jeudi 20 janvier 2022
AccueilActualitésSociétéTenue sportive : le bras de fer continue

Tenue sportive : le bras de fer continue

Publié le

La tenue sportive imposée dans les écoles publiques continue de faire polémique. L’Education nationale réagit et affirme que le package Nike fait bel et bien « partie des fournitures obligatoires. »

Un article dans le Figaro.fr, un reportage sur la chaîne LCI… Et surtout une avalanche de critiques sur la Toile. La tenue sportive Nike imposée à la rentrée scolaire 2014/2015 par l’Education nationale n’en finit pas de faire polémique. Après une page Facebook « Contre le port d’une tenue Nike payante imposée pour l’EPS à Monaco » créée par Stéphane Moro, une mère de famille — page qui compte environ 625 membres — c’est une pétition qui a ensuite été lancée (1). Indignés par le choix de la marque, l’obligation de se procurer la tenue dans une boutique unique (Nike Store Monte-Carlo) et le prix (58 euros), les parents les plus jusqu’au-boutistes songent même au boycott de cette tenue. « Je me refuse toujours à me plier à cette obligation. Le 4 juillet j’ai envoyé un courrier à l’Éducation nationale dans lequel je demande les sanctions qui seront prises à l’égard des enfants se présentant sans la tenue Nike mais avec la tenue habituelle de chaque établissement. J’attends une réponse avant le 18 juillet, explique la frondeuse, Stéphane Moro. J’ai indiqué dans ma lettre que, passé ce délai de 2 semaines, je me considèrerais encore libre à Monaco d’envoyer mes enfants en cours d’EPS de manière convenable, propre et en respectant le seul critère qui me semble acceptable, à savoir la couleur du tee-shirt. »

La « surprise » des parents
Face à cette vagues de critiques, que dit le gouvernement ? « Si l’on peut comprendre la surprise de quelques parents non informés, à la publication dans la presse de la présentation de ces tenues, il convient de rappeler que ce projet a été initié et développé en réponse à des demandes récurrentes émanant, notamment, de l’association des parents d’élèves », répond l’Education nationale interrogée par Monaco Hebdo. Et quant aux parents choqués par le choix de la marque, le gouvernement avance l’argument suivant : « S’il s’avère que les articles proposés sont effectivement siglés, il convient de relever que cela est le cas pour l’immense majorité des articles de sport. Ainsi, la plupart des articles achetés par les parents eux-mêmes sont porteurs de marques ou de sigles commerciaux, relativisant, de fait, la portée de ce débat sur les marques apparentes. »

EPS, maths, même combat ?
L’Education nationale, en tous cas, persiste et signe. Pas question de revenir sur cette obligation : « Ces tenues sportives font partie des fournitures obligatoires telles que prévues par le règlement intérieur des établissements scolaires. L’EPS étant une discipline scolaire à part entière au même titre que d’autres matières qui, à ce titre, peut nécessiter l’achat de fournitures obligatoires. » Un argument qui ne tient pas pour la mère de famille. « Monsieur Masseron nous indique que les parents achètent bien une calculatrice, alors pourquoi pas une tenue de sport ? Comment peut-on comparer une calculatrice que l’on trouve partout, à un prix raisonnable, que nos enfants vont garder du primaire à la Terminale et une tenue que nous devrons acheter tous les ans ? Oui les enfants ça grandit, ça grandit même tellement que certains parents vont être obligés d’acheter plusieurs tenues dans l’année », continue cette mère de deux enfants scolarisés en école publique. Avant de préciser que les familles installées « dans la périphérie de Monaco et dont le chef de famille n’est pas français ne perçoivent aucune aide, ni allocations familiales, ni primes de rentrée… » Au final, le grand gagnant dans l’affaire, est bien la société SAM Tarca, exploitant le magasin Nike Store, avenue Saint-Charles.

(1) 182 signataires au 15 juillet.

Publié le

Monaco Hebdo