dimanche 17 octobre 2021
AccueilActualitésSociétéRichard Marangoni : « Cette collaboration a été couronnée de succès »

Richard Marangoni : « Cette collaboration a été couronnée de succès »

Publié le

C’est une première dans l’organisation des Grands Prix de Monaco. Cinq sociétés de sécurité privée sont venues prêter main forte à la sûreté publique, dans le cadre du dispositif sanitaire déployé pendant la pandémie de Covid-19. Richard Marangoni, contrôleur général de la sûreté publique, dresse un bilan pour Monaco Hebdo.

En quoi le dispositif de sécurité « Covid » était-il particulier pendant ces trois Grands Prix ?

En plus des missions générales traditionnellement assurées à l’occasion de l’organisation des Grand-Prix automobiles, il a été nécessaire, au regard des dispositions prises par le gouvernement princier, afin de lutter contre la pandémie de Covid-19, d’adapter le service d’ordre mis en place lors de ces évènements. Ainsi, à l’occasion du Grand-Prix de Formule 1 (F1), il a été décidé d’intensifier les contrôles des personnes entrant sur le territoire national, afin de s’assurer qu’elles répondaient au protocole sanitaire en vigueur. Ces contrôles se sont répartis sur trois périmètres distincts.

Lesquels ?

Aux frontières de Monaco, sur les axes routiers principaux d’entrée en principauté, au port Hercule, à la gare ferroviaire et à l’héliport, aux abords du tracé du circuit, avec la mise en place d’une « bulle sanitaire », et dans l’enceinte même du circuit et de ses tribunes, dans lesquelles les spectateurs ont pris place.

Combien de policiers et d’agents de sécurité étaient mobilisés ?

Pour la journée du dimanche 23 mai 2021, soit le jour du Grand Prix de F1, 451 fonctionnaires de police appartenant à la direction de la sûreté publique et aux Compagnies républicaines de sécurité (CRS) françaises ont été mobilisés, assistés de 150 agents de sécurité privée.

Pour la première fois, cinq sociétés de sécurité ont travaillé sur l’organisation des trois Grands Prix : quel bilan faites-vous de cette collaboration avec eux ?

Cette collaboration qui constitue une première à l’échelle des ressources humaines déployées, de la nature et du contenu des missions confiées, mais également des délais contraints dans lesquels elle a été pensée et mise en place, a été couronnée de succès. Ces sociétés ont fait montre de cohésion et de réactivité, afin de pouvoir atteindre, aux côtés des services de police, les objectifs de sécurité sanitaire fixés par les autorités de la principauté.

« Le jour du Grand Prix de F1, 451 fonctionnaires de police appartenant à la direction de la sûreté publique et aux CRS françaises ont été mobilisés, assistés de 150 agents de sécurité privée »

Quel était le rôle précis de ces cinq entreprises ?

Il s’est agi pour ces partenaires de mettre à disposition, aux côtés des effectifs de police, des personnels en mesure d’assurer une mission d’accueil aux différents points de contrôle, et de signaler toute éventuelle difficulté aux fonctionnaires de police présents sur place, lesquels étaient alors chargés de procéder à tout contrôle ou vérification utiles.

Quel est le pouvoir dont dispose un agent de sécurité sur le sol monégasque ?

Les agents de sécurité privée ont été employés lors de ces évènements, sur la voie ou les lieux publics, en qualité d’agent d’accueil, et ne disposaient à ce titre, d’aucun pouvoir particulier.

Avez-vous constaté des incidents pendant ces trois Grands Prix ?

Aucun incident n’a été constaté, ni ne nous a été rapporté.

« À l’occasion du Grand Prix de Formule 1 (F1), il a été décidé d’intensifier les contrôles des personnes entrant sur le territoire national, afin de s’assurer qu’elles répondaient au protocole sanitaire en vigueur »

Combien d’agents de sécurité étaient mobilisés pour ces trois Grands Prix ?

Pour le Grand Prix historique, il y avait 200 agents de sécurité par jour, sans compter les relèves et les superviseurs. Le dispositif était identique pour le ePrix. Et enfin, pour le Grand Prix de F1, il y avait 150 agents par jour, sans compter les relèves et les superviseurs.

Est-ce que l’absence de CRS français s’est faite sentir ?

Les CRS n’ont pas été absentes du Grand Prix de F1, puisqu’une compagnie a été déployée les jeudi 20 et vendredi 21 mai 2021, puis deux compagnies les samedi 22 et dimanche 23 mai 2021.

Le dispositif de sécurité déployé pour ce Grand Prix 2021 sera-t-il reconduit en 2022 ?

Le dispositif déployé pour les Grands Prix automobiles 2021 était atypique, en raison du contexte sanitaire auquel nous étions confrontés. Celui qui sera mis en place en 2022 dépendra de l’évolution de la crise sanitaire actuelle.

Pour lire notre article consacré au bilan du dispositif de sécurité du Grand Prix 2021, cliquez ici.

Publié le

Monaco Hebdo