vendredi 27 novembre 2020
Accueil Actualités Société Face au Covid-19 la No Finish Line se réinvente en mode virtuel

Face au Covid-19 la No Finish Line se réinvente en mode virtuel

Publié le

Crise du coronavirus oblige, la No Finish Line (NFL) n’aura pas lieu cette année sous sa forme habituelle.

Compte tenu des mesures sanitaires en vigueur à Monaco et en France, les organisateurs ont opté pour une édition virtuelle. L’objectif reste, en revanche, bien réel : financer des projets pour les enfants malades ou défavorisés, avec cette année un soutien particulier aux vallées dévastées par la tempête Alex. 

Elle est l’un des rares événements à survivre au coronavirus. La 21ème édition de la No Finish Line aura bien lieu du samedi 14 au dimanche 22 novembre 2020. Mais sous une forme inédite puisqu’elle sera, pour la première fois à Monaco, 100 % virtuelle.

Course virtuelle

« Le but essentiel de la No Finish Line, c’est de récolter des fonds pour pouvoir soutenir nos projets pour les enfants. On ne s’est donc pas trop posé la question de ne pas la faire. Aujourd’hui, il existe des moyens pour organiser des courses virtuelles, donc on s’est adapté », explique Ariane Favaloro pour justifier le maintien de l’événement alors que les mesures sanitaires se sont durcies en principauté (couvre-feu à 20 heures) et en France (confinement) ces dernières semaines. Mais qu’importe, cette année plus que jamais, la solidarité doit l’emporter car, comme le souligne justement la présidente de la No Finish Line Monaco, la pandémie de Covid-19 et les intempéries qui ont ravagé les vallées maralpines ont généré « beaucoup de besoins ». Si un format réduit a, dans un premier temps, été étudié par les organisateurs, ces derniers, en accord avec la direction de l’action sanitaire et sociale, ont vite abandonné cette idée face à la dégradation de la situation sanitaire dans la région. Finalement, cette NFL 2020 sera virtuelle et permettra pour la première fois aux coureurs et marcheurs du monde entier de participer, en se connectant à l’application ZapSports (lire mode d’emploi, par ailleurs). C’est d’ailleurs l’option qui avait été retenue par la No Finish Line Paris en juin dernier et qui avait fait ses preuves en réunissant plus de 3 000 participants pendant cinq jours. « Les gens avaient pas mal adhéré », se souvient Ariane Favaloro, consciente toutefois qu’il sera difficile d’atteindre la barre des 10 000 participants. « On n’aura peut-être pas le même type de participants, de coureurs, de marcheurs que d’habitude. Mais il est important d’être là et de continuer à défendre nos valeurs ».

© Photo André Faure

« On va peut-être perdre en route les personnes un peu plus âgées qui ne savent pas manier la technique et qui n’ont pas des téléphones dernier cri » Ariane Favaloro. Présidente de la No Finish Line Monaco

Aide aux vallées maralpines

Car cette année, l’essentiel est ailleurs : « Le plus important, c’est de sauver la manifestation, de récolter le plus possible de fonds pour pouvoir financer nos projets pour les enfants. C’est notre objectif principal plus que le côté sportif ». Une fois n’est pas coutume, la présidente de la NFL Monaco ne s’est d’ailleurs fixée aucun objectif en termes de distance à parcourir. Mais comme le veut la tradition, un euro sera reversé par Children and Future pour chaque kilomètre parcouru. En fonction de la somme récoltée, l’association organisatrice de l’événement se réserve le droit d’ajouter un petit surplus comme cela a été le cas l’année dernière après l’interruption prématurée de la course en raison des intempéries (lire par ailleurs). Les organisateurs peuvent également toujours compter sur le soutien de leurs sponsors, qui restent mobilisés malgré la crise et le format inédit de cette NFL 2020. « Je ne peux pas vous dire qu’ils nous financeront le même montant que les autres années. On verra, mais ils se sont engagés avec nous », assure Ariane Favaloro. Les fonds récoltés serviront comme d’habitude à financer des projets destinés aux enfants malades ou défavorisés. Des projets minutieusement choisis par l’association Children and Future, comme le rappelle Ariane Favaloro. « Nous nous efforçons de privilégier des projets, dont on peut suivre l’évolution pour ne pas donner de l’argent à n’importe qui. La coopération internationale à Monaco nous aide aussi beaucoup ». Cette année, une aide particulière sera apportée aux vallées dévastées par la tempête Alex en octobre dernier. « On aimerait bien participer à un programme de reconstruction dans les vallées qui ont été touchées par les intempéries », annonce la présidente de la NFL Monaco. Avant de révéler qu’une collecte de jouets en état neuf sera également organisée simultanément — du 14 au 21 novembre — au chapiteau de Fontvieille pour les enfants des zones sinistrées. Children and Future sera soutenue dans sa démarche par l’ASM Basket (Roca Team) et l’ASM Foot, deux partenaires historiques de cet événement.

Limites

Si cette édition virtuelle permettra à la No Finish Line Monaco de dépasser pour la première de son histoire les frontières de la principauté, l’organisation d’une course connectée présente aussi des limites. Notamment techniques. En effet, seules les personnes équipées d’un smartphone avec une connexion Internet pourront participer. Mais là aussi, les organisateurs ont pensé à tout. « Nous aurons un QG devant le chapiteau de Fontvieille. Les gens pourront venir acheter des tee-shirts, des produits dérivés et participer autrement. Il va falloir s’adapter, on va peut-être perdre en route les personnes un peu plus âgées qui ne savent pas manier la technique et qui n’ont pas des téléphones dernier cri », déplore Ariane Favaloro. La présidente de la NFL regrette aussi l’absence de dimension festive, qui fait habituellement le charme de l’événement : « Il n’y a pas le côté convivial. C’est sûr que c’est différent. Les gens ne vont pas pouvoir marcher, courir ensemble, se réunir… ». Mais à année exceptionnelle, événement exceptionnel. Et les organisateurs ont dû eux aussi s’adapter. Pour contrôler la course à distance, ils ont fait appel à l’entreprise Cimalp, le développeur de l’application ZapSports. Tous les participants seront informés quotidiennement du nombre de kilomètres parcourus sur les réseaux sociaux et sur le site Internet de l’événement. « Il va y avoir une communication très intense pendant dix jours sur les réseaux sociaux. Cette année, c’est le nerf de la guerre », explique Ariane Favaloro. Celle-ci s’est d’ailleurs intensifiée ces derniers jours avec la publication de nombreux posts et vidéos pour encourager les inscriptions.

Ariane Favaloro. Présidente de la No Finish Line Monaco © Photo Philippe Hortail

« On va voir tout de suite si une personne marche ou fait du vélo. Les professionnels de Cimalp seront là pour vérifier que tout se fasse dans les règles. Il ne faut pas croire que les gens vont faire n’importe quoi »

« Soyons tous solidaires »

Les organisateurs seront enfin particulièrement attentifs aux triches éventuelles. « On va voir tout de suite si une personne marche ou fait du vélo. Il y a un certain nombre de kilomètre/heure à respecter. Et les professionnels de Cimalp seront là pour vérifier que tout se fasse dans les règles. Il ne faut pas croire que les gens vont faire n’importe quoi », veut croire la présidente de la NFL Monaco, qui n’exclut pas d’appliquer des pénalités en cas de triche avérée. Le maintien de l’événement représente en tout cas une première victoire pour les organisateurs qui, malgré les incertitudes liées à la situation sanitaire, n’ont jamais jeté l’éponge. Ils espèrent désormais que les adeptes de la No Finish Line répondront présents, malgré son format inédit. « Aidez-nous à soutenir nos projets pour les enfants. Soyons tous solidaires, l’aventure continue en virtuel. Il faut qu’on continue pour les enfants, c’est pour ça qu’on se bat », insiste Ariane Favoloro. Quant à la question de savoir si, à terme, la NFL Monaco deviendra uniquement virtuelle, l’organisatrice se veut clair : « Non. Ce n’est pas du tout notre objectif, car c’est un événement convivial à Monaco ».

No Finish Line virtuelle Mode d’emploi

Étape 1 : Inscrivez-vous sur le site Internet de l’association Children and Future, https://childrenandfuture.com/no-finish-line-2/, avant le dimanche 22 novembre 2020 à midi pour les individuels et avant le mercredi 11 novembre 2020 à 18 heures pour les équipes. Tarif unique : 12 euros.

Étape 2 : Téléchargez l’application ZapSports sur l’Androïd Store (https://play.google.com/store/apps/details?id=com.cimalp.zap) ou l’AppStore (https://apps.apple.com/us/app/id1527468937).

Étape 3 : Lancez l’application et sélectionnez la course No Finish Line sur votre smartphone ou votre montre connectée à chaque fois que vous voulez courir ou marcher. Le chronomètre se déclenchera et vos kilomètres parcourus seront automatiquement enregistrés et centralisés. Vous pouvez vous connecter 24 heures sur 24, sans limite de connexions, jusqu’au 22 novembre à 15 heures. Pour rappel, un euro est reversé pour chaque kilomètre parcouru.

En cas de questions, vous pouvez contacter le 06 80 86 35 57 ou vous rendre à la permanence qui sera installée au chapiteau de Fontvieille du samedi 14 au 21 novembre 2020, de 9 heures à 19 heures.

No Finish Line 2019. Une enquête « toujours en cours » après la chute d’une participante

L’édition 2019 de la No Finish Line avait été marquée par la chute d’une participante, soulevée par une vague et projetée par-dessus la rambarde de la digue. Peu de temps après ce grave accident, l’accès à la digue avait été interdit avant que la course ne soit prématurément et définitivement arrêtée aux alentours de 17 heures, samedi 23 novembre 2019, en raison des intempéries qui s’abattaient sur la région (lire Monaco Hebdo n° 1130). Souffrant d’une fracture du bassin, la jeune femme avait été transférée dans un état grave à l’hôpital Pasteur à Nice. Un an plus tard, Ariane Favaloro assure ne plus avoir de nouvelles de la personne accidentée. « Je n’ai rien à vous dire, parce qu’une enquête est toujours en cours. Je n’en sais pas plus », indique la présidente de la No Finish Line Monaco. À ce stade, une procédure judiciaire ne peut être exclue. Les suites de cet accident pourraient donc bien se jouer devant les tribunaux.

Publié le

Les plus lus

Toyota mise sur la pile marine

Toyota Motor souhaite démontrer que la pile à combustible peut devenir une alternative d’un dispositif qui fonctionne déjà à l’électrique.

D’autres temps pour Stéphane Blanchard

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!