mardi 20 avril 2021
Accueil Actualités Société L’épidémie, jour après jour

L’épidémie, jour après jour

Publié le

Pendant toute la durée du confinement, Monaco Hebdo ouvre une nouvelle rubrique. Chaque semaine retrouvez le récit, jour après jour, de l’évolution de l’épidémie en principauté, et des mesures prises par les autorités.

© Photo Gaetan Luci / Palais Princier

Jeudi 19 mars 2020 : le prince Albert positif au Covid-19, le Grand Prix est annulé

Après la contamination du ministre d’État, Serge Telle, est venue celle du prince Albert. Compte tenu de la contagion du virus, en imaginant que le ministre d’État a dû rencontrer le prince à de nombreuses reprises les jours précédant le confinement général, la nouvelle fut presque peu surprenante. Dans le même temps, on apprenait l’annulation du Grand Prix de Formule 1 (F1). Là aussi, sans grande surprise. C’était plutôt d’envisager le maintien coûte que coûte qui paraissait très étonnant. Pour rappel, l’Automobile club de Monaco avait annoncé le jeudi 12 mars que l’installation des tribunes en vue du Grand Prix débutait. Une communication à l’encontre de ce qui se tramait, et auquel tout le monde se préparait. Le lendemain même de l’allocution du prince, mercredi 12 mars, Marie-Pierre Gramaglia, conseillère-ministre à l’environnement, l’urbanisme et l’équipement, autorisait exceptionnellement un seul chantier à se poursuivre : celui du quai des États-Unis pour permettre le maintien du Grand Prix. Après l’allocution du prince de mardi soir, les journées de mercredi et jeudi furent celles de l’organisation du confinement. Les services se mettent en place, la solidarité s’organise. Jeudi soir, le total est de 11 cas positifs.

© Photo Iulian Giurca – Monaco Hebdo.

Vendredi 20 mars 2020 : Les restrictions sont étendues

Jugeant que le confinement n’est pas suffisamment respecté, le gouvernement princier ferme les accès au littoral, les jardins publics et les aires de jeux. Ces restrictions supplémentaires suivent celles prises dans le département des Alpes-Maritimes, classé en zone à risque le même jour. Dans le même temps, le prince publiait un communiqué de remerciements au soutien reçu de la population, suite à l’annonce de sa contamination au virus. Il continue de diriger le pays depuis ses appartements et se veut rassurant sur son état de santé.

Samedi 21 mars 2020 : Un article  6 malvenu

Samedi matin, on apprenait au réveil, à la lecture de Monaco-Matin, qu’une mère de deux enfants s’était vu appliquer l’article 6, la congédiant ainsi en pleine crise sanitaire. Cette employée de la société R-Logitech, résidente à Cap d’Ail, n’a pas compris la raison. Faute d’ordinateur, le télétravail n’était pas possible. L’employeur Frédéric Platini s’en est défendu, expliquant que « les licenciements effectués (deux dans une structure et un dans une autre) ne sont pas liés à la crise ». Pourtant, elle sera réintégrée deux jours plus tard, après un tollé provoqué par le licenciement. Samedi soir, pas de sortie festive. On apprend que le total du nombre de cas positifs se porte à 18 en principauté.

Dimanche 22 mars 2020 : Couvre-feu à Monaco

Monaco suit le voisin niçois et instaure également un couvre-feu. Interdiction de sortir entre 22 heures et 5 heures du matin dans la principauté jusqu’à nouvel ordre. Les services de police sont habilités à dresser des amendes allant jusqu’à 200 euros en cas de non-respect du couvre-feu. Évidemment, exception faite pour le personnel soignant. Comme chaque dimanche, l’archevêque de Monaco dirige la messe. Celle-ci est particulière, puisque c’est le quatrième dimanche de Carême. Pour ses débuts, peu d’occasions lui ont été données de rencontrer ses fidèles. Mais les moyens de communication modernes permettent à monseigneur Dominique-Marie David de mener à bien sa mission religieuse. Le soir, un communiqué du gouvernement donne un nouveau bilan de 23 personnes testées positives. Mais note qu’une d’entre elles est désormais guérie. Aussi, dans les mesures prises par la ville de Nice, la ligne de bus 100 Nice-Monaco est interrompue jusqu’à nouvel ordre. Après la première semaine, le confinement se durcit, c’était à prévoir.

© Photo Conseil National.

Lundi 23 mars 2020 : Le prince inclut le Conseil national

Le Conseil national demande depuis le 16 mars la création d’un groupe mixte de travail afin de pouvoir participer aux décisions en temps de crise (lire notre article dans ce numéro). Chacun dans son rôle, la représentation nationale entend être force de propositions. Le prince a répondu favorablement à cette demande le 23 mars, en fin de journée. Le Conseil national voit ainsi son rôle institutionnel renforcé, exceptionnellement. Dans la journée, le gouvernement publie finalement une fiche d’accompagnement pour le Chômage total temporaire renforcé (CTTR), disponible sur le site spe.gouv.mc. En collaboration avec l’assurance chômage française, les versements allant jusqu’à 80 % du salaire net, sont désormais mobilisables. C’est à l’employeur d’effectuer les démarches. Enfin, on apprenait que les rues de la principauté seraient désormais nettoyées au bactéricide tous les jours, comme cela se fait dans plusieurs communes de France. Le panel des mesures possibles semble complet.

Mardi 24 mars 2020 : Après une semaine, tout semble en place

Il semblerait que le plus difficile reste à venir. En effet, en Italie, les morts s’accumulent, et chaque journée est plus meurtrière que la précédente. A Monaco, la première semaine de confinement a permis à tout le monde de s’organiser au mieux. Centre hospitalier princesse Grace (CHPG), associations de secours et d’assistance, entraide entre particuliers, supermarchés, entreprises : tous se sont mis au diapason, malgré un certain nombre de réfractaires de tous bords. Le pic de l’épidémie n’est pas encore parvenu jusque chez nous. Néanmoins, tous les services de la principauté se veulent rassurants. Ils disent être prêts.

Publié le

Les plus lus

Bérénice selon Célie Pauthe, à voir sur Internet

Sur le site de l’Officiel des spectacles de Paris, ainsi que sur celui de l’Odéon, théâtre de l’Europe, il est possible de visionner la pièce de théâtre Bérénice.
Monaco Hebdo