lundi 20 septembre 2021
AccueilActualitésSociétéComité pour la promotion et la protection des droits des femmes Premier...

Comité pour la promotion et la protection des droits des femmes Premier bilan

Publié le

Le 3 décembre 2019, le comité pour la promotion et la protection des droits des femmes

a présenté au cours d’une conférence de presse au Yacht Club son premier rapport d’activité. L’occasion pour ce comité de revenir sur les actions menées en faveur des droits des femmes en principauté, un an après sa création.

C’était un bilan attendu. Un an après sa mise en place, le comité pour la promotion et la protection des droits des femmes a présenté son premier rapport d’activité au cours d’une conférence de presse. Céline Cottalorda, sa déléguée, est revenue sur les différentes actions menées en faveur des femmes de la principauté depuis un an.

Une synergie avec les associations

Créé le 25 octobre 2018, le comité rassemble 30 personnes et travaille avec 8 associations. Parmi elles, l’association d’aide aux victimes d’infractions pénales (AVIP), l’association Action innocence Monaco, l’association Femmes leaders mondiales Monaco ou encore PinkRibbon

Toutes œuvrent pour promouvoir l’égalité entre les femmes et les hommes à Monaco et lutter contre les violences et les discriminations faites aux femmes. Pour les accompagner dans cette tâche, une subvention forfaitaire leur a été octroyée en 2019 : 2 000 euros pour celles qui n’ont pas de subvention, et 1 000 euros pour celles qui bénéficient déjà d’une aide de l’État.

vernissage-droits-femmes

Des avancées concrètes

Si Céline Cottalorda s’est félicitée de l’allongement du congé maternité, qui est passé en juin de 16 à 18 semaines [loi n° 1.469 du 17 juin 2019 – N.D.L.R.], et de la dépénalisation de l’avortement pour la femme enceinte [la loi n° 1.477 du 11 novembre 2019 supprime toutes les poursuites pénales pour les femmes qui décident d’avorter – N.D.L.R.], la déléguée pour la promotion et la protection des droits des femmes s’est réjouie de la mise en place d’un numéro d’information pour les victimes de violences en septembre dernier.

Le 0 800 91 90 10 permet à toute personne se trouvant en principauté de disposer gratuitement de renseignements. Ce numéro offre aussi un premier accueil pour les victimes de violences en tous genres : viol et violences sexuelles, harcèlement sexuel, violence en milieu institutionnel… Outre ce numéro, le comité s’est doté depuis fin novembre d’un logo et d’un site Internet [www.dfm.mc – N.D.L.R.] afin d’avoir une meilleure visibilité et de pouvoir diffuser des informations dans le domaine des violences et de l’égalité femmes-hommes.

Au cours de cette conférence de presse, Céline Cottalorda est également revenue sur le lancement de la charte pour l’égalité au travail baptisée Monégalité. Signée par les représentants des employeurs de la principauté, elle doit permettre de faire évoluer les mentalités et les pratiques pour une égalité femmes-hommes au travail.

Lancement d’un plan de formation à l’accueil des victimes

Concernant les violences faites aux femmes, le comité, satisfait des campagnes menées lors des journées de sensibilisation du 8 mars [Journée internationale des droits des femmes – N.D.L.R.] et du 25 novembre [Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes – N.D.L.R.], a lancé un plan de formation à l’accueil des victimes.

Ce plan sera déployé au début de l’année 2020, il s’adresse à toutes les personnes pouvant être amenées à accueillir des femmes victimes de violences. Une fiche réflexe sur la conduite à tenir sera aussi créée pour donner un socle commun de connaissances. À noter que les résultats de l’étude consacrée aux violences faites aux femmes en principauté seront dévoilés début 2020. Enfin, le comité a annoncé travailler avec la direction des affaires juridiques sur le recensement et la mise à jour de textes juridiques devenus obsolètes [voir interview de Céline Cottalorda ci-après – N.D.L.R.].

Pour lire l’interview de Céline Cottalorda, déléguée pour le comité pour la promotion et la protection des femmes cliquez ici

Publié le

Monaco Hebdo