lundi 17 janvier 2022
AccueilActualitésSociétéC’était 2021 : Une rétrospective de l'année à Monaco

C’était 2021 :
Une rétrospective de l’année à Monaco

Publié le

L’année 2021 résumée en 12 événements phares, c’est ce que vous propose la rédaction de Monaco Hebdo.

Par Raphaël Brun, Nicolas Gehin et Clément Martinet

Janvier  2021 — Politique

Face au Covid-19, Pierre Dartout promet que son gouvernement sera « pragmatique »

En fonction depuis le 1er septembre 2020, le ministre d’État français, Pierre Dartout a reçu Monaco Hebdo en janvier 2021. Dans cette longue interview, il a détaillé l’approche de son gouvernement face à la pandémie de Covid-19 qui frappe la principauté. Promettant d’être vigilant, il a assuré que son gouvernement serait « pragmatique ». Mais il a reconnu la difficulté de la tâche : « Tenir cet équilibre entre la préservation de l’activité économique et la santé publique est un exercice difficile. » Sur le plan de la vaccination contre le Covid-19, Pierre Dartout visait alors « la moitié ou plus » de la population de Monaco vaccinée « à la fin du premier semestre 2021 ». Finalement, il aura fallu attendre fin novembre 2021, pour atteindre un taux de vaccination de 58 %. À ce rythme, il sera difficile d’atteindre l’immunité, alors que la défiance face à ce vaccin reste forte. Sur le plan politique, évoquant ses relations avec les élus, Pierre Dartout a assuré être « à l’écoute », et pouvoir « reprendre des idées du Conseil national ». Les dernières séances budgétaires ont montré que la communication n’était pas encore idéale entre le gouvernement et le Conseil national.

Cet article est à lire ici.

Février 2021 — Politique

Interview : « Cette période de crise sanitaire est un signal d’alarme » pour le prince Albert

Le mois de février 2021 a été marqué par une interview accordée par le prince Albert II à Monaco Hebdo. Dans cet entretien, il a longuement évoqué la crise sanitaire, bien sûr. « C’est l’une des périodes les plus difficiles que le monde ait connue, sans doute depuis le deuxième conflit mondial. Nous vivons une période incroyable », a-t-il estimé. Jugeant que « même si la vaccination se poursuit à un rythme soutenu », il faudra « continuer les gestes barrières », Albert II a aussi évoqué quelques pistes pour assurer la relance économique de la principauté. Parmi elles, l’identification de nouvelles recettes grâce au développement d’activités « innovantes et complémentaires de notre économie », couplé à « une meilleure analyse et une meilleure appréhension des dépenses budgétaires ». En parallèle, la préservation de l’environnement et la lutte contre les changements climatiques ne doivent pas être négligées, a insisté le chef de l’État monégasque : « Et j’entends bien que Monaco joue ce rôle d’apporteur de solutions, même à son petit niveau. »

Cet article est à lire ici.

Mars  2021 — Culture

Charlotte Casiraghi : « Je vis entourée de livres »

Alors qu’il n’y a plus de librairie indépendante à Monaco depuis longtemps, Monaco Hebdo a décidé de consacrer un dossier complet à la place du livre en principauté, en posant une question simple : le livre a-t-il suffisamment sa place à Monaco ? Afin de dresser un état des lieux, nous avons interrogé Charlotte Casiraghi. La présidente et fondatrice des Rencontres philosophiques de Monaco a pris position, jugeant « vraiment dommage qu’aucune librairie indépendante n’existe en principauté ». La littérature, c’est aussi des destins uniques, comme celui de Lou Andreas-Salomé (1861-1937), psychanalyste et femme de lettres à qui a été dédié le premier rendez-vous des Rencontres philosophiques 2021 : « Le courage de Lou Andreas-Salomé remarquable, et je m’en inspire beaucoup. Elle ne s’est jamais souciée d’avoir bonne ou mauvaise réputation. Elle n’avait pas peur de déplaire ou d’être incomprise », a souligné Charlotte Casiraghi. Reste désormais à savoir si un projet de librairie indépendante finira par voir le jour à Monaco en 2022.

Cet article est à lire ici.

Avril  2021 — Economie

Covid-19 : le chiffre d’affaires de Monaco en chute de plus d’un milliard

« Pour l’économie, il n’y a pas pire qu’un confinement. » Au-delà des questions de santé qui restent prioritaires, l’économie est une préoccupation des autorités monégasques depuis mars 2020 et le début de la pandémie de Covid-19. Pour établir un bilan, Monaco Hebdo a donné la parole en avril 2021 à Sophie Vincent. La directrice de l’Institut monégasque de la statistique et des études économiques (Imsee) a évoqué un chiffre d’affaires 2020 à 13,8 milliards d’euros, ce qui représente une chute de 1,1 milliard par rapport à 2019. « On retrouve le niveau de chiffre d’affaires de l’année 2017. Deux années de croissance ont été gommées », a indiqué Sophie Vincent. Lourdement impacté par le premier confinement, janvier, février et mars 2020 ont été marqués par une perte d’un peu plus de 900 millions d’euros. Sur le front de l’emploi, en décembre 2020, la chute était de – 2,7 %, ce qui représente 1 550 postes perdus par rapport à décembre 2019. À partir d’avril 2020, le déploiement par le gouvernement monégasque du chômage total temporaire renforcé (CTTR), a permis de freiner cette chute, a estimé Sophie Vincent.

Cet article est à lire ici.

Mai  2021 — Sport

La Formule 1 de retour à Monaco

Après l’annulation de l’édition 2020 en raison de l’épidémie de Covid-19, la Formule 1 (F1) a fait son grand retour cette année à Monaco pour le plus grand plaisir des fans. Ils seront d’ailleurs 7 500 à prendre place dans les tribunes, dimanche 23 mai 2021, pour assister à la victoire du Néerlandais, Max Verstappen, qui deviendra quelques mois plus tard champion du monde. Au terme d’une course peu animée, le pilote Red Bull a devancé sur la ligne d’arrivée l’Espagnol Carlos Sainz Jr (Ferrari) et le Britannique Lando Norris (McLaren). Le grandissime favori de ce 78ème Grand Prix de Monaco, Lewis Hamilton (Mercedes), ne prenant lui que la septième place. Décidément malheureux chez lui, Charles Leclerc a une nouvelle fois été contraint à l’abandon juste avant le départ de la course en raison d’une panne mécanique sur sa monoplace. Le Monégasque avait pourtant vécu jusqu’alors un week-end de rêve en signant les meilleurs temps des essais libres et des séances de qualification, qui lui permettaient de décrocher la huitième pole-position de sa carrière. Malheureusement, le sort s’en est mêlé au grand dam de la Scuderia et de ses tifosi venus en nombre soutenir le « petit prince de Monaco ». Loin de l’effervescence habituelle, cette 78ème édition s’est déroulée selon un protocole sanitaire strict, crise sanitaire oblige. Mais l’important était ailleurs : la principauté a retrouvé son Grand Prix de F1.

Cet article est à lire ici.

Juin  2021 — Société

Une reconnaissance pour les enfants du pays

C’était une loi attendue depuis longtemps par toute une communauté de Monaco. Dans la soirée du 30 juin 2021, les élus du Conseil national ont voté le projet de loi n° 993 du gouvernement donnant enfin un statut aux enfants du pays. Il s’agit d’une véritable reconnaissance pour cette frange de la population viscéralement attachée à la principauté et qui contribue pleinement à son essor comme l’ont rappelé à l’unisson le ministre d’État, Pierre Dartout, et le président du Conseil national, Stéphane Valeri. Ce statut confère des droits, ou en tout cas des rangs de priorité, aux enfants du pays en matière de logement notamment. En termes d’emploi, en revanche, l’exécutif a estimé que le dispositif actuel donnait pleine satisfaction. « Mieux que rien » pour certains, « insuffisant » pour d’autres, ce projet de loi a reçu un accueil contrasté des élus avant finalement d’être adopté par 20 conseillers nationaux sur les 22 présents ce soir-là. Les élus Béatrice Fresko-Rolfo (Horizon Monaco) et Guillaume Rose (Priorité Monaco !) s’étant abstenus. « Comme d’habitude, certains nous reprocheront d’en faire trop et d’autres pas assez », s’est défendue la rapporteur du texte Brigitte Boccone-Pagès (Primo !), pour qui cette loi « constitue bien une première étape fondamentale, en ce qu’elle servira de référence pour l’ensemble des textes législatifs et réglementaires qui concerneront les enfants du pays ».

Cet article est à lire ici.

Juillet  2021 — Politique

Le passe sanitaire adopté en principauté

Il s’est fait attendre, mais il a finalement fini par pointer le bout de son nez, jeudi 24 juin 2021. Plus de deux semaines après la France, le gouvernement princier présente enfin son passe sanitaire. Baptisé Monaco Safe Pass, il entrera officiellement en vigueur quelques jours plus tard, au début du mois de juillet. Ce précieux sésame offre alors à son détenteur un accès à certains établissements de la principauté comme les hôtels, bars et restaurants, mais aussi à des événements culturels et sportifs. Il lui permet également de voyager dans l’Union européenne (UE) car Monaco Safe Pass peut être converti en passe français/européen. Concrètement, le passe sanitaire monégasque se présente sous la forme d’un QR Code individuel au format numérique ou papier, qui permet de vérifier le statut vaccinal, le résultat d’un test PCR négatif ou le certificat de rétablissement d’une personne. Les contrôles se font eux à l’aide d’une application, qui permet au professionnel de scanner le QR Code pour vérifier les informations d’état civil de l’usager (nom, prénom et date de naissance). Dans un premier temps exigée aux visiteurs de la principauté, cette preuve sanitaire deviendra obligatoire pour tous les Monégasques, résidents et salariés de la principauté âgés de plus de 18 ans à compter du 23 août 2021, afin d’encourager à la vaccination contre le Covid-19. Une mesure jugée « discriminatoire et injustifiée » par un groupe populaire créé sur Facebook qui descendra plusieurs fois dans la rue en septembre 2021 pour exprimer son mécontentement. Depuis, le passe sanitaire a aussi été étendu à certaines professions à Monaco.

Cet article est à lire dans Monaco Hebdo n° 1202.

Août  2021 — Sport

Six Monégasques aux Jeux olympiques de Tokyo

Malgré la forte opposition de la population japonaise et la pandémie de Covid-19, le coup d’envoi des Jeux olympiques (JO) de Tokyo est donné vendredi 23 juillet 2021. Six Monégasques, trois filles et trois garçons, y défendront les couleurs de la principauté. Entre éliminations prématurées et records personnels, ils connaîtront des fortunes diverses. Le porte-drapeau de la délégation monégasque, la pongiste Xiaoxin Yang, voit sa route brutalement s’arrêter aux portes des huitièmes de finale, battue en 16èmes par la numéro 2 mondiale, la Chinoise Yingsha Sun. Pas de chance au tirage non plus pour le judoka monégasque Cédric Bessi, éliminé en 8èmes de finale par le futur médaillé de bronze Tsend-Ochir. Sur l’une des épreuves reines des JO, la sprinteuse Charlotte Afriat n’a malheureusement pas fait de miracle en série du 100 mètres féminin. La jeune Monégasque a été éliminée en tour préliminaire en signant toutefois un chrono proche de son record personnel. La désillusion a en revanche été bien plus grande pour Claudia Verdino, disqualifiée en séries du 100 mètres brasse à cause d’une ondulation irrégulière. Les performances monégasques de ces JO ont été signées Théo Druenne et Quentin Antognelli. Le premier a tout simplement battu son record personnel de plus de 20 secondes sur 1 500 mètres nage libre. Prometteur pour le benjamin de la délégation monégasque, 16 ans à peine. Le second est parvenu à décrocher une très belle 15ème place en aviron-skiff. Une performance XXL pour Quentin Antognelli, qui avait bénéficié d’une invitation pour participer à ces Jeux.

Ces articles sont à lire ici.

Septembre  2021 — Politique

Monte Carlo Riviera, la nouvelle chaîne de télé de l’État monégasque

Au début du deuxième semestre 2022, l’État monégasque lancera une chaîne publique nationale baptisée Monte-Carlo Riviera, dont les programmes seront diffusés sur TV5MONDE. Laurent Anselmi, ex-conseiller-ministre pour les relations extérieures et la coopération, désormais chef du cabinet princier, et Salim Zeghdar, gérant de la SARL Monte-Carlo Riviera, se sont confiés dans une interview publiée dans Monaco Hebdo, le 28 septembre 2021. À deux, ils ont expliqué les contours de cette future chaîne de télévision. « Ce projet, ce n’est pas la création d’une nouvelle chaîne de télévision. Ce projet, c’est l’adhésion de la principauté de Monaco à TV5MONDE. L’origine de ce dossier, c’est donc un acte de politique internationale de la part de Monaco, qui consiste à intégrer un média international francophone », a expliqué Laurent Anselmi. « Il y a environ 900 millions de foyers qui regardent TV5MONDE, et cette chaîne est traduite en 14 langues. En matière de retombées, cela peut donner envie à un certain nombre de gens à travers le monde de venir en principauté pour le tourisme ou pour développer des activités économiques avec Monaco », précisait, quant à lui, Salim Zeghdar.

Cet article est à lire ici.

Octobre  2021 — Economie

La dépense publique va augmenter en 2022

Conséquence directe de la crise sanitaire, l’État monégasque doit intervenir davantage pour soutenir l’économie. La dépense publique va donc augmenter de plus de 300 millions d’euros, comme l’a indiqué le budget primitif 2022, présenté à la presse le 28 octobre 2021. Objectif : investir dans des secteurs clés, pour mieux s’adapter à l’économie post-Covid. Ce qui n’a pas empêché le gouvernement d’envisager un budget qui est passé du rouge en 2021, à un primitif 2022 en excédent de 2,9 millions d’euros. Après une sombre année budgétaire 2020, suivie d’un exercice 2021 en demi-teinte, le budget primitif 2022 affiche un léger excédent, avec 2,9 millions d’euros de recettes. Alors que le déficit est passé à -8,8 millions d’euros au budget rectificatif 2021. C’est donc un retour à l’équilibre qui s’opère. Ce qui devrait permettre, grâce à l’excédent, d’entretenir des plans d’avenir. « La dépense publique est vertueuse également dans le but de soutenir l’activité. Les dépenses liées à l’attractivité, qui relèvent de la santé, de l’éducation, et de la sécurité, permettent à la principauté de garantir un cadre de vie capable d’attirer les investisseurs, et de garantir leur confiance, notamment pour y habiter », a ainsi rappelé le ministre d’État, Pierre Dartout.

Cet article est à lire ici.

Novembre  2021 — Société

Le télétravail progresse à Monaco

À  son lancement, en 2017, ils étaient 325 à avoir choisi le télétravail à Monaco, selon l’institut monégasque de la statistique et des études économiques (IMSEE), et 1 480 le 2 novembre 2021. Un succès ? Attention, la crise Covid n’explique pas tout. Le dispositif exceptionnel de « travail à distance » ne s’intègre pas à ce chiffre. Lancé par le gouvernement princier dès mars 2020 pour contrer la progression de la pandémie de Covid-19 à Monaco, ce dispositif est un programme temporaire qui devrait prendre fin en 2022, et qui n’engage pas de gros changements structurels en entreprise. Le dispositif de télétravail, au contraire, renvoie à un contrat de travail bien spécifique, et à toute une organisation à revoir pour les entreprises, afin de permettre aux collaborateurs qui le souhaitent de s’y consacrer. Et c’est ce type de contrat qui gagne en popularité, depuis qu’il a été mis en place. En 2018, le nombre de personnes en télétravail a ainsi plus que doublé, passant de 325 à 738 personnes, en seulement un an. En 2019, ce chiffre est passé à 1 075, puis à 1 290 en fin d’année 2020. Avant le Covid-19, la tendance était donc déjà marquée.

Cet article est à lire ici.

Décembre  2021 — Société

Nationalité monégasque par mariage : le délai passe à 20 ans

Les élus du Conseil national ont voté un texte qui porte de 10 à 20 ans le délai permettant à un conjoint de Monégasque d’obtenir la nationalité par le mariage. L’objectif des élus est de préserver le modèle social monégasque, alors que l’Institut monégasque de la statistique et des études économiques (IMSEE) prédit qu’au rythme actuel, il pourrait y avoir 14 700 Monégasques en 2070. D’autant que la population de la principauté a été multipliée par trois en 70 ans : de 3 000 Monégasques en 1950, ils étaient 9 571 en décembre 2020, selon les derniers chiffres de l’IMSEE. Comment « assumer » 5 100 Monégasques supplémentaires d’ici 50 ans ? C’était la question de la rapporteure du texte, Brigitte Boccone-Pagès, élue Priorité Monaco (Primo !) et vice-présidente du Conseil national. Pour justifier cette durée de 20 ans, cette élue a expliqué qu’elle correspondait à une génération, et que cela permettrait « d’assurer l’intégration pleine et entière des conjoints de la nationalité étrangère dans la communauté nationale. » Cette proposition, si elle a été votée par la majorité Primo !, n’a pas fait l’unanimité pour autant. Sur les 21 élus présents, deux ont voté contre (les élus Primo !, Pierre Van Klaveren et Nathalie Amoratti-Blanc), et trois se sont abstenus (l’élu Primo !, Jean-Charles Emmerich, accompagné des deux élus Horizon Monaco, Béatrice Fresko-Rolfo et Jacques Rit).

Cet article est à lire ici.

Publié le

Monaco Hebdo