mercredi 25 novembre 2020
Accueil Actualités Société Les pompiers de Monaco font leur transformation numérique

Les pompiers de Monaco font leur transformation numérique

Publié le

Malgré la crise du Covid-19, qui a entraîné une nette baisse de leurs interventions, les pompiers de Monaco s’équipent de nouvelles technologies, afin de renforcer leur efficacité.

« Mais aussi de sécuriser les vies des soldats du feu », précise le lieutenant-colonel Norbert Fassiaux. Voici comment le numérique transforme le quotidien des pompiers de la principauté.

La transformation numérique, cette vague de digitalisation des processus, est bien souvent associée aux entreprises. Mais elle concerne aussi les services publics, qui profitent des nouvelles technologies pour maximiser leur efficacité opérationnelle et optimiser leurs budgets. Monaco ne fait pas exception à la règle, bien au contraire : les pompiers de la principauté bénéficient, depuis plusieurs années, de fonctionnalités puissantes et connectées. Il faut dire que le territoire monégasque constitue sans doute le meilleur endroit pour adopter de nouvelles technologies en ligne. Rappelons qu’il est, depuis 2019, entièrement connecté à la 5G. Si celle-ci n’est que très peu utilisée par les particuliers (il leur faudra, pour cela, changer de smartphone), elle est précieuse pour les soldats du feu, et leur drone de surveillance. Déployé depuis une dizaine d’années, il profite des avantages de la 5G pour envoyer, en direct, sans latence et sans perte de qualité ou de signal, des images en haute-définition (HD) de la principauté. Et ce, lors des interventions ou des grands événements monégasques, comme le Grand Prix de Formule 1 (F1).

Le CGECOS, « cerveau » des opérations monégasques

Et pour orchestrer leurs interventions, les sapeurs-pompiers de Monaco disposent d’un nouvel outil, mis en service au printemps 2019 et inauguré le 21 septembre 2020 par le prince Albert II, au cœur de la caserne de la Condamine : le Centre de gestion des événements et de conduite des opérations de secours (CGECOS). Sept jours sur 7, 24 heures sur 24, deux opérateurs et un superviseur se relaient pour traiter les appels et les alertes. Ils disposent, pour organiser les interventions, d’informations actualisées en quasi-temps réel : statut opérationnel des véhicules de secours, géolocalisation, bouches à incendie disponibles, routes fermées à la circulation… Ces données permettent ensuite au logiciel de calculer le meilleur itinéraire pour les interventions. Et donc, potentiellement, de gagner du temps pour sauver des vies. « Avec le nouveau centre de gestion, les sapeurs-pompiers de Monaco disposent, sur leurs écrans, de toutes les informations importantes pour partir en intervention, commente le lieutenant-colonel Norbert Fassiaux. Il nous permet de maximiser l’efficacité de nos sapeurs-pompiers, d’anticiper au maximum les situations dans lesquelles ils vont se retrouver, et de veiller à leur sécurité également. C’est un véritable plus et une grande satisfaction pour nos soldats du feu, y compris lorsque l’on compare ses performances, et ce qu’il permet de faire par rapport à l’ancien centre de gestion. » Signalons également que les opérateurs disposent sur leur cartographie d’un aperçu des bâtiments à risque de la principauté, comme le palais princier, la tour Odéon ou encore le musée océanographique. Dans leurs fichiers, on trouve aussi les fiches techniques de plusieurs centaines de bâtiments, là encore pour faciliter les interventions des soldats du feu. « Ce centre assure l’engagement et le suivi des moyens de secours en lien avec ses différents partenaires tels que le centre intégré de gestion de la mobilité de la Direction de l’aménagement urbain (DAU), le centre de supervision et de commandement opérationnel de la sûreté publique, le service des urgences de l’hôpital princesse Grace et la mairie pour les télé-alarmes », complète-t-on à la communication du gouvernement princier. Créer un lien inter-services, voilà bien l’objectif du nouveau centre de gestion des opérations des pompiers monégasques. Pour aller plus loin, et depuis cet été 2020, ceux qui partent en intervention disposent même de tablettes connectées dans leurs camions. Au-delà de l’affichage des ordres de mission, elles permettent aux soldats du feu d’enrichir un bilan médical des éventuelles victimes, membre par membre, fonction vitale par fonction vitale. Fractures, brûlures, traumatismes, fréquence respiratoire, saturation en oxygène, tension… toutes ces données peuvent ensuite être transmises aux urgences du centre hospitalier princesse Grace (CHPG). Lesquelles gagnent du temps dans leur prise en charge et leurs interventions. « Nous recherchons constamment des outils pour assurer une meilleure coordination entre les différents services d’urgence, confirme le lieutenant-colonel Norbert Fassiaux. Les tablettes apportent plus de précision et de réactivité, et aident incontestablement à sauver des vies. Avec elles, les urgences se préparent mieux à l’arrivée des victimes, elles anticipent les soins à effectuer. Elles peuvent aussi, si besoin, préparer un transfert des patients vers d’autres établissements de la région, si leur état de santé le nécessite. »

© Photo Manuel Vitali / Direction de la Communication

D’autres projets en attente de concrétisation

Les sapeurs-pompiers de Monaco ne comptent pas s’arrêter en si bon chemin et veulent poursuivre leur transformation digitale. Ils pourraient ainsi prochainement disposer de maquettes en 3D des principaux bâtiments de la principauté, afin de préparer leurs interventions et de se former à la sécurisation des lieux emblématiques de Monaco. Un nouveau drone, entièrement automatique, pourrait quant à lui s’inviter dans le ciel monégasque. L’avantage de cette technologie ? La possibilité de recueillir des images venant de n’importe quel point du Rocher, en s’affranchissant des contraintes liées au guidage « classique », par un homme ou une femme donc, que limitent les obstacles entre le point où se trouvent les commandes et la zone à surveiller. Par ailleurs, un modèle prédictif pourrait être développé, s’appuyant sur les données agrégées jusque-là (météo, événements…) pour déterminer les probabilités d’une intervention sur une période donnée, afin d’adapter la réponse opérationnelle. Enfin, une convention de partenariat a été signée entre le chef de la police de Monaco, Richard Marangoni, et le corps des sapeurs-pompiers. Elle permet aux soldats du feu d’accéder aux 952 caméras urbaines de surveillance installées sur le territoire de la principauté – neuf de manière simultanée, sans enregistrement et le temps de l’intervention seulement. L’objectif ? « Dans le cadre de ce partenariat, nous avons accès si la situation le nécessite aux caméras d’une zone donnée, explique le lieutenant-colonel Norbert Fassiaux. Il nous est possible d’effectuer des zooms, de changer d’angle, afin de maximiser notre efficacité. Ces informations nous seront précieuses et aideront grandement les soldats du feu envoyés en intervention. » Bilan ? « Les sapeurs-pompiers de Monaco disposent de nombreux outils technologiques pour leurs interventions, constate le lieutenant-colonel. Mais il ne faut pas oublier qu’ils s’entraînent constamment, pour faire face à de nombreux types de problématiques. Le métier reste ainsi très humain, très expert : ce n’est pas parce que l’on adopte de nouvelles solutions modernes que cette dimension doit s’effacer, bien au contraire. Il s’agit avant tout d’une aide à la décision. C’est la force de notre corps des sapeurs-pompiers monégasques. »

Les pompiers monégasques impactés par le Covid-19

La crise du Covid-19 a nettement impacté l’activité des sapeurs-pompiers de Monaco. Ainsi, ils constatent, sur les six mois écoulés, une baisse de plus de 25 % du nombre de leurs interventions par rapport à la même période en 2019. Mais la situation sanitaire a généré pour les soldats du feu de nouvelles responsabilités. Avec l’appui des nouvelles technologies notamment, ils ont ainsi été sollicités pour différentes missions au profit de l’État monégasque. « Entraînés et s’adaptant en permanence, les personnels du corps des sapeurs-pompiers ont assuré avec rigueur et professionnalisme le transport des personnes malades ou suspectes, assure-t-on au sein du service communication des sapeurs-pompiers. A ce jour, et depuis le 15 février 2020, 235 personnes ont été transportées sous protocole Covid-19. Parallèlement, une première cellule de suivi des personnes a été mise en place au sein du centre opérationnel de l’unité, afin de répondre aux inquiétudes de la population monégasque. Le corps des sapeurs-pompiers a aussi collaboré à la mise en place du centre d’appel Covid, ainsi qu’à la fiche de répertoriassions et de suivi SINUS. De plus, il a été sollicité pour participer à la campagne de dépistage par la présence quotidienne de plusieurs militaires. »

Publié le

Les plus lus

Le PIB poursuit sa croissance en 2019, avant une chute attendue...

Après avoir franchi pour la première fois les 6 milliards d’euros en 2018, le PIB monégasque poursuit sa croissance.

Beethoven par le Trio Zeliha

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!