mardi 20 avril 2021
Accueil Actualités Sport Monaco à la relance

Monaco à la relance

Publié le

Loin de ses ambitions initiales, le début de saison de l’ASM frôle la catastrophe. Mais avec deux victoires consécutives, la crise s’éloigne peu à peu. Explications.*

 

A l’issue de la saison dernière, tous les voyants ou presque étaient au vert. Le départ de Claudio Ranieri, pourtant auteur d’une très belle deuxième place avec le club (et d’un nouveau record de points, 80) acté, l’arrivée de Leonardo Jardim était officielle. Et lors de la présentation de l’ancien coach du Sporting Portugal, on nous promettait beau jeu, spectacle et résultats. Mais le mercato estival, la menace du fair-play financier et de ses sanctions, et les sirènes de quelques grands clubs ont mis à mal l’effectif monégasque.

 

Départs

Au rayon des départs, plusieurs joueurs clés, comme le précise Yann Pécheral, journaliste à RMC Sport qui suit l’ASM. « Monaco a perdu son capitaine, son meilleur joueur et passeur et son meilleur buteur. » En effet, Eric Abidal s’est engagé avec l’Olympiakos, Emmanuel Rivière a rejoint Newcastle, tandis que James Rodriguez, auteur d’une coupe du monde exceptionnelle, a garni les rangs du Real Madrid. Ajoutons à cela le départ en prêt de Mounir Obbadi, et surtout la fuite de Falcao dans les dernières heures du mercato du côté d’Old Trafford pour rejoindre Manchester United. De quoi laisser un goût amer à Leonardo Jardim, qui n’a vu que 4 arrivées : Tiémoué Bakayoko, en provenance de Rennes (8 millions d’euros), et les prêts de Stekelenburg, Wallace et Bernardo Silva. Assez maigre quand on connaît les ambitions du club.

 

Jeu

Pourtant auteurs d’une belle préparation, les asémistes ont du mal à l’allumage en championnat. Un point qui peut néanmoins s’expliquer par l’arrivée de ce coach lusitanien. « Le début de saison de Monaco est compliqué à cause du changement d’entraîneur et de philosophie de jeu. Il faut du temps pour que ça prenne, et les joueurs sont les premiers à le dire. Il faut laisser un peu de temps à Jardim, » explique Pécheral. Car la façon de jouer de Jardim est très « portugaise », d’après William Pereira, journaliste chez So Foot. « L’idéal pour Jardim, c’est d’avoir des ailiers avec beaucoup d’appels et des latéraux capables de soutenir les ailiers. Il voulait une multitude d’appels sur les ailes pour que les axiaux puissent écarter le jeu, pour que les ailiers repiquent ou centrent. Pour le moment ça marche pas des masses, et il s’est un peu ravisé. » De quoi faire dire à ce spécialiste du championnat portugais que l’ancien de l’Olympiakos est en train de « sortir de son adaptation tactique à la Ligue 1. »

 

Tactique

Car jusqu’à présent, c’est ce principe de tactique qui a grandement posé problème à l’ASM, ainsi que certains choix de joueurs. Pour mettre en place le jeu qu’il voulait, le technicien portugais devait avoir un bloc équipe assez haut. Mais cela a changé, comme l’explique Yann Pécheral. « Pour le recul du bloc défensif, ce sont les joueurs qui ont pris la parole. Subasic a été le premier, et Carvalho lui a emboîté le pas. Andrea Raggi l’a également confirmé lundi en conférence de presse, en disant qu’ils jouaient plus bas depuis 2-3 matchs. » Face aux mauvaises prestations D’Aymen Abdennour, et de sa blessure à la cuisse, Jardim a composé une défense centrale avec Raggi et Carvalho. Sauf qu’avec ces deux-là, malgré leur expérience et le sens de l’anticipation de Carvalho, « ce qui en avait fait un des meilleurs défenseurs centraux du monde » d’après William Pereira, un long ballon dans leur dos, et ils sont pris de vitesse.

 

Pouvoir à gauche

Après quelques hésitations dans ses choix de joueurs, Leonardo Jardim a fini par trouver ses hommes. Si le match à Lyon (défaite 2-1) a été mal payé, l’équipe reconduite en Ligue des champions et face à Guingamp est la même (hormis la titularisation de Bernardo Silva à la place de Kondogbia, et celle de Martial à la place de Lucas Ocampos face à Guingamp, sans doute dans le but d’avoir plus de poids offensivement). Et un constat revient. On retrouve le couloir gauche (reformé en cours de match contre Leverkusen) qui avait donné tant de satisfactions à Claudio Ranieri, avec Layvin Kurzawa et Yannick Ferreira-Carrasco. Un côté gauche qui contraste avec le droit, où l’activité est très inférieure. Mais cela relève peut-être d’une volonté de Jardim, comme l’explique Pereira. « Voir que Fabinho ne monte pas, ça peut aussi vouloir dire qu’il se garde le latéral le moins efficace offensivement pour couvrir les deux centraux qui ont un déficit de vitesse. »

 

Révélation

Alors que l’ASM avait du mal contre les allemands en ligue des champions, l’entrée du jeune Bernardo Silva a changé le visage des Rouge et Blanc. Contre Guingamp, il a montré qu’il était capable de tenir le ballon et qu’il pouvait jouer sur l’aile comme dans l’axe. « Il est un peu frêle pour la Ligue 1, on voit qu’il essaye de fuir les contacts, mais techniquement, il est très bon », analyse William Pereira. Alors certes, il n’a joué qu’un match et demi, et il est encore trop tôt pour le porter aux nues. Mais ce jeune milieu offensif pourrait être ce qui manque à l’ASM. D’autant que pour le moment, une forme de Berbatov-dépendance semble s’installer. Face à Guingamp notamment, l’attaquant Bulgare a énormément parlé et recadré ses jeunes coéquipiers, à qui il manque encore beaucoup de justesse tactique. Mais il s’installe comme le « leader technique de cette équipe. Ce n’est pas un leader à la Toulalan qui va motiver les troupes, mais c’est vraiment le leader technique de cette équipe, » précise Yann Pécheral.

 

Chance

En cherchant dans l’effectif monégasque, un joueur semble être le complément idéal de Berbatov sur le front de l’attaque asémiste. L’enfant du club, Valère Germain. Alors qu’Anthony Martial semble encore « trop jeune, que ce soit techniquement ou tactiquement », analyse Pécheral, le natif de Marseille pourrait une fois encore endosser le costume de sauveur du club. « C’est un peu l’histoire de sa carrière. A chaque fois qu’un entraîneur nouveau arrive, il est à la cave, il revient par la fenêtre, il est bon, et c’est un peu le sauveur de l’AS Monaco, » détaille le journaliste de RMC. D’autant que dans la période actuelle, les matchs vont s’enchaîner tous les 3 jours avec la ligue des champions et le championnat. Après deux victoires consécutives, et peut-être un troisième face à Montpellier, l’ASM avance plus sereinement vers le derby qui l’oppose à Nice ce week-end…

 

* Le bouclage du magazine ayant eu lieu mardi 23 septembre, le match face à Montpellier (24/09, 7ème journée) n’a pu être pris en compte dans la rédaction de ce papier.

Publié le

Article précédentExonération : mode d’emploi
Article suivantUne école 2.0

Les plus lus

Restaurants ouverts le soir, couvre feu étendu, sport dans les écoles...

Dès lundi 19 avril 2021, et jusqu’au lundi 3 mai 2021 inclus, des assouplissements vont être opérés compte tenu du ralentissement de la circulation du virus.

Le quatrième Monaco E-Prix, le 8 mai

Monaco Hebdo