samedi 19 septembre 2020
Accueil Actualités AS Monaco : un bon départ à confirmer

AS Monaco : un bon départ à confirmer

Publié le

Après plusieurs mois d’arrêt forcé en raison de l’épidémie de coronavirus, la Ligue 1 (L1) a enfin repris ses droits le week-end du 22-23 août 2020. Avec une victoire et un nul en deux matches, l’AS Monaco n’a pas manqué sa reprise.

Cent soixante-six jours plus tard, on a (enfin) rejoué au football en France. Alors que tous les grands championnats européens ont repris les compétitions officielles en juin dernier, la Ligue de football professionnel (LFP) avait décidé le 30 avril 2020 d’arrêter prématurément la saison 2019-2020 de Ligue 1 (L1) et Ligue 2 (L2) en raison de l’épidémie de coronavirus. Depuis, les clubs et joueurs du championnat de France attendaient avec impatience de retrouver les terrains. Le coup d’envoi de la saison 2020-2021 de L1 a finalement été donné le week-end du 22-23 août.

L’ombre du Covid plane sur la L1

Cette reprise du championnat se dessine avec l’ombre du coronavirus dans les stades. En L1 comme en L2, la jauge est limitée à 5 000 places. C’est la jauge maximale autorisée en cette période de crise sanitaire. Si certains clubs (Nantes, Bordeaux, Marseille…) ont bien tenté d’obtenir des dérogations pour avoir plus de spectateurs, toutes les demandes ont été rejetées par les préfectures. Outre cette jauge limite qui, on l’aura compris sera strictement appliquée et devrait durer, le port du masque est désormais obligatoire dans les stades, le respect des distanciations est de rigueur et les célébrations doivent se faire assis. Face à ces mesures drastiques, certains groupes de supporteurs ont tout bonnement décidé de boycotter les tribunes lors des premières journées de championnat jugeant l’expression de leur passion « incompatibles » avec les « nécessaires » gestes barrières. « Nous ne contestons pas les mesures sanitaires mises en place afin de limiter la propagation du COVID au stade Louis II et d’assurer la santé de tous. […] Nous considérons que notre liberté de supporter notre club comme nous le souhaitons est impossible. Le port du masque obligatoire, les distanciations et l’impossibilité d’avoir un contact physique entre nous lors d’une célébration, ne sont pas envisageables et difficilement applicables », ont notamment justifié les Ultras Monaco 1994, dans un communiqué publié quelques jours avant la reprise de la L1. Du côté des joueurs et des staffs aussi, un protocole sanitaire très strict a été adopté par les instances dirigeantes du football français. En plus du port du masque et du respect des distanciations à l’intérieur du stade, les joueurs doivent se soumettre très régulièrement à des tests de dépistage (entre 96 et 72 heures avant les matches) et à un examen clinique chaque jour de match pour détecter d’éventuels symptômes. Chaque club a également nommé un référent Covid-19, chargé de faire respecter les mesures sanitaires et interlocuteur préférentiel sur ces questions.

18 clubs sur 20 touchés par le Covid

Toutes ces mesures n’ont malheureusement pas permis d’épargner les clubs puisqu’un certain nombre de cas positifs ont été recensés depuis la reprise. De Strasbourg (9 cas) à Marseille (8 cas), en passant par Nantes (7 cas), Montpellier (6 cas), Paris (6 cas) et aussi Monaco (2 cas), tous les clubs de Ligue 1 ou presque (seuls Reims et Metz y ont échappé pour le moment) ont été touchés impactant ainsi leur préparation et entraînant parfois le report de certaines rencontres. Car selon le protocole de la LFP, si une équipe présente plus de trois joueurs ou encadrants isolés sur huit jours glissants en raison du coronavirus, le virus est jugé circulant dans le club. Le club peut alors saisir la commission Covid de la Ligue pour demander le report de son match. Face au nombre croissant de cas de coronavirus dans les clubs, la Ligue de football professionnel a décidé, vendredi 4 septembre 2020, d’assouplir cette règle pour éviter trop de reports. Désormais, les matches seront maintenus « tant que 20 joueurs (dont un gardien) sur un effectif de 30 seront testés négatifs » au Covid-19. Cette saison de L1 s’annonce donc très particulière, pour ne pas dire incertaine, et le coronavirus risque d’influencer les performances et les résultats sportifs des clubs. Montpellier et Strasbourg, particulièrement touchés par le Covid-19 durant l’intersaison, en ont déjà fait les frais en ratant leur début de saison alors que Marseille, lui aussi très impacté, a terriblement souffert pour s’imposer à Brest.

Débuts encourageants pour l’ASM

L’AS Monaco a, pour le moment, été relativement épargnée par le coronavirus (2 cas avérés depuis la reprise de l’entraînement le 22 juin dernier) et a plutôt bien débuté sa saison. Loin d’être convaincants dans le jeu, les joueurs de Niko Kovac ont engrangé 4 points sur 6 possibles. Le bilan comptable est donc satisfaisant pour un effectif encore en rodage, qui devrait subir quelques changements d’ici la fin du mercato prévue le 5 octobre 2020 (lire par ailleurs). Pour le premier match de la saison, le 23 août 2020, l’ASM affrontait Reims au stade Louis II. Et après cette longue coupure due au Covid, les Monégasques ont eu du retard à l’allumage. Menés 2 à 0 dès la 20ème minute de jeu par des Rémois très réalistes, les joueurs de la principauté ont su trouver les ressources pour recoller au score. D’abord juste avant la mi-temps par la nouvelle recrue Axel Disasi, arrivé cet été en provenance… de Reims. Puis à la 55ème minute par Benoît Badiashile à la réception d’un coup franc frappé par Golovin. Le match nul (2-2) était une juste récompense pour les hommes de Niko Kovac qui ont affiché une possession nettement supérieure à celle de leur adversaire du jour (75 % de possession) et qui ont touché la barre transversale par Wissam Ben Yedder. Une semaine plus tard, les Monégasques se rendaient à Metz pour le compte de la deuxième journée de L1. En Lorraine, Niko Kovac alignait un 4-3-3 dans lequel apparaissait Djibril Sidibé, de retour sur le Rocher après un prêt à Everton (Angleterre). Wissam Ben Yedder était lui une nouvelle fois placé seul à la pointe de l’attaque monégasque. Après un début de match maîtrisé malgré la sortie prématurée sur blessure de leur meneur de jeu Aleksandr Golovin, touché à la cuisse (lésion musculaire aux ischio-jambiers), les Monégasques ouvraient le score à la 22ème minute par Benoît Badiashile. Le deuxième but en deux matches pour le jeune défenseur français. L’expulsion de Youssouf Fofana après un deuxième avertissement sévère en début de deuxième mi-temps (47ème minute) redonnait un peu d’espoir et d’allant aux Messins qui multipliaient alors les occasions pour tenter d’égaliser. Malmenée à 10 contre 11, l’ASM pliait mais ne rompait pas et préservait finalement son court avantage pour remporter, dans la douleur, son premier succès de la saison. Avec une victoire et un match nul en deux journées, soit quatre points sur six possibles, le club de la principauté pointe à la 5ème place de la Ligue 1. Un classement très partiel puisque plusieurs équipes n’ont pour le moment disputé qu’une seule rencontre. Après la trêve internationale, les hommes de Niko Kovac devront confirmer ce bon début de championnat contre le FC Nantes au stade Louis II, dimanche 13 septembre 2020 à 17 heures, avant d’enchaîner avec un déplacement périlleux à Rennes une semaine plus tard (samedi 19 septembre à 21 heures) pour le compte de la quatrième journée de L1.

Mercato : L’AS Monaco dégraisse

C’était l’un des chantiers prioritaires du nouveau directeur sportif de l’AS Monaco, Paul Mitchell. Avec 61 joueurs sous contrat en juin dernier, l’Anglais de 38 ans devait mettre son réseau à profit pour alléger l’effectif monégasque. Et le grand nettoyage a bien eu lieu durant l’intersaison. Si on savait déjà que Slimani, Adrien Silva et Bakayoko étaient en fin de prêt, un certain nombre de joueurs ont été priés de trouver un nouveau point de chute cet été. Parmi eux, de nombreux jeunes passés par le Cercle Bruges, club satellite de l’AS Monaco, comme Adrien Bongiovanni (prêté par l’ASM au FC Den Bosch), Jonathan Panzo (transféré à Dijon pour 3,4 millions d’euros), Lyle Foster (transféré au Vitoria Guimaraes pour 1,2 million d’euros), Julien Serrano (prêté par l’ASM à Livingston FC) ou encore Jordy Gaspar (départ libre à Grenoble). Franco Antonucci, arrivé en janvier 2017 avec le statut de grand espoir belge, a lui quitté l’ASM sans en avoir porté le maillot en match officiel. Il a rejoint le club néerlandais du Feyenoord Rotterdam contre un chèque de 2,2 millions d’euros. Romain Faivre a signé à Brest contre 400 000 euros après avoir disputé seulement quatre matches avec le club de la principauté la saison dernière. Plusieurs joueurs en fin de contrat ont également quitté le Rocher cet été. C’est le cas des gardiens Danijel Subasic, Diego Benaglio et Seydou Sy, de Moussa Sylla et de Nabil Alioui (départ libre au Havre). Exit aussi Kamil Glik qui retourne en Italie, à Benevento (transfert de 3,5 millions d’euros) et Benjamin Henrichs prêté au RB Leipzig avec option d’achat. Kévin N’Doram a lui été transféré définitivement au FC Metz (transfert estimé à 4,5 millions d’euros). Enfin, à peine débarqué en principauté durant ce mercato estival en provenance de Nimègue (Pays-Bas) pour 2,5 millions d’euros, Anthony Musaba a été prêté cette saison au Cercle Bruges. D’autres départs sont attendus d’ici la fin du mercato prévue le 5 octobre 2020. Barreca, Gil Dias, Mboula, Pelé, Aït Bennasser, Chadli, Grandsir, Biancone, Traoré, Jorge, Jemerson, Keita Baldé voire Aholou, Jovetic, Zagre, Ballo-Touré et même Fabregas sont encore susceptibles de quitter Monaco. Qu’on se le dise, le grand ménage estival n’est pas terminé à l’ASM.

© Photo Stéphane Senaux ASM-FC.

Mercato : Trois nouvelles recrues à l’ASM

Si l’AS Monaco s’est lancée dans une vaste opération dégraissage, le club de la principauté n’oublie pas non plus de se renforcer pour cette nouvelle saison. Si les arrivées du défenseur serbe Strahinja Pavlovic (lire Monaco Hebdo n° 1133), du gardien polonais Radoslaw Majecki et du Français Harisson Marcelin étaient actées depuis plusieurs mois, l’ASM a enregistré début août l’arrivée d’Axel Disasi en provenance de Reims. Le défenseur français de 22 ans s’est engagé pour 5 ans pour un transfert estimé à 13 millions d’euros. Il n’est pas le seul défenseur à débarquer sur le Rocher cet été, puisque le latéral gauche brésilien Caio Henrique a lui aussi signé en faveur de l’AS Monaco pour 8 millions d’euros. Prêté la saison dernière au club de Grêmio Porto Alegre (Brésil) par l’Atlético de Madrid, le Brésilien de 23 ans était aussi pisté par l’Olympique de Marseille durant ce mercato estival. Enfin, dernière recrue en date, l’international allemand Kevin Volland a paraphé, mercredi 2 septembre 2020, un contrat de 4 ans (jusqu’en juin 2024) avec l’AS Monaco. L’attaquant de 28 ans arrive en provenance du Bayer Leverkusen pour un transfert estimé à 11 millions d’euros et des bonus qui peuvent atteindre quatre millions d’euros. Il vient compenser le départ d’Islam Slimani, dont l’option d’achat n’a pas été levée, et donner du poids à une attaque monégasque qui n’a toujours pas trouvé le chemin des filets depuis la reprise du championnat. Avec Kévin Volland, Wissam Ben Yedder devrait être moins isolé sur le front de l’attaque asémiste. L’international allemand (10 sélections, 1 but) va aussi apporter toute son expérience. Lui qui a débuté sa carrière professionnelle à l’âge de 18 ans a disputé 247 matches en Bundesliga (championnat allemand) pour 77 buts marqués et 62 passes décisives. D’autres recrues, notamment au milieu de terrain, sont encore attendues sur le Rocher d’ici la fin du mercato.

Publié le

Les plus lus

Covid-19 : le salon Monte-Carlo gastronomie annulé

0
Le groupe Caroli a indiqué le 14 septembre 2020 qu’il renonçait à organiser la 25ème édition du salon Monte-Carlo Gastronomie.

L’OPMC lance sa saison avec Beethoven

Festival Du classique à Beaulieu-sur-Mer

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!