lundi 20 septembre 2021
AccueilActualitésSociétéNi box : le nouveau repère des ados

Ni box : le nouveau repère des ados

Publié le

Le Ni Box
Le directeur du Ni Box, Richard Maria, souhaite attirer une clientèle de 2 à 99 ans. © Photo EdWrightImages.

Après le Ni hôtel, le Ni bar et le Ni tapas, le dernier-né de la marque, le Ni box, a été inauguré le 25 avril dans l’anse du Portier. Un espace essentiellement destiné aux ados, souhaité depuis 2003 par une partie des élus du Conseil national. Par Sabrina Bonarrigo.

Un grand bâtiment blanc à l’architecture contemporaine, situé face à la mer… Le Ni box attire l’œil par ses courbes. Et étonne par son contenu multi facette. Patinoire, bowling avec huit pistes, salle de jorkyball, espace jeux vidéo, espace petit enfance de 2 à 7 ans, discothèque, et McDonald’s… Le tout dans 3 000 m2 de surface sur 5 étages. Cette nouvelle plateforme de divertissement, inaugurée le 25 avril dernier par le Prince Albert, peut accueillir jusqu’à 1 500 personnes et emploie plus de 30 salariés hors McDo. Et plus d’une semaine après l’ouverture, le directeur des lieux, Richard Maria (1) se dit « Satisfait. C’est un très bon début », affirme-t-il, sans révéler de chiffres sur le nombre de visiteurs. « Il est trop tôt pour faire un bilan et les chiffres ne seraient pas significatifs. Car le côté nouveauté attire toujours les foules dans un premier temps. » Même mystère côté investissement sur le projet. En revanche, pas de demi-mesure sur la clientèle visée.

De 2 à 99 ans
Sur ce point, le directeur ratisse large. « L’idée de base, c’était de créer un centre pour les jeunes. Mais je considère qu’il s’agit davantage d’un centre de loisirs multi générationnel. On souhaite attirer une clientèle de 2 à 99 ans. Bien que notre cœur de clientèle reste, pour l’heure, les adolescents et les familles. » Car le Ni Box remet au goût du jour des secteurs de loisirs disparus depuis un bail à Monaco. Et concentre sur un seul lieu des activités éparpillées ici et là en Principauté. « Créer un espace de loisirs à Monaco c’était une volonté qui existait depuis la fin des années 80, début des années 90. Le Ni box rassemble tout sur un seul site. Le dernier bowling remonte aux années 70 au Café de Paris. La seule patinoire qui existe à Monaco, c’est celle du port installée ponctuellement en hiver. Et côté jeux vidéos, il n’y a pas vraiment de salle. » Rien ne semble donc manquer dans cet établissement. Pas même une boîte de nuit pour les noctambules. Une discothèque double fonction pour mineurs et majeurs. Les plus jeunes y ont en effet accès de 15 à 19h les mercredis et dimanches. Tandis que les aînés pourront investir les lieux jusqu’à 4h30 du matin les vendredis, samedis et veille de jours fériés. Et bien que Richard Maria dément vouloir s’imposer comme le successeur du Karé(ment), une boite qui devrait fermer ses portes le 30 juin prochain, la clientèle visée reste à peu près la même : « Celle de Monaco, et des communes limitrophes jusqu’à Antibes. » Même constat côté tarifs qui sont sensiblement les mêmes.

Volonté politique
Derrière ce projet se cachait également une volonté politique des élus du Conseil national. En 2003, la majorité union pour Monaco (UPM) a inscrit dans son programme une série de propositions dessinant les grandes lignes de ce qui serait un « club des jeunes. » « Il aura fallu plusieurs années et deux mandats de batailles pour convaincre le gouvernement de répondre à cette demande de la population monégasque. Le Ni Box répond parfaitement au cahier des charges signé en novembre 2007 », souligne un communiqué du Conseil national. Car, jusqu’à aujourd’hui, aucun lieu à Monaco n’était véritablement dédié aux adolescents. D’ailleurs, pour le gouvernement, l’objectif était « d’édifier un complexe de loisirs pour les jeunes avec un cahier des charges adaptés à la clientèle mineure, pour adolescents et jeunes adultes avec une tarification mesurée. (2) » Un projet qui a pourtant été mis à mal à plusieurs reprises pendant sa construction. Entamé le 4 décembre 2007, le chantier lancé par la société SAM Epicure de l’entrepreneur Patrice Pastor a été menacé. Notamment en février 2009 à cause de plaintes de riverains. Le tribunal suprême avait alors annulé le permis de construire car « le chantier ne respectait pas les prérogatives de protection de l’environnement instituées en Principauté. » Les habitants du “Sardanapale”, résidence à proximité du Ni Box craignaient aussi des nuisances sonores.

“Sécuriser la sortie des lieux”
Sur ce point, Richard Maria affiche aujourd’hui un discours rassurant : « Dans le cadre de la construction, nous avons pris toutes les précautions pour les nuisances sonores émanant de l’établissement, avec des protections acoustiques. » Tout en admettant qu’il existe toujours un risque de nuisances aux abords. « Sur ce point, on va collaborer avec la sûreté publique pour ne pas qu’il y ait de stationnement anarchique ou des personnes qui fassent du bruit. Il faut que l’ordre public soit respecté », ajoute Maria. Bref, faire en sorte de ne pas répéter le scénario du Karé(ment). Côté sécurité, en revanche, l’établissement est situé à proximité du tunnel du Loews, un tronçon très fréquenté par les véhicules. « Un souhait supplémentaire serait de sécuriser la sortie des lieux. Et de prévoir, dans les parkings attenants et sur la voie publique, si cela s’avère possible, un maximum de places de stationnement pour les deux-roues », souligne le Conseil national. Car avec l’arrivée du Ni Box, le Ni Tapas, le Grimaldi forum et les établissements rue du portier, l’afflux de personnes dans ce secteur pourrait doubler.

(1) Richard Maria est directeur général du Ni box et du Ni tapas (ouvert le 8 avril). Il est également en charge de la commercialisation du Ni hôtel. Il a auparavant été 15 ans salarié de la Société des bains de mer (SBM), en charge des banquets au Café de Paris.
(2) Pour faciliter le paiement et fidéliser sa clientèle, le Ni box a lancé la Ni Carte, une sorte de portefeuille rechargeable qui sert aussi de carte d’identité avec photo, adresse ou encore date de naissance.

Un McDo… comme les autres

Publicité mensongère ou problème de communication ? Le site Internet du Ni Box (nibox.mc), présente son McDonald’s comme un fast food « nouvelle génération pratiquant une politique de “healthy & safe food” ». Des termes qui laisseraient à penser que ce nouveau fast food, pouvant accueillir jusqu’à 250 personnes avec 70 salariés, serait bio. Voire bon pour la santé. Or le directeur des lieux, Henri Leize, également directeur du McDo de Fontvieille, affirme que son nouveau fast food est « traditionnel. » Avec les mêmes menus que ceux proposés dans tous les autres McDonald’s. Et avec les « mêmes tarifs. » Seule originalité : son décor, très contemporain, à l’image de l’établissement.

Publié le

Monaco Hebdo