mardi 22 septembre 2020
Accueil Auto Mise à jour "high-tech" pour le Renault Espace

Mise à jour “high-tech” pour le Renault Espace

Publié le

Modèle iconoclaste du constructeur français, l’Espace a su se réinventer en proposant un tout nouveau véhicule il y a 5 ans, dynamique, attrayant et résolument centré autour de l’ADN familial. Il vient de subir un léger lifting, agrémenté par de nombreux dispositifs high-tech. Si l’Espace vous tente, le tarif démarre à 43 300 euros. Et Monaco Hebdo a pu rouler avec.

En 1984, Renault a révolutionné l’offre automobile en lançant le premier Espace. Même si les Américains avec le Voyager avaient déjà défriché un peu le concept, on peut quand même affirmer que Renault a été le précurseur européen de ces véhicules de loisirs très habitables qui allaient faire le bonheur des familles aisées. Le succès s’est fait un peu attendre, les premiers mois étaient même très décevants. Mais alors que les concurrents ont mis plusieurs années à réagir (Volkswagen, Ford et Peugeot attendirent 10 ans…), Renault a complété sa gamme dès 1996 en proposant un monospace plus compact, le Scénic, lui aussi promis à un beau succès pendant une quinzaine d’années. Jusqu’à ce que les SUV, plus contemporains, plus ‘branchés’, détrônent les monospaces. Au point que les concurrents ont déserté le segment, et que les dernières générations d’Espace et Scénic se sont “SUV-isés” lors de leur renouvellement. Sortie en 2015, la cinquième génération d’Espace a fait sa révolution, en devenant un grand véhicule de 4,85 mètres de longueur, haut de gamme par ses prestations et son prix, avec un look moderne proche des SUV. Toujours très habitable, mais certainement moins qu’auparavant aux places du troisième rang, il a perdu son côté monovolume ; ses grandes baies vitrées ont été réduites et l’arrière est beaucoup plus effilé. Seuls rescapés de la concurrence, les Volkswagen Sharan et Ford Galaxy sont restés plus classiques, trop sans doute à en croire leur nombre d’acheteurs chaque année en diminution.

© Photo Renault

Rajeunissement

Après presque cinq années de commercialisation, l’Espace est très légèrement rajeuni. C’est l’avant qui change le plus, avec notamment une barre chromée insérée dans le bouclier. Mais les vrais changements sont plutôt à ranger du côté de la technologie : un éclairage matriciel à LED fait son apparition. Cette nouvelle technologie, inaugurée en 2013 par l’Audi A8 et progressivement démocratisée, permet d’allonger la portée du faisceau lumineux. Celui-ci passe de 175 mètres à 220 mètres. Le dispositif lumineux est relié à une caméra frontale qui permet ainsi de détecter les véhicules arrivant en face et de passer alors automatiquement en feux de croisement. A l’arrière, les feux ont été également modifiés avec un éclairage intégralement à LED.

A l’intérieur, le système multimédia, Easy Link, est hérité de la toute nouvelle Clio, donc dernier cri. Elle regroupe l’ensemble des mises à jour, une recherche d’adresses Google et une application smartphone My Renault. Une deuxième dalle fait son apparition, face au conducteur, remplaçant les compteurs analogiques. Baptisée Driver Display, cette dalle n’est cependant disponible que sur les finitions Intens et Initiale Paris.

© Photo Renault

Familiales

Mais ne boudons pas notre plaisir, ce rajeunissement est très appréciable. Il comprend de nouvelles aides à la conduite. Les ingénieurs ont adopté à l’Espace le niveau 2 de la conduite autonome. Comprenez qu’un certain nombre de manœuvres sont ainsi facilitées : recentrage dans la voie de circulation, régulateur de vitesse auto-adaptatif en fonction de la circulation, gestion entièrement automatique des manœuvres de stationnement, détection active d’un mouvement lors d’une sortie de place de parking, notamment. Cette nouvelle gamme conserve bien sûr ses attributs, à savoir l’amortissement piloté et le système quatre roues directrices 4Control permettant d’améliorer tenue de route et plaisir de conduite. La vivacité est toujours là, l’Espace est toujours aussi agréable à conduire. Sous le capot, deux motorisations diesel sont disponibles, en 2 litres uniquement, avec une puissance de 160 ou 200 chevaux. Pour ceux qui préfèrent l’essence, c’est un nouveau moteur TCe 1,8 litres de 225 chevaux. Ces trois motorisations sont proposées uniquement en boîte automatique EDC. Trois finitions sont disponibles : Zen, Intens et Initiale Paris. La gamme démarre à 44 100 euros (Zen BluedCi 160 chevaux EDC) et culmine à 56 300 euros (Initiale Paris BluedCi 200 chevaux EDC). Des prix élevés dans l’absolu, mais ce haut de gamme à la française n’a pas (ou plus) vraiment de concurrence. C’est toujours la référence des familiales, haut de gamme à 7 places.

Note globale : 4/5

Les Plus

Toujours la référence des monospaces !

Plaisir de conduite

Rajeunissement technique bienvenu

Les Moins

Prix élevé

Lifting extérieur trop timide

Publié le

Les plus lus

L’AS Monaco présente ses recrues Volland et Henrique

0
L’AS Monaco a présenté ses deux dernières recrues, Kevin Volland et Caio Henrique, vendredi 11 septembre 2020 à l’hôtel Fairmont.

Une nouvelle identité visuelle pour la CMB

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!