jeudi 9 décembre 2021
AccueilActualitésSociétéFusillade de Toulouse : l'émotion à Monaco

Fusillade de Toulouse : l’émotion à Monaco

Publié le

Minute de silence pour Toulouse
© Photo Charly Gallo / Centre de Presse.

Après la fusillade mortelle dans une école juive à Toulouse, Monaco a respecté une minute de silence.

«J’en ai discuté longuement avec mon fils. Il fallait instaurer un dialogue et expliquer l’inexplicable », commente Christine, une Monégasque. La fusillade perpétrée le 19 mars dans l’enceinte d’une école juive de Toulouse a beau s’être déroulée à des kilomètres de Monaco, l’émotion était palpable en principauté ces derniers jours. Surtout à la synagogue. Le choc était en effet d’autant plus vif que le rabbin Daniel Torgnant connaissait l’enseignant assassiné à Ozar Hatorah, Jonathan Sandler. Lundi soir, quelques heures après l’attentat de Toulouse où trois enfants âgés de 4 à 7 ans ont perdu la vie, une cinquantaine de membres de la communauté juive de Monaco mais aussi de Roquebrune et de Menton se sont recueillis pour témoigner leur solidarité aux familles meurtries. L’association cultuelle israélite de Monaco (ACIM) avait organisé en urgence, grâce au bouche à oreille et à l’échange de sms, une cérémonie religieuse. Une réunion démarrée vers 19h, où « la peine, la tristesse et le recueillement » ont prédominé selon le président de l’ACIM, Mikhal Amsellem. « L’assistance a pu entendre lire les mots d’émotion, de tristesse, de condoléances et de totale solidarité des autorités publiques monégasques, s’exprimant par la voix du Ministre d’Etat, Michel Roger, au nom du gouvernement », ajoute le président de l’association pour qui « la communauté juive de Monaco est parfaitement consciente que cette tragédie aurait pu avoir pour cadre n’importe quelle ville, y compris Monaco?; l’assassin voulant par son acte lâche et abject, toucher symboliquement la communauté juive en son cœur et sa chair, en s’en prenant à ses petits enfants, dans une école juive. » Avant de poursuivre?: « Une école, qu’elle soit, laïque, catholique, musulmane, juive ou autre, est un sanctuaire que rien ne doit venir troubler, surtout pas les vacarmes extérieurs de haine et de méchanceté. L’assassin a transgressé toute les règles de l’Humanité en agissant de la sorte et par là même, s’est exclu du genre humain. »

« Chagrin et recueillement »
Le lendemain, en solidarité avec la France, une minute de silence était respectée dans tous les établissements scolaires de la Principauté. Au lycée Albert Ier, à 11h, les lycéens partageaient ce moment de recueillement avec des représentants du palais, du gouvernement et de l’ambassade de France. Dans les couloirs du premier étage de l’établissement, Jacques Boisson, Paul Masseron et Hugues Moret faisaient face aux élèves, sortis un instant de leur classe. Monaco a d’ailleurs été l’un des premiers Etats à adresser un message de soutien aux autorités françaises. Tandis que le prince Albert transmettait dans la journée un message à la communauté juive de Monaco. « La princesse et moi-même avons appris avec effroi le drame qui, à Toulouse, a détruit des familles. En mon nom personnel, en celui de ma famille et de l’ensemble de la population de la Principauté, je tiens, en ces moments tragiques, à assurer votre communauté de notre union dans le chagrin et le recueillement, autour des valeurs de compassion, solidarité et respect qui nous tiennent tant à cœur », a écrit le chef d’Etat au président de l’ACIM. Comme l’a également fait l’archevêque de Monaco Bernard Barsi au nom des catholiques de la Principauté.

Sécurité?: pas de dispositif renforcé
Côté sécurité, pas question pour autant de céder à la panique. La Principauté, déjà en phase 1 de Vigirenfort (l’équivalent de Vigipirate), ne compte pas renforcer son dispositif. Présence de policiers à la sortie des écoles, poubelles vidées près des lieux sensibles et patrouilles près des lieux de cultes ou des ambassades sont jugés suffisants. Seule mesure supplémentaire?: « Le conseil de l’ACIM a été informé par le conseiller pour les Affaires intérieures, Paul Masseron, du renforcement des mesures de sécurité autour de la Synagogue », indique Mikhal Amsellem.

Publié le

Monaco Hebdo