jeudi 20 janvier 2022
AccueilActualitésSportAdrien Silva : « Cette crise permet d’ouvrir les yeux sur des valeurs essentielles...

Adrien Silva : « Cette crise permet
d’ouvrir les yeux sur des valeurs essentielles de la vie »

Publié le

À l’arrêt forcé depuis plusieurs semaines en raison de l’épidémie de coronavirus, les sportifs professionnels doivent s’adapter, et parfois faire preuve d’ingéniosité, pour se maintenir en forme en attendant la reprise des compétitions. Actuellement confiné avec sa famille à Cascais, une station balnéaire du Portugal, avec sa famille, le joueur de l’AS Monaco, Adrien Silva, s’est confié à Monaco Hebdo. Interview.

Quel regard portez-vous sur la pandémie de coronavirus ?

C’est une situation alarmante pour tout le monde. Comment aurait-on pu imaginer que le monde puisse ainsi s’arrêter ? Cela me rend triste de voir autant de personnes touchées et qui souffrent pour leur santé, et aussi pour tous ceux qui souffrent économiquement.

Quelles leçons tirez-vous de cette crise sanitaire ?

Cela remet en cause beaucoup de choses qu’on prend pour acquises, et cela permet également d’ouvrir les yeux sur des valeurs essentielles de la vie. On se rend compte que la famille, le partage, la solidarité, les promenades dans la nature… toutes ces petites choses simples de la vie sont, pour moi, les bases du bonheur.

Comment occupez-vous vos journées ?

Je profite de chaque instant pour me recentrer sur les valeurs essentielles : jouer avec mes enfants, prendre du temps avec ma femme, partager les tâches de tous les jours, et profiter de chaque instant pour faire ce que je n’ai pas le temps de faire habituellement. Je fais bien sûr beaucoup de sport, et je suis le programme du club. Les staffs technique et médical ont mis en place tout le nécessaire pour cela.

© Photo ASM-FC.

« En tant que compétiteur, la compétition me manque bien sûr, mais l’essentiel aujourd’hui est ailleurs. Il faut savoir occuper son corps et son esprit et en profiter pour faire et apprendre des choses simples de la vie »

Qu’est-ce qui vous plaît le plus dans le confinement ?

En dehors de prendre le temps de vivre pleinement avec ma famille, c’est aussi la solidarité que je vois à travers les hommes et les femmes qui se battent chaque jour pour sauver des vies, ou faire en sorte que la société puisse continuer à vivre à travers les personnels de santé, ou encore tous ces travailleurs de l’ombre : agents de caisse, livreurs… J’essaie également d’apporter ma contribution par plusieurs actions (voir par ailleurs).

Qu’est-ce qui vous dérange le plus ?

Ce qui me plaît le moins, à titre personnel, c’est bien sûr le manque de la compétition, du partage avec mes proches, la liberté de pouvoir sortir et de se promener pour prendre l’air. Mais c’est secondaire, j’ai conscience d’avoir de la chance de pouvoir être confiné confortablement avec ma famille et qu’on ne soit pas touché par ce virus. Ce qui me fait vraiment mal, c’est de voir toutes ces personnes qui souffrent dans le monde à cause de ce virus.

Quelle la première chose que vous ferez après le confinement ?

Dans un premier temps, je ferai surtout ce que les réglementations en vigueur autorisent. On va reprendre notre vie, mais on sait que tant qu’un remède ne sera pas trouvé, on ne retrouvera pas une vie telle qu’on l’a connue.

Comment faites-vous pour vous entretenir pendant cette période de confinement ?

Tout d’abord une alimentation équilibrée. Je me suis également mis à la cuisine (rires). J’ai la chance de pouvoir consommer des produits de producteurs locaux. Ensuite, bien sûr, je fais du sport tous les jours : deux séances par jour, plus le sport avec les enfants, bien sûr (rires).

https://twitter.com/adrien_silva23/status/1255209068538540036/

Quel est votre entraînement type ?

C’est assez simple, en fait : exercices de cardio et renforcement musculaire en suivant le programme de l’AS Monaco. Minimum deux séances par jour.

Vous a-t-on transmis un programme spécial à suivre ?

J’ai un programme adapté à mon profil pour, dans un premier temps, ne pas perdre en condition physique, et aussi améliorer certains détails qui peuvent me rendre plus performant.

Suivez-vous un protocole diététique particulier ?

Pas vraiment. Je fais en sorte de manger équilibré toute l’année. C’est important pour être bien physiquement, donc en ce moment je continue. Mais je prends plus le temps de cuisiner en famille.

Après un mois de confinement, dans quel état d’esprit êtes-vous ?

Ça va. En tant que compétiteur, la compétition me manque bien sûr, mais l’essentiel aujourd’hui est ailleurs du fait de la gravité de la situation. Il faut savoir occuper son corps et son esprit, et en profiter pour faire et apprendre des choses simples de la vie.

Qu’est-ce qui vous manque le plus en ce moment dans votre pratique sportive ?

La compétition, l’adrénaline des matches, et le fait de pouvoir partager des moments avec mes coéquipiers.

Avez-vous une visibilité sur la reprise de vos entraînements ?

Pour l’instant [cette interview a été réalisée mardi 28 avril 2020, avant les annonces du Premier ministre français, Édouard Philippe – N.D.L.R.], on attend les décisions des autorités et de la Ligue pour savoir quand la reprise pourra avoir lieu.

Êtes-vous favorable à une reprise du championnat ?

Sincèrement, je ne suis pas un spécialiste de ce virus, donc je ne peux pas me prononcer sur une reprise ou non, car les enjeux de santé publique sont le plus important. Il faut attendre les décisions gouvernementales (lire par ailleurs), et on fera avec.

Voudriez-vous être testé au Covid-19 avant la reprise du championnat ?

Je pense que toute personne qui doit reprendre son métier et être au contact avec d’autres personnes devrait être testée au Covid-19. Les risques de contamination pour leur famille ou les personnes les plus vulnérables sont les mêmes, qu’on soit footballeur ou pas.

Adrien Silva s’engage pour l’enfance en danger

Joueur généreux sur le terrain, Adrien Silva l’est aussi en dehors. Comme d’autres sportifs et personnalités publiques, le milieu international portugais s’est en effet mobilisé pour l’enfance en danger. Depuis la mise en place du confinement, les appels pour signaler des cas de violences sur des enfants ont fortement augmenté en France. Jeudi 30 avril 2020, le secrétaire d’État français chargé de la protection de l’enfance, Adrien Taquet, a annoncé sur France Bleu Paris que la ligne téléphonique « Allô enfance en danger » avait reçu 35 % d’appels en plus depuis le début de la crise sanitaire. Certaines semaines, les appels au 119 ont même augmenté de 90 % et une centaine d’enfants a dû être placée en urgence. Des chiffres « inquiétants mais pas étonnants » pour le secrétaire d’État qui a rappelé que 80 % des violences faites aux enfants avaient lieu dans le cadre intrafamilial. Ce dernier veut aussi voir, à travers ces chiffres, le signe d’une « vigilance accrue ». Pour venir en aide aux enfants en danger et inciter à dénoncer ces violences, une opération a donc été lancée par le secrétariat d’État à la protection de l’enfance, et relayée par la Ligue de football professionnel (LFP). Dans un clip vidéo d’un peu plus d’une minute, Adrien Silva et la cinquantaine de personnalités qui l’accompagne invitent à « briser le silence » et à « faire connaître le 119 ». Le 119 est un numéro d’urgence gratuit ouvert 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 depuis n’importe quel téléphone (fixe ou mobile).

Publié le

Monaco Hebdo