dimanche 28 novembre 2021
AccueilActualitésSociétéTransition énergétique à Monaco : deux nouvelles aides et de grandes ambitions

Transition énergétique à Monaco : deux nouvelles aides et de grandes ambitions

Publié le

La sixième édition des Rencontres de la transition énergétique a eu lieu le 8 avril 2021 à la maison diocésaine. Monseigneur Dominique-Marie David, archevêque de Monaco, était présent pour signer le pacte national pour la transition énergétique au nom du diocèse.

Deux nouvelles aides ont été annoncées par le gouvernement princier pour accompagner les entreprises et les propriétaires de biens immobiliers dans leur développement écologique. 

«Quelques pas significatifs, qui nous engagent profondément. » L’esprit était à la modestie ce jeudi 8 avril 2021, pour la sixième édition des Rencontres de la transition énergétique, à l’image de ces mots prononcés par Monseigneur Dominique-Marie David, archevêque de Monaco, avant de signer le pacte national pour la transition énergétique. Le diocèse de Monaco, à travers ce geste, a ainsi rejoint la liste des quelque 1 200 signataires du pacte, dont cent entités adhérentes depuis le lancement du pacte national en janvier 2018, conformément au vœu du prince Albert II, lors de la réalisation du livre blanc de la transition énergétique. Le but consiste toujours à mobiliser l’ensemble des acteurs de Monaco autour de la transition énergétique, notamment en matière de mobilité, de gestion des déchets et de l’énergie. L’objectif, à terme, est de réduire les émissions de gaz à effet de serre (GES), d’agir pour la sobriété énergétique et d’augmenter la production locale d’énergie renouvelable. « Il s’agit de soigner notre maison commune, comme l’entend le pape François, estime Monseigneur David. Nous devons prendre conscience que la nature est un don qui nous est confié, et que l’homme aussi est un don, créature parmi les créatures. Or l’environnement humain et l’environnement naturel se dégradent ensemble. » L’archevêque de Monaco rappelle ainsi que « nous ne sommes pas d’abord des possesseurs, ni des maîtres absolus. Nous sommes des serviteurs, des gestionnaires. Nous devons nous convertir non pas à l’écologie, mais par l’écologie. Cela commence par des pas, aussi modestes soient-ils. » Le diocèse a en effet déjà sauté le pas de la transition, il y a six ans, en numérisant une grande partie de ses usages quotidiens. « La transition numérique et la transition écologique sont pratiquement indissociables », rappelle Ferxel Fourgon, le « monsieur communication » du diocèse. Au revoir le papier, ou presque. Le courrier est aujourd’hui stocké sur plusieurs serveurs, les traditionnels panneaux d’affichage des églises sont peu à peu remplacés par des écrans, qui afficheront bientôt les paroles des chants religieux. Fini le magazine « papier » également, qui est remplacé par une newsletter et des rendez-vous vidéos sur YouTube. Mais le sujet n’est pas simple. Car le numérique est lui aussi polluant [sur ce sujet, lire notre dossier complet La pollution numérique en question, publié dans Monaco Hebdo n° 1163]. À titre d’exemple, selon Carbon Literacy Project, l’envoi d’un e-mail standard équivaut à la consommation de 4 grammes de CO2. Avec une pièce jointe volumineuse ce même e-mail peut produire jusqu’à 50 grammes de CO2. En 2018, l’empreinte du numérique mondial a été de 1 492 millions de tonnes équivalent CO2. Désormais, le numérique représente 3,7 % des émissions de gaz à effet de serre (GES) dans le monde, et il pèse 4,2 % de la consommation mondiale d’énergie primaire. C’est ce qui ressort d’un rapport présenté en juin 2020 par une mission d’information du Sénat en France. Dans le détail, 44 % de cet impact écologique aurait pour origine la fabrication de terminaux, des réseaux et des centres informatiques. Et 56 % serait dû à leur utilisation.

© Photo Clément Martinet / Monaco Hebdo.

Le sujet n’est pas simple. Car le numérique est lui aussi polluant. […] Désormais, le numérique représente 3,7 % des émissions de gaz à effet de serre (GES) dans le monde, et il pèse 4,2 % de la consommation mondiale d’énergie primaire : 44 % de cet impact écologique aurait pour origine la fabrication de terminaux, des réseaux et des centres informatiques. Et 56 % serait dû à leur utilisation

Près de 2,5 millions d’euros sur la table

En ce qui concerne la production d’énergie, les églises Saint-Nicolas et Sacré-Cœur sont également équipées de panneaux photovoltaïques. La première est d’ailleurs alimentée à 100 % par ces panneaux solaires, produisant même un surplus d’énergie pour sa voisine La Poste. La transition énergétique ne se fait pas non plus sans efforts, c’est pourquoi le gouvernement princier prévoit d’accompagner et de financer les entreprises qui, comme le diocèse de Monaco, souhaitent remplir un objectif zéro carbone. Près de 2,5 millions d’euros ont en effet été compris dans le plan de relance pour financer la transition énergétique. Et, ce jeudi 8 avril 2021, Marie-Pierre Gramaglia, conseiller de gouvernement-ministre de l’équipement, l’environnement et l’urbanisme, a annoncé deux nouvelles aides qui devraient être annoncées « très prochainement » par le gouvernement princier.

Ces deux nouvelles aides, prévues dans les 2,5 millions d’euros de budget, seront destinées d’une part aux entreprises monégasques, et d’autre part aux propriétaires et copropriétaires de la principauté dans l’idée de rénover leurs biens immobiliers d’une manière plus éco-responsable

deux nouvelles aides

Ces deux nouvelles aides, prévues dans les 2,5 millions d’euros de budget, seront destinées d’une part aux entreprises monégasques, et d’autre part aux propriétaires et copropriétaires de la principauté dans l’idée de rénover leurs biens immobiliers d’une manière plus éco-responsable. En ce qui concerne les entreprises monégasques, l’aide aurait été actée début avril 2021 selon Annabelle Jaeger-Seydoux, directrice de la mission pour la transition énergétique :  « Beaucoup ont déjà rejoint le pacte national pour la transition énergétique, mais elles n’ont pas toutes défini une stratégie zéro carbone et les étapes paliers pour y arriver. Nous allons donc proposer une aide financière très concrète pour permettre à ces entreprises d’entreprendre des études en faveur de la réduction des gaz à effet de serre dans leurs actions quotidiennes en termes de mobilité, de déchets et d’énergie. » En ce qui concerne l’immobilier, la nouvelle aide s’intégrera dans le cadre d’un « appel à rénovation exemplaire du bâtiment », qui s’ajoute aux aides existantes, comme l’a rappelé Annabelle Jaeger-Seydoux : « Un certain nombre d’aides sont déjà sur la table pour que le bâti puisse changer ses fenêtres et ses toitures, dans la recherche d’une meilleure isolation du bâtiment, pour une meilleure efficacité énergétique. » La directrice de la mission pour la transition énergétique ajoute toutefois que cette nouvelle aide promet d’être plus ambitieuse : « Cette aide permet aux propriétaires et aux copropriétaires de penser à une rénovation globale du bâtiment, avec l’objectif de réduire au minimum de 50 % les émissions de gaz à effet de serre. » Aujourd’hui, et alors que Monaco Hebdo bouclait ce numéro le 13 avril 2021, 160 entreprises, institutions et associations, bénéficient déjà d’une première aide à la transition énergétique, ainsi que 1 600 particuliers. Pour y prétendre, elles doivent remplir deux pré-requis : « Il faut que les entreprises aient signé le pacte national, et qu’elles fassent le point sur leur bilan carbone », explique Annabelle Jaeger-Seydoux. Les entreprises pourront ensuite choisir, parmi les propositions de la mission pour la transition énergétique, les actions de transition énergétique déjà entreprises ou à mettre en œuvre dans l’année suivant son adhésion au pacte. Ces actions sont choisies au sein du plan d’action le plus adapté à leur secteur d’activité.

Trois entreprises mises en avant

Trois entreprises monégasques ont été mises en avant lors des Rencontres de la transition énergétique, pour leur effort à développer l’économie verte à travers leur activité.

  • ETYC, pour « Environnemental training for Yacht crew » : cette entreprise propose du conseil, des formations et de l’audit aux équipages de yachts, afin d’adopter les bons comportements en matière de protection de l’environnement.
  • L’application EatIn : lancée en novembre 2020, elle facilite l’accès à différents services de livraison en principauté. Cette entreprise propose à ses clients une livraison faite exclusivement en scooters électriques.
  • Milena C. Design : cette entreprise propose du design d’intérieur de luxe en matériaux récupérés pour les yachts, les hôtels, les entreprises ou les résidences.

Publié le

Monaco Hebdo