vendredi 22 octobre 2021
AccueilActualitésPlan social à la SBM : les syndicats réclament un effort aux...

Plan social à la SBM : les syndicats réclament un effort aux dirigeants

Publié le

Les remous autour du plan social lancé par la Société des bains de mer (SBM) se poursuivent. Confrontée à de graves difficultés financières, la SBM a négocié 189 départs volontaires qui ne seront pas suffisants, a indiqué le président-délégué de cette entreprise, Jean-Luc Biamonti. D’autres emplois vont donc disparaître, afin de « résoudre ce problème une bonne fois pour toutes », pour « préparer la SBM pour l’avenir ». Dans un communiqué publié le 16 février 2021, les syndicats des casinos ont indiqué avoir « consenti, sans délai, à des mesures d’économie et de gestion pour les intérêts de la SBM et de la principauté ». Expliquant avoir demandé au directeur des ressources humaines (DRH) de la SBM quels efforts ferait, à son tour, le comité exécutif de cette entreprise pour surmonter cette crise sans précédent, les syndicats affichent leur surprise et leur mécontentement face à la réponse qu’ils ont obtenue. Selon eux, le comité exécutif leur a indiqué que le « paiement de bonus [sera] décalé de quelques mois (mais tout de même versé de manière ironique le mois de l’annonce du plan social) », et qu’il renonçait à leur « bonus quantitatif (mais pas au bonus qualitatif…) pour l’exercice en cours, alors qu’au vu de la situation actuelle, il s’agira sûrement de l’un des pires exercices de la SBM. » Ce constat a provoqué un véritable agacement chez ces syndicats : « A l’heure où les salariés sont fortement impactés financièrement, nous déplorons que le comité exécutif et son représentant restent campés sur leur position, se contentant de répéter aux salariés de faire des efforts qu’eux-mêmes refusent de s’imposer. Cette attitude est incompréhensible aux yeux de tous ! ». Regrettant que la « seule variable du plan de sauvegarde soit cette capacité des salariés à produire un effort individuel et collectif sans précédent, effort qui s’arrête aux portes du comité exécutif », les syndicats des casinos rappellent que « les dirigeants ont été identifiés par le DRH comme les responsables de la situation économique depuis 2008. Dans ce contexte, nous espérons que le nombre très important de départs anticipés, négociés avec les salariés, et les réformes structurelles engagées depuis 2015, suffisent à redresser les comptes de l’entreprise. Et que nous pourrons ainsi clore le plan de sauvegarde de l’emploi et nous reconcentrer sur la relance de l’activité. Notre priorité ! »

Publié le

Monaco Hebdo