lundi 20 septembre 2021
AccueilActualitésSport« Les risques de cluster sont très faibles »

« Les risques de cluster sont très faibles »

Publié le

Alors que les locations de terrasses autour du Grand Prix de Monaco 2021 sont interdites pour cause de pandémie de Covid-19, le gouvernement monégasque en explique les raisons à Monaco Hebdo.

Entre santé et économie, la ligne de crête est étroite.

À combien est estimé le marché des locations de terrasses, de balcons et de bateaux pour le Grand Prix de Monaco ?

Le marché global des locations d’espaces privés disposant d’une vue sur le circuit et des yachts représente une manne économique considérable. D’autant plus importante que les activités connexes directement ou indirectement liées à la location de ces lieux sont nombreuses à profiter de ce marché. En effet, la plupart des appartements avec terrasses ou loggias, situés sur le circuit, sont loués par des agences événementielles qui vident, décorent et équipent les espaces pour les commercialiser, service traiteur inclus. Selon une étude de l’Institut Monégasque de la Statistique et des Études Économiques (Imsee) publiée en 2017 et portant sur les retombées économiques du Grand Prix de Formule 1 (F1), celles concernant la location des terrasses par des sociétés événementielles sont estimées, sur la base des données collectées auprès de ces acteurs, à 6 millions d’euros. Un chiffre à comparer aux 12 millions générés par la billetterie de l’Automobile Club de Monaco (ACM).

Combien d’entreprises sont-elles autorisées à travailler sur ce marché en principauté ?

Le Grand Prix de F1 est l’événement de plus grande envergure organisé en principauté. Les entreprises qui interviennent sont très nombreuses. Il est toutefois difficile, compte tenu de la variété des activités concernées, d’estimer le nombre d’entreprises autorisées.

Des entreprises extérieures à la principauté ont aussi investi ce marché : comment ces entreprises sont-elles contrôlées ?

En effet, les entreprises extérieures à la principauté sont nombreuses à intervenir sur le territoire monégasque pendant le Grand Prix de Monaco. Elles doivent procéder à des formalités pour détacher leurs salariés, ainsi qu’aux déclarations fiscales en principauté. Elles doivent également solliciter des autorisations auprès des services compétents de l’État dès lors qu’il s’agit d’organiser des réceptions sur les balcons, ou d’installer des structures particulières sur les toits et les terrasses.

« Les règles s’appliquent aussi bien à la SBM qu’aux particuliers, à savoir, une personne par mètre linéaire de garde-corps des espaces extérieurs donnant vue sur le circuit automobile »

Comment éviter les sites Internet douteux et les arnaques autour de ce marché ?

Les services de l’État sont effectivement attentifs à vérifier la nature des opérateurs qui œuvrent en principauté. Vu que les offres sont proposées à une clientèle internationale, il n’est toutefois pas possible de s’assurer de l’ensemble des sites Internet intermédiaires qui vendent des services autour du Grand Prix. Nous ne pouvons que conseiller aux clients éventuels d’effectuer leurs achats auprès d’opérateurs ayant pignon sur rue à Monaco.

Comment sera organisée la location de terrasses, de balcons et de bateaux pour le Grand Prix 2021 ?

Compte tenu de la situation sanitaire actuelle, il a été décidé d’autoriser l’accueil du public, y compris sur les balcons et les bateaux, mais dans des conditions limitées et encadrées.

Quelles seront les règles à respecter sur les terrasses, les balcons et les bateaux ?

Concrètement, l’organisation de réception et d’accueil de public ou d’invités dans des espaces, y compris terrasses et balcons, non dédiés à un commerce de bouche, est interdite. La délivrance de laissez-passer d’accès tant aux locaux privatifs donnant sur le circuit qu’aux navires amarrés dans le port Hercule, est réservée aux seules personnes titulaires en titre des locaux et embarcations en question, sur justificatifs et production d’une liste nominative des bénéficiaires de ces laissez-passer. Le nombre total de personnes autorisées sur les balcons, loggias et terrasses ayant vue sur le tracé automobile est limitée à une personne par mètre linéaire de garde-corps des espaces extérieurs donnant vue sur le circuit automobile. Le nombre total de personnes autorisées sur les bateaux amarrés dans le port Hercule est limité, outre les membres d’équipage dûment enrôlés, au nombre de passagers autorisés en navigation, selon les documents réglementaires du navire, et dans une limite maximale de douze laissez-passer.

Du coup, les entreprises du secteur de l’événementiel ne pourront pas proposer à leurs clients les prestations habituelles, notamment avec un service qui propose traiteurs et boissons ?

Le gouvernement a rencontré le secteur de l’évènementiel pour échanger sur cette formule inédite de Grand-Prix qui accueille un public limité à 40 % de la jauge habituelle. Si, tous, nous nous réjouissons de pouvoir être le premier Grand Prix de F1 de la saison à accueillir du public, nous avons la volonté de le faire dans des conditions de sécurité sanitaires maximales ce qui suppose certaines adaptations. Ainsi, du 20 au 23 mai 2021, l’organisation de réceptions, d’événements et d’opérations publiques, les prestations de traiteur, ainsi que les prestations connexes relatives à la livraison et service de boissons et denrées alimentaires, à la fourniture de vaisselle et matériel de service, à la livraison et l’aménagement de mobilier ou de structures de réception, de sonorisation et d’agencement décoratif, sont interdites sur les balcons, loggias donnant sur le circuit, ainsi que sur les bateaux et dans les locaux donnant sur le circuit dont l’activité principale n’est pas la restauration. Précisons également que, compte tenu de ce contexte difficile et de l’absence de Grand Prix pour ces acteurs sur deux années consécutives, le gouvernement a souhaité renforcer le soutien financier apporté à ces professionnels, en accordant via la Commission d’Accompagnement de la Relance Économique (Care), une aide complémentaire aux agences éligibles.

« Concernant le nombre de personnes, il y a une régulation en amont qui sera effectuée au travers de la délivrance des laissez-passer. Ensuite, il y aura des contrôles visuels pour s’assurer que les jauges sont respectées »

La Société des Bains de Mer (SBM) dispose de plusieurs terrasses et balcons : quelles seront les règles que devra suivre la SBM ?

Les règles s’appliquent aussi bien à la SBM qu’aux particuliers, à savoir, une personne par mètre linéaire de garde-corps des espaces extérieurs donnant vue sur le circuit automobile. Pour les terrasses, c’est la réglementation appliquée aux restaurants qui est d’application, soit, des tablées de 6 personnes maximum, et un espace minimum de 1,5 mètre entre les tables.

Comment sera géré le flux de clients qui devront se rendre sur ces terrasses, bateaux et balcons ?

S’agissant de l’accès sur les balcons, loggias et terrasses ayant vue sur le tracé, ainsi que sur les bateaux amarrés dans le port Hercule, les personnes devront impérativement disposer d’un laissez-passer et seront contrôlées, dans le respect des mesures sanitaires en vigueur, avant de pouvoir pénétrer dans l’enceinte du circuit et accéder à leur point de destination susvisé.

L’accès à ces balcons, bateaux et terrasses sera-t-il limité à des personnes présentant un test PCR et/ou un vaccin anti-Covid-19 ?

Effectivement, la présentation d’un test PCR négatif de moins de 72 heures sera indispensable pour accéder aux balcons, terrasses et bateaux. Seules exceptions : les résidents, salariés, étudiants et scolaires de la principauté, ou les personnes qui séjournent dans un hôtel de la principauté sur présentation du justificatif idoine.

Comment empêcher les abus et réaliser des contrôles réellement efficaces, dans la mesure où il s’agit d’appartements et de bateaux privés ?

Concernant le nombre de personnes, il y a une régulation en amont qui sera effectuée au travers de la délivrance des laissez-passer. Ensuite, il y aura des contrôles visuels pour s’assurer que les jauges sont respectées. En ces temps de lutte contre le coronavirus, conformément à la loi, chacun est tenu de respecter les décisions ministérielles en vigueur.

« Il est important de montrer, avec humilité et sans triomphalisme, qu’à Monaco, il y a un retour progressif, encadré, contrôlé vers une vie la plus normale possible »

Ne craignez-vous pas les risques de cluster ?

Nous prenons toutes les précautions pour l’éviter. Nous avons l’expérience du Grand Prix historique et du Grand Prix électrique qui ont prouvé qu’il est possible, à Monaco, d’organiser des évènements importants de manière encadrée et contrôlée. En plus d’une jauge limitée et d’un protocole sanitaire strict dans les établissements de restauration, il y a l’obligation pour le public venant à Monaco de produire un test PCR négatif et de porter un masque. L’ensemble de ces dispositions rend les risques de cluster très faibles.

Des balcons, des terrasses ou des bateaux avec beaucoup de public vus à la télévision pendant le Grand Prix ne risquent pas de renvoyer au reste du monde une image négative en pleine crise sanitaire ?

Il n’y aura pas « beaucoup » de public, puisque le public présent dans les tribunes sera à 40 % de la capacité de celles-ci sur l’ensemble du circuit. En ce qui concerne les bateaux et les balcons, là-aussi les capacités d’accueil sont limitées. Il est au contraire important de montrer, avec humilité et sans triomphalisme, qu’à Monaco, il y a un retour progressif, encadré, contrôlé vers une vie la plus normale possible.

Publié le

Monaco Hebdo