lundi 20 septembre 2021
AccueilActualitésSportDroits télé : Canal+ débouté

Droits télé : Canal+ débouté

Publié le

Nous en parlions dans Monaco Hebdo n°1187 et 1188. Le feuilleton des droits télé de la Ligue 1 (L1) se poursuit, et c’est devant les tribunaux, cette fois. Selon l’Agence France-Presse (AFP), le 11 mars 2021, le tribunal de commerce de Paris a estimé que la Ligue de football professionnel (LFP) avait raison, en ne remettant en jeu que les droits télé abandonnés par Mediapro. De leur côté, Canal+ et BeIN SPORTS souhaitaient que soit lancé un appel d’offres global. Du coup, les clubs de L1 et de Ligue 2 (L2) ont gagné une certitude : le lot n°3 de l’appel d’offres de 2018, décroché par Canal+ contre 332 millions d’euros par an jusqu’en 2024, ne sera pas remis en jeu. « Le groupe Canal+ continue de considérer que tout appel à candidatures qui exclurait le lot 3, actuellement exploité par le groupe Canal+ (en sous-licence avec BeIN Sports), serait constitutif d’un abus de position dominante de la LFP en créant des conditions de transaction discriminatoires entre les potentiels acquéreurs », a réagi Canal+, tout en indiquant que la chaîne ferait appel de cette décision. Pour le tribunal, « le refus de la LFP d’intégrer le lot 3 dans un appel à candidatures d’ensemble n’a pas pour effet de fausser la concurrence ». Du coup, cette décision de justice permet à la LFP de négocier les droits délaissés par Mediapro en discutant directement avec les diffuseurs qui le souhaitent, et ce, pour les trois saisons à venir. En ce qui concerne la saison 2020-2021, Canal+ et la LFP ont signé un accord qui permet à la chaîne cryptée de mettre la main sur la totalité des droits télé de L1 restants, contre 35 millions de plus, par rapport au contrat de départ. Dans son jugement cité par l’AFP, le tribunal a d’ailleurs rappelé que Canal+ avait signé cet accord « de gré à gré […], sans pour autant considérer que cet accord serait une violation du droit de la concurrence ». Les conséquences pour l’économie du football français et ses clubs restent lourdes. En effet, alors que le contrat de départ signé avec Mediapro prévoyait des droits télé à 1,217 milliard d’euros par an pour la L1 et la L2, la manne des droits télé s’est effondrée. Pour 2020-2021, les droits télé seront d’environ 683 millions d’euros. 

Publié le

Monaco Hebdo