dimanche 19 septembre 2021
AccueilActualitésSociétéLe nouveau CHPG s’adapte à la pandémie

Le nouveau CHPG s’adapte à la pandémie

Publié le

«Le chantier avance bien. Il a bien repris après le confinement. Nous tablons toujours sur l’accueil du premier patient début 2026 », tient à rassurer Benoîte de Sevelinges. Malgré la crise sanitaire qui a mis à l’arrêt les chantiers publics pendant plusieurs semaines, aucun retard ne semble prévu à en croire la directrice du CHPG. « La fin de la phase 0 — le parking — est prévue pour cet été. Et ensuite, on monte sur le reste. Au niveau des études, nous sommes en train de travailler sur de nouveaux bâtiments provisoires au sein du périmètre de l’hôpital pour accélérer les opérations tiroir qui sont nécessaires à l’opération globale, et nous donner un peu de souffle dans les différents déménagements que nous allons devoir opérer. Les décisions vont être prises au cours du premier trimestre 2021 », détaille Benoîte de Sevelinges. Si l’on se fie au planning établi avant la pandémie de Covid-19, la livraison du nouvel hôpital devrait donc avoir lieu en 2032. « Très honnêtement, je regarde plus particulièrement la première phase, maintenant. Celle-ci n’a pas été décalée. Les appels d’offres ont été lancés, les réponses ont été ouvertes et les plannings des entreprises collent à l’hypothèse d’accueil du premier patient à phase 0, en début 2026. Donc, tout va bien », se félicite la directrice de l’établissement, qui sait toutefois ne pas être à l’abri d’aléas. « Mais aujourd’hui, il n’y a pas d’alerte, insiste-t-elle, le chantier a certes été arrêté, mais il a vite repris. Et les études n’ont jamais été interrompues ». Les équipes ont même déjà tiré des leçons de cette épidémie, puisque des modifications ont été apportées au projet selon Benoîte de Sevelinges : « Nous avons travaillé avec la direction des travaux publics et les architectes pour savoir si le nouvel hôpital était adapté pour faire face à une telle pandémie. Notre hypothèse de travail de départ, c’est un Covid-19 puissance 10, avec des formes de contaminations encore plus délicates. Et le nouveau CHPG et le nouveau Cap Fleuri sont déjà adaptés à la prise en charge de ce type de pandémie », se réjouit la directrice. Ces adaptations devraient selon toute vraisemblance entraîner de nouveaux surcoûts, mais ils semblent, aujourd’hui, inévitables au regard de la crise que nous traversons depuis plusieurs mois. L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a d’ailleurs appelé, fin décembre 2020, à se préparer à d’autres pandémies « pires » que celle du Covid-19. Enfin, autre chantier d’envergure, le Cap Fleuri 2 devrait rouvrir ses portes d’ici la fin de l’année 2021, toujours selon Benoîte de Sevelinges.

Publié le

Monaco Hebdo