jeudi 9 décembre 2021
AccueilActualitésSociétéEric Besson en repérage

Eric Besson en repérage

Publié le

Eric Besson
Eric Besson © Photo Monaco Hebdo.

Le ministre français de l’Industrie, Eric Besson était en déplacement à Monaco, mercredi. Candidat UMP pour la circonscription des Français de Monaco en 2012, il les a rencontrés, la veille au cours d’un dîner. Interview.

Monaco Hebdo?: Pouvez-vous nous exposer les raisons de votre présence, ce mercredi, à Monaco??

Eric Besson?: Je suis venu parler de la mise en place d’une nouvelle coopération énergétique dans la zone euro-méditerranéenne. J’ai notamment proposé que les pays des deux rives de la Méditerranée s’engagent ensemble dans un pacte énergétique euro-méditerranéen. J’en ai profité pour évoquer les coopérations possibles dans différents domaines entre la France et Monaco, que j’ai esquissées avec le prince Albert II ainsi que le ministre d’Etat Michel Roger.

M.H.?: Vous êtes candidat à la 5ème circonscription des Français de l’Etranger (Monaco, Andorre, Espagne, Portugal) pour les législatives de 2012. Ce déplacement, c’était aussi l’occasion de prendre le pouls??

E.B.?: Non. Je suis venu en tant que ministre français de l’Industrie. Ma venue au colloque sur l’efficacité énergétique était prévue de longue date. Maintenant, il est évident que cela a permis de rencontrer des personnes et de renforcer certains liens.

M.H.?: Vous avez rencontré les Français de Monaco lors d’un dîner, mardi soir, quel message leur avez-vous transmis??

E.B.?: Je rencontre des délégations de Français résidant sur place à chacun de mes déplacements à l’étranger. Les Français de Monaco voulaient m’entendre sur la politique du Gouvernement. Ils sont dans une situation rare, celle du double attachement. Ce sentiment est plus vivant qu’ailleurs. D’habitude, les Français se revendiquent exclusivement français à l’étranger. Dans le cas de la principauté, ils sont attachés à la France tout en ayant le sentiment d’être monégasques. Ils revendiquent un double attachement.

M.H.?: Ont-ils évoqué avec vous l’exode de la communauté française??

E.B.?: C’est effectivement une source de préoccupation pour eux. Ils disent que le niveau de vie à Monaco est élevé, que le logement coûte cher et qu’ils ne bénéficient pas du régime fiscal monégasque. Mais ils ne parlent pas que de ça. Ils souhaitent que l’image de Monaco comme lieu de travail et de compétence soit revalorisée en France. La principauté, ce n’est pas seulement l’image de la dolce vita. C’est aussi une économie et une société particulièrement dynamiques.

M.H.?: Selon vous, Monaco a-t-il un rôle à part dans le monde??

E.B.?: Oui. Je tiendrai compte de ce que les Français de Monaco m’ont dit et contribuerai à valoriser la principauté comme un lieu d’excellence professionnelle. La principauté peut constituer une formidable passerelle entre les deux rives de la Méditerranée, et même entre les 5 continents, pour avancer sur de grands enjeux comme le climat ou l’énergie. Mais il faut également accepter cette part de rêve qu’incarne Monaco. Peu de lieux dans le monde ont cette attractivité.

M.H.?: Arnaud Leroy, votre adversaire PS dans cette circonscription, a qualifié votre candidature de « parachutage ». Que lui répondez-vous??

E.B.?: Les 11 circonscriptions des Français de l’Etranger couvrent toutes plusieurs pays. Tous les candidats sont donc forcément « parachutés ». Beaucoup de Français résidant à Monaco sont eux-aussi venus de France?! Je lui indique que ce type de campagne, axé sur mon « parachutage », n’a jamais porté chance à mes adversaires. J’ai gagné trois élections municipales et deux législatives et pourtant à chaque fois, on a fait campagne contre moi sur le thème du parachutage. Je lui conseille donc de trouver d’autres arguments.

M.H.?: Parlons de votre actualité ministérielle, avec notamment la hausse des prix de l’électricité. Comment va-t-elle se traduire??

E.B.?: Les tarifs de l’électricité augmenteront de 2,9 % au 1er juillet 2011. Il n’y aura pas d’autre augmentation jusqu’au 1er juillet 2012. Il reviendra au nouveau gouvernement sorti des urnes de décider des tarifs de l’année 2012. Ceux qui ont établi un lien entre la loi NOME (nouvelle organisation du marché de l’électricité, ndlr) et une augmentation des prix systématique ont menti. Il n’y a pas de lien automatique entre les deux.

M.H.?: Un autre dossier, la 4G, la quatrième génération de standards pour la téléphonie mobile. Comment va-t-elle se mettre en place??

E.B.?: Nous allons lancer l’appel à candidature fin mai. Les opérateurs remettront leurs offres à l’été et les licences seront attribuées avant la fin de l’année. J’ai pu constater que Monaco Telecom opérait des tests sur la 4G en principauté. La France et Monaco seront des pionniers de l’Internet très haut débit mobile.

M.H.?: Deux questions sur l’actualité récente. Tout d’abord, l’affaire des quotas à la Fédération Française de Football, qu’en avez-vous pensé??

E.B.?: Je n’ai pas d’autres éléments que ceux évoqués par la ministre des Sports, Chantal Jouanno. Après enquête, il n’y a aucune raison d’accuser de racisme un des protagonistes de cette affaire. Je connais Laurent Blanc et on ne peut pas le suspecter d’être raciste. Il faut le laisser travailler. La tâche est suffisamment difficile après ce que l’équipe de France a vécu lors de la coupe du Monde en Afrique du Sud. Laissons-le rebâtir l’image du football français.

M.H.?: Quel regard portez-vous sur la polémique franco-italienne sur l’afflux des migrants tunisiens à Vintimille et la possible sortie de l’espace Schengen??

E.B.?: Nous devons être solidaires avec les démocraties nouvelles des pays de la rive sud de la Méditerranée. Nous devons les aider à développer leur pays. Une émigration incontrôlée ne serait un progrès ni pour le pays d’origine, qui se prive de ses forces vives, ni pour le pays d’accueil, qui n’a pas les moyens de leur fournir un travail et un logement. Il faut dire aux jeunes Tunisiens ou Libyens qui affluent, que des escrocs leur ont menti. Quand un passeur leur présente la France comme un eldorado contre la somme de 2000 euros, c’est un mensonge. On leur téléphone, on leur dit « viens en France, il y a du travail », mais une fois sur le bateau, le téléphone ne répond plus. Le retour dans leur pays des migrants en situation irrégulière est inéluctable car les opportunités qui leur sont présentées par les passeurs n’existent pas.

Publié le

Article précédentJ-50
Article suivantL’Etat va se serrer la ceinture
Monaco Hebdo