdo