mardi 28 septembre 2021
AccueilActualitésSociétéFabien Deplanche : « Nous représentons sans faille la profession et les professionnels...

Fabien Deplanche : « Nous représentons sans faille la profession et les professionnels du bâtiment »

Publié le

Faut-il créer des critères de représentativité pour les employeurs ? La chambre patronale du bâtiment a répondu aux questions de Monaco Hebdo.

Êtes-vous favorable à l’instauration de critères de représentativité pour les employeurs ?

La notion de représentativité est actuellement débattue avec l’ensemble des acteurs concernés par la future réglementation sur les syndicats en principauté. À ce jour, aucun syndicat en particulier n’est d’accord sur tel ou tel critère à mettre en place, ce compte tenu des spécificités de Monaco dont le tissu économique se compose de nombreuses petites et moyennes entreprises et où chaque secteur d’activité a ses propres particularités. La chambre patronale du bâtiment souhaite la conservation de la nationalité monégasque pour les présidents de syndicats.

Selon les critères retenus, y a-t-il un risque de voir le poids de la chambre patronale du bâtiment minoré dans les instances représentatives ?

Nous ne voyons pas sur quel point l’importance de l’implication de notre syndicat dans la vie économique, sociale et environnementale de la principauté pourrait être remise en cause. En effet, la chambre patronale du bâtiment est un syndicat patronal indépendant. Elle étudie et défend les intérêts économiques, industriels, sociaux, commerciaux et professionnels des entreprises de travaux publics et particuliers installées à Monaco. Plus largement, sa mission est d’œuvrer au quotidien pour la corporation dans son ensemble. Créé en 1944, notre syndicat est un acteur économique d’importance compte tenu de l’activité engendrée par la profession du bâtiment en principauté qui regroupe 345 entreprises employant 9 772 salariés. Le secteur de la construction représente à Monaco un chiffre d’affaires annuel de plus de 1,79 milliard d’euros (1). La chambre patronale du bâtiment possède des représentants dans de nombreuses institutions socio-économiques (2). Aussi, depuis sa création, la chambre patronale du bâtiment exerce pleinement son rôle de syndicat patronal, pour et auprès de ses membres, en étroite collaboration avec la caisse de congés payés du bâtiment, créée pour sa part en 1965, s’agissant notamment de la lutte contre le travail dissimulé en principauté.

Vous travaillez sur le sujet de la représentativité ?

Nous avons, depuis plusieurs années, mené différentes actions aux côtés des syndicats indépendants que sont l’Association de l’industrie hôtelière monégasque (AIHM) et de l’Association monégasque des activités financières (Amaf) pour faire évoluer les textes relatifs à la représentativité de nos syndicats respectifs, en demandant notamment en priorité de pouvoir allonger la durée des mandats des conseils d’administration de une année à deux ou trois, ce aux fins de pouvoir porter des dossiers sur le long terme. En effet, la chambre patronale du bâtiment est proactive sur de nombreux sujets sociaux ou économiques, en lien permanent avec le gouvernement princier, qui sont étudiés très souvent sur plusieurs années. Depuis des décennies, la chambre patronale du bâtiment continue de représenter sans faille la profession et les professionnels du bâtiment avec pour principes l’équité et l’intérêt général pour ses membres. L’entrée en vigueur, fin 2018, de la réglementation concernant la création d’entreprises dans notre secteur d’activité est l’un de nos dossiers phares de ces dernières années, tout comme, par exemple, la création et la mise en place de la carte professionnelle du bâtiment à Monaco, qui est un réel succès. Enfin, notre syndicat s’est impliqué pleinement dans la préservation de la qualité de vie à Monaco, en participant activement à la commission innovation, en collaboration avec le gouvernement princier, visant à développer de nouveaux moyens et matériels moins bruyants, sur les chantiers notamment.

1) Source : CCPB – Monaco en chiffres 2019.

2) Notamment à la commission consultative mixte de classement des entreprises, à la commission arbitrale des loyers d’habitation, au conseil économique, social et environnemental, au tribunal du travail, association monégasque de retraites par répartition (AMRR), association monégasque pour la structure financière (AMSF), caisse de garantie des créances des salariés et la commission de reclassement des salariés déclarés inaptes.

Publié le

Monaco Hebdo