lundi 6 décembre 2021
AccueilActualitésSociétéEscapades gourmandesavant les fêtes

Escapades gourmandes
avant les fêtes

Publié le

Le salon Monte-Carlo Gastronomie invite à la dégustation du 28 novembre au 1er décembre. Parmi les associations partenaires, Slow Food Monaco Riviera Côte d’Azur milite pour la sécurité et la diversité alimentaires.

 

La qualité, maître-mot de Monte-Carlo Gastronomie. C’est sur ce premier critère que les 150 exposants du salon ont été rigoureusement sélectionnés. Foie gras, truffes, caviar, fruits de mer, chocolat, vins et champagne… leurs produits présentent tous un caractère artisanal ou rare. « On reste dans le haut de gamme », confirme Francesco Caroli, président délégué du groupe Promocom — filiale du groupe Caroli et société organisatrice de l’évènement. « Cela correspond aux attentes des visiteurs, qui sont très sensibles à l’authenticité des produits. »

Monte-Carlo Gastronomie, qui se tient un peu plus d’un mois avant Noël et la Saint-Sylvestre, s’inscrit complètement dans un esprit de fête. Les visiteurs pourront profiter du salon pour acheter tous les produits qui garniront leurs tables pendant les festivités de fin d’année, et même découvrir de nouvelles saveurs, avec des produits du Nord de la France, d’Alsace, d’Allemagne, mais aussi d’Italie, d’Espagne et, bien entendu, de la Principauté. Un régal pour les papilles !

Salon-de-la-Gastronomie-2013-@-Alain-Duprat-DSC_3558
© Photo Alain Duprat

En tête-à-tête avec les chefs

Et plus de pouvoir goûter les produits avant de les acheter, quoi de mieux que de les voir se transformer ? Les grands chefs Jean-Claude Brugel, Stéphane Coco ou encore Emmanuel Lehrer procéderont à des démonstrations culinaires. Par leur intermédiaire, le public pourra découvrir des recettes inédites, assister à la conception d’un plat, et surtout le goûter. « Un cours de cuisine par les chefs de palace de Monaco et de la Côte d’Azur », résume le président de Promocom.

Ces grands chefs cuisiniers « sont les meilleurs ambassadeurs de la gastronomie, et notre région est particulièrement riche en talent », s’enthousiasme Francesco Caroli. « Il nous paraît important de les valoriser, de les rapprocher du public, de faire valoir et faire connaître leurs qualités exceptionnelles. » L’émission Monacook de la chaîne TV monégasque va d’ailleurs consacrer deux reportages à ces animations.

Monte-Carlo Gastronomie, c’est avant tout un moment unique de partage. Que cela se passe dans les deux restaurants partenaires — Le Café de Paris et Terre emerse di Sabaudia — ou sur les stands, ces échanges sont au cœur de la manifestation. « Une relation s’établit entre les visiteurs et les exposants », explique Francesco Caroli pour expliquer le succès de l’évènement qui, à la veille de sa dix-neuvième édition, est devenu une institution à Monaco.

© Photo Alain Duprat

Salon-de-la-Gastronomie-2013-@-Alain-Duprat-DSC_3885
© Photo Alain Duprat

« Il faut sortir de cette léthargie alimentaire »

A l’heure des fast-foods et de l’uniformisation des goûts, ce salon prouve surtout qu’il est possible de consommer autrement. Slow Food Monaco Riviera Côte d’Azur, association partenaire, milite pour revenir à des produits authentiques, plus respectueux du consommateur, de l’environnement et du producteur. Ce que son président Jean-Pierre Rous appelle « le bon, le propre, le juste ». Bon à déguster, propre pour la planète, juste pour le producteur. Des idées partagées avec le Monte-Carlo Gastronomie, qui prendra ses quartiers sous le chapiteau de l’espace Fontvieille du vendredi 28 novembre au lundi 1er décembre.

« On se nourrit de plus en plus mal. Il faut sortir de cette léthargie alimentaire », clame Jean-Pierre Rous. « Privilégier le fait maison, respecter les saisons ou encore sélectionner les petits producteurs. » Depuis la création de l’association en 1999, l’ancien maître sommelier d’Alain Ducasse prône un changement des habitudes alimentaires et des mentalités. « Notre leitmotiv, c’est de se prendre par la main, de faire du porte-à-porte de la qualité et des produits, et de réapprendre à cuisiner. »

Tout n’est pas noir dans le tableau dressé par Jean-Pierre Rous. Il constate que des efforts sont faits, même s’ils restent largement insuffisants. « Il s’est créé une sorte d’intellectualisation de la consommation : les gens veulent bien manger, ils s’invitent de plus en plus entre eux. D’ailleurs, on relance les légumes à l’ancienne, comme le topinambour », note-t-il.

Salon-de-la-Gastronomie-2013-@-Alain-Duprat-DSC_3921
© Photo Alain Duprat

Les meilleurs produits récompensés : un label de qualité

Un phénomène en corrélation avec l’avènement des filiales biologiques, de l’agriculture raisonnée ou encore le succès des Amap (Association pour le maintien d’une agriculture paysanne) ? « Il y a soixante-dix ans, on était tous bio, il n’y avait pas Monsanto », déplore Jean-Pierre Rous. Pour le président de Slow Food Monaco Riviera Côte d’Azur, les idées pour mieux consommer ne manquent pas : il faut être exigeant sur ce que l’on mange. Et surtout, bien manger, « c’est prendre son temps, c’est le partage ».

Une douzaine de membres de l’association arpenteront les étals des exposants. Au menu : goûter, discuter, juger, récompenser. Slow Food remettra des prix aux meilleurs produits tradition, innovants, originaux, ou encore de qualité. « On récompense les gens qui vont étonner. Le but de Slow Food est soutenir les bons produits », se défend Jean-Pierre Rous. Une sélection, associée à celle des Chroniqueurs gastronomiques, qui apporte son crédit à l’événement, et pourrait bien guider quelques-uns des 12 000 visiteurs attendus dans leurs choix.

 

Le programme

Du vendredi 28 novembre au lundi 1er décembre, à l’espace Fontvieille, de 10 heures à 19 heures.

Entrée : 5 euros. Gratuit pour les moins de 12 ans. Gratuit le vendredi et le lundi entre 12h et 14h.

 

Vendredi 28 novembre

• 11h : inauguration de la manifestation par le ministre d’Etat Michel Roger

• 13h30 : démonstration avec Patrick Messiano, chef pâtissier-chocolatier, Pâtisserie Mesiano

• 15h : dégustation de vins pour le concours des Chroniqueurs gastronomiques

• 16h : démonstration avec Loic Colliau, chef pâtissier, Joel Robuchon Monte-Carlo

• 17h15 : remise des prix de l’association Slow Food Monaco Riviera Cote d’Azur et des Chroniqueurs gastronomiques

 

Samedi 29 novembre

• 13h30 : démonstration avec Stéphane Coco, chef adjoint Joel Robuchon Monte-Carlo

• 14h45 : démonstration avec Xavier Adeline, sous-chef de cuisine, Fairmont Monte-Carlo

• 16h : démontration avec Patrick Guillet, sous-chef de cuisine, Café de Paris

• 17h15 : remise du prix Meilleur jeune talent du journalisme oenogastronomique italien par Italy Food IF Monte-Carlo

 

Dimanche 30 novembre

• 13h30 : démonstration avec Guillaume Sinden, chef patissier, Le Mas de Pierre

• 14h45 : dégustation de vins par Dominique Milardi, chef sommelier, et Serge Depoisier, sommelier et barista, Le Meridien Beach Plaza Monte-Carlo

• 16h30 : démonstration avec Antonio Fochi, premiere maitre d’hotel, Le Meridien Beach Plaza Monte-Carlo

 

Lundi 1er décembre

• 10h : démonstration avec Jean-Claude Brugel, chef de cuisine, Café de Paris

• 11h30 : démonstration avec Emmanuel Lehrer, chef de cuisine, Le Mas de Pierre

• 13h30 : démonstration avec Mario Agostinelli, chef, l’Azienda Agricola Agostinelli

• 14h45 : dégustation avec Massimo Bruzzone, chef, La Marée, Port Palace Monaco

 

 

Dans le cadre du Salon de la gastronomie, Marcel Athimond, chef cuisinier du restaurant Le Saint Benoît à Monaco vous propose une idée recette pour les fêtes de fin d’année.

 

Filets de petits Rougets « justes poêlés »

Gratin de tomates, courgettes et aubergines

 

Filets-de-petits-Rougets-par-Marcel-Athimond-@-DR

Pour 4 personnes

6 rougets de 150 gr (levés en filets)

2 aubergines

2 courgettes

4 tomates

150 gr de parmesan

Huile d’olive

Brindilles de thym frais

Pluches de cerfeuil et feuilles de basilic

Sel et Poivre du moulin.

 

• Laver et couper les aubergines et les courgettes en dés

• Les poêler dans un peu d’huile d’olive, les saler et les garder croquants.

• Couper les tomates en rondelles pas trop épaisses.

• Ranger les rondelles de tomates dans un plat allant au four, que l’on aura badigeonné d’huile d’olive.

• Saupoudrer les tomates de « fleur de thym » frais, saler et poivrer légèrement, répartir dessus les courgettes et aubergines sautées.

• Saler et poivrer les filets de rougets sur chaque face, les poêler doucement dans deux cuillères d’huile d’olive, réserver sur une grille.

• Disposer les filets de rougets sur le lit de légumes.

• Découper le Parmesan en copeaux à l’aide d’un économe, et en parsemer les filets de rougets.

• Mettre dans un four assez chaud pendant une dizaine de minutes.

• Servir aussitôt le plat décoré de quelques pluches de cerfeuil et de feuilles de basilic ciselées.

Publié le

Monaco Hebdo