lundi 20 septembre 2021
AccueilActualitésSportRémi Garnier : « Il nous fallait un club ambitieux et iconique »

Rémi Garnier : « Il nous fallait
un club ambitieux et iconique »

Publié le

Après avoir équipé les footballeurs de l’AS Monaco de 1998 à 2001, Kappa fait son retour sur le Rocher. La marque italienne et le club ont signé un contrat pour les six prochaines années. Monaco Hebdo a évoqué ce partenariat avec Rémi Garnier, directeur de la division sport de Kappa Europe, alors que la Ligue 1 reprend le 9 août 2019.

Pourquoi ce retour de Kappa à l’AS Monaco ?

Kappa est une marque italienne de sport historique, basée en Italie. Elle a connu des heures glorieuses avec l’ASM dans les années 90 [équipée par Kappa, l’ASM a été championne de France lors de la saison 1999-2000 — N.D.L.R.]. Dans les années 2000, la marque était un peu en retrait du paysage sportif professionnel, sans disparaître complètement pour autant. Kappa Europe a redéfini sa stratégie de sponsoring pour se positionner à nouveau sur ce marché.

Avec quel objectif ?

L’objectif était d’avoir un bel étendard dans chaque pays. Au même titre que nous équipons Naples en Italie, nous voulions un club évoluant dans le championnat de France capable de jouer les premiers rôles, et de participer tous les ans à la Ligue des Champions. Nous sponsorisons déjà des clubs français, mais de plus petite envergure. L’opportunité d’équiper l’AS Monaco s’est présentée et elle correspondait parfaitement à notre positionnement. Le projet de Monaco nous a conquis, et nous avons su faire les démarches pour que ce partenariat aboutisse.

C’est donc vous qui avez démarché l’ASM pour devenir l’équipementier de l’équipe ?

Nous n’avons pas démarché l’ASM à proprement parler. Nous savions que le contrat arrivait à son terme avec le précédent équipementier. L’opportunité était là et la mise en relation a été naturelle. Nous avons eu des premières discussions afin de comprendre ce que le club attendait de nous, et aussi afin de savoir comment nous pouvions les aider dans leurs problématiques. La première rencontre a eu lieu un peu avant l’été 2018.

Est-ce que l’ASM va incarner le club phare de Kappa pour la zone « France » ?

Complètement. Et même pour l’Europe, puisque nous avons créé la firme Kappa Europe. Sans entrer dans le détail, avant nous étions connu sous le nom de Sport Finance et nous étions le distributeur de la marque Kappa pour la zone « France – Angleterre – Espagne – Portugal ». La marque italienne Kappa est entrée dans le capital de Sport Finance pour devenir Kappa Europe, avec de nouveaux projets et de nouvelles ambitions. Nous voulons désormais nous développer sur tous les territoires en Europe, avec le football comme sport numéro 1. Pour cela, il nous fallait un club ambitieux comme l’AS Monaco. Un club phare, ambitieux et iconique.

Que représente l’ASM pour vous ?

L’AS Monaco n’est comparable à aucun autre club en Europe de par sa situation, son histoire et ce qu’elle représente. Cela nous correspond parfaitement, car Kappa revendique une position différente par rapport aux autres équipementiers à travers son histoire, son logo et son fonctionnement. Nous avons de belles écuries dans de beaux championnats. En France, il nous manquait une locomotive puissante pour porter la marque. Nous espérons que Monaco endossera ce rôle.

Quels sont les autres clubs que vous équipez ?

Nous sommes équipementier de Naples, mais nous sommes aussi le sponsor du Bétis Séville en Espagne, ou d’Aston Villa en Angleterre. Nous sommes également présents en Argentine, avec le Racing Avellaneda, et en Grèce avec le Panathinaïkos. Depuis deux ans, nous nous rapprochons des clubs phares de leur championnat, tout en restant lucides. Kappa ne pourra jamais s’offrir Manchester United ou le Real Madrid. Nous nous rapprochons des clubs qui peuvent gagner le championnat quand l’équipe favorite connaît une baisse de régime, et qui ont, par ailleurs, une résonance forte auprès des supporters et des fans de football en général.

Comment se sont déroulées les négociations entre Kappa et l’ASM ?

Comme pour tout contrat commercial, il y a une partie qui veut plus, et une partie qui veut donner moins ! Kappa vous dira forcément que c’est trop cher et Monaco que ce n’est pas assez cher ! Nous avons trouvé un équilibre. C’est pourquoi le contrat a pu être signé. Nous avons trouvé un terrain d’entente. Nous avons signé pour 6 ans, et ce contrat englobe toute la partie “merchandising” du club. Nous avons à charge de développer tous les produits de la marque Kappa AS Monaco, mais aussi tous les produits de la marque AS Monaco pour les diffuser à un maximum de personnes dans le monde entier à travers nos réseaux de distribution.

Tout le merchandising du club est donc désormais géré par Kappa ?

Tout à fait. Il y a plusieurs options pour le club : faire appel à un tiers, gérer soi-même le merchandising, ou s’en remettre à l’équipementier. À Monaco, nous sommes passés du cas où le club gérait en interne, au cas c’est à nous de nous en occuper. Tout se fait évidemment en commun accord avec processus de validation pour chaque produit. Kappa dispose de réseaux importants de fabrication et de distribution, certainement plus importants que ceux d’un club quand il gère cela seul. J’ai tendance à penser que le rôle premier d’un club de football est d’assurer le spectacle pour les fans, et de gagner des matches, plutôt que de créer des mugs ou des porte-clefs ! Nous utilisons déjà ce modèle au Bétis Séville.

De manière générale, pourquoi Kappa investit dans les clubs de football ?

Nous sommes une marque de sport avant tout, donc c’est important de s’adosser à des champions, des athlètes ou à des clubs pour légitimer la crédibilité de nos produits. Il y a donc cette facette de crédibilité qui est importante, et il y a aussi une facette liée à l’image. Nous essayons de nous servir des clubs pour rayonner.

Comment avez-vous conçu le maillot de cette année ?

Tous les designers qui travaillent sur le projet Monaco sont basés en Italie. Nous discutons avec le club, en faisant des propositions et avec les tendances, selon les attentes. Bien sûr, nous n’allions pas nous éloigner de la fameuse diagonale sur le maillot domicile, qui en fait une pièce unique, mais nous l’avons un peu retravaillée, en intégrant l’armoirie de la principauté sur la partie rouge. Nous proposons plusieurs pistes et nous restons ouverts aux demandes du club.

Le club fêtera bientôt les 20 ans du titre de la saison 99-2000 : prévoyez-vous un maillot anniversaire ?

Il n’y aura pas de maillot anniversaire en tant que tel, car le club a regagné un titre entre-temps [lors de la saison 2016-2017 — N.D.L.R.]. En revanche, nous organisons plusieurs rendez-vous dans l’année avec les supporteurs pour présenter des collections « capsules » [c’est-à-dire en série limitée — N.D.L.R.], axées football « rétro » pour rappeler les bons moments de 1999-2000 avec les Trézéguet, Henry, Barthez et consorts, qui portaient nos maillots.

Marseille et Nice au stade Louis II en septembre

Monaco — Lyon le 10 août

Metz — Monaco le 17 août

Monaco — Nîmes le 24 août

Strasbourg — Monaco le 31 août

Monaco — Marseille le 14 septembre

Reims — Monaco le 21 septembre

Monaco — Nice le 25 septembre

Monaco — Brest le 28 septembre

Publié le

Monaco Hebdo