jeudi 15 avril 2021
Accueil Actualités Société “C'est un gros G20”

“C’est un gros G20”

Publié le

Jérome Revon
« On suivra le couple princier jusque devant l'église Sainte Dévote où ils remettront le bouquet à la vierge. »??© Photo Agence Pearl.

R&G Productions, la société de Jérome Revon, a été choisie pour produire le signal du mariage princier les 2 et 3 juillet prochains. Le réalisateur-producteur, associé de Stéphane Gateau, est loin d’être un inconnu. 7 d’or en 1992 pour sa réalisation des images des Jeux olympiques de Barcelone et en 1997 pour l’émission Capital, il s’est imposé aux manettes d’émissions et programmes comme Fort Boyard, 7/7, Star Academy, Sidaction ou encore le débat de l’entre-deux tours de l’élection présidentielle de 2007 entre Nicolas Sarkozy et Ségolène Royal. Cet homme d’images discret, passionné de photographie, mettra sans aucun doute sa patte à la réalisation du mariage du prince Albert et de Charlène Wittstock. Un mariage en 3D et dont les droits télé seront reversés à des associations caritatives.

LE CONCEPT

Monaco Hebdo?: Quel est votre rôle exact dans la cellule d’organisation du mariage??

Jérôme Revon?: C’est R&G, ma société avec Stéphane Gateau, qui est en charge de la production du signal du mariage. Avec une innovation?: j’ai proposé au conseiller Christiane Stahl et au prince, que les chaînes qui diffusent deviennent partenaires du mariage et paient des droits qui seront versés à la fondation du prince Albert II et à celle de la future princesse, en toute transparence.

M.H.?: C’est une première??

J.R.?: Oui. C’est en effet la première fois qu’on met en place ce type de parrainage audiovisuel, en dehors des événements sportifs. Ça ne s’est jamais fait auparavant. Depuis deux ans, c’était notre idée avec Stéphane Gateau?: on voulait profiter de cet événement heureux et mondial pour aller plus loin. Faire un signal, ça permet certes au palais de produire lui-même le mariage et d’être dans les meilleures conditions pour contrôler l’image. Généralement, c’est plutôt un pool de chaînes qui filme et le signal part n’importe où. Là, ce dispositif permet d’être au cœur du système et d’avoir une traçabilité plus facile. Mais ce qu’on voulait par dessus tout, avec Stéphane Gateau, c’est donner du sens. Et comme on sait que le prince est très attaché au caritatif, on a proposé l’idée, avec Christiane Stahl, que les chaînes qui diffusent le mariage soient partenaires de l’événement télé.

M.H.?: Ce parrainage permettra de financer le mariage??

J.R.?: Pas le mariage mais le coût télé du mariage. Attention, le parrainage ne va pas financer les petits fours, le dîner ou la décoration mais les cars de réalisation, les caméras, bref, le plan de production. Et tout ce qui sera récolté en plus sera intégralement reversé aux associations. Le prince n’a pas besoin des droits télé pour financer son mariage… Par contre, il veut donner un sens supplémentaire.

C’est un programme qui sera diffusé durant plus de trois heures et qui sera sans doute sponsorisé par de la pub pour certaines chaînes. Ces dernières ne perdent donc pas d’argent. C’est normal qu’elles payent un tribut.

M.H.?: Vous avez déjà commencé à démarcher les chaînes?? Quelle est leur réaction??

J.R.?: Il y a un petit étonnement. Et après, nos interlocuteurs comprennent que c’est un vrai partenariat. En fait, c’est comme s’ils étaient parrains d’une association. On en est qu’au début mais on ne se fait pas trop d’inquiétude. C’est un tel événement que les chaînes ne pourront s’en passer le 2 juillet.

LA REALISATION

M.H.?: Vous filmerez le mariage religieux uniquement??

J.R.?: Je ferais un peu du civil mais je filmerai avant tout le mariage religieux.

M.H.?: Vous avez fait un premier repérage??

J.R.?: Oui mais en revanche, on n’a pas encore fait l’appel d’offres des moyens techniques. C’est un gros dispositif technique qui nécessite au moins une vingtaine de caméras. On suivra le couple princier jusque devant l’église Sainte Dévote où ils remettront le bouquet à la vierge. Cela nécessite les moyens techniques d’un gros dispositif type sommet européen et G20 où il y a énormément de câbles, de traducteurs. C’est un gros G20.

M.H.?: En parlant de G20, l’organisation d’un tel événement est-elle compliquée sur une place qui n’est pas, par définition, destinée à accueillir ce type d’événement??

J.R.?: On fait du sur-mesure avec les impératifs de l’horaire, de la chaleur, de la lumière mais aussi des demandes des différentes télés qui souhaiteront des positions de commentateurs, de « stand up », ou de diffuser en direct du journal de Monsieur X, le soir ou la veille. On sait faire ce genre de choses en sport mais c’est une grande première pour ce type d’événement. Ça ouvrira d’ailleurs sans doute d’autres voies. Peut-être que d’autres mariages utiliseront le même procédé.

M.H.?: Quelles sont vos recommandations??

J.R.?: Le mariage civil était a priori prévu le vendredi. On a recommandé qu’il soit plutôt fixé le jeudi pour pouvoir faire une répétition du mariage religieux le vendredi. 1?500 invités qui sont des têtes couronnées, ça ne se manie pas comme ça. Cela représente peut-être 100 repreneurs télé. Comme le Grand Prix, ce n’est pas une petite captation simple.

M.H.?: Ce mariage suppose des questions de sécurité énormes. Vous allez être associé au dispositif??

J.R.?: L’organisation implique en effet des questions de sécurité, de logistique, d’infrastructures gérées par le palais. Mais nous sommes naturellement mêlé à tout ça car chacun a ses impératifs. Par exemple, il est évident qu’il est hors de question de mettre une caméra skycam au-dessus des têtes couronnées. Alors qu’on le ferait pour une finale de coupe du monde. On est obligé de s’adapter au protocole. Mais l’avantage, c’est qu’avec Stéphane Gateau, on fait partie du dispositif. On intervient sur chaque détail comme, par exemple, définir si l’autel sera orienté dans un sens ou dans l’autre. Ou encore, nous indiquons qu’une moquette ne suffirait pas à aplanir la place du palais et qu’il faut faire attention aux femmes qui ont des talons, etc.

MARIAGE EN 3D

M.H.?: Autre innovation?: le mariage sera filmé en 3D??

J.R.?: Il y aura un signal normal et un autre en 3D. Pour l’avenir, on est obligé de capter et d’archiver en 3D. Comme les images du mariage du prince Rainier et de la princesse Grace ont duré plus de 50 ans, ces images-là doivent être réutilisables. Sinon dans 5 ans, tout le monde nous reprocherait de pas l’avoir fait.

M.H.?: Un mariage en extérieur, sur la place du palais, c’est une bonne chose en terme d’image??

J.R.?: C’est nouveau. Ce n’est pas un mariage classique en cathédrale. On écrit quelque chose de nouveau, de différent. On n’est pas en comparaison ou en référence. Il y a une page blanche à écrire. Il y a les volontés du prince et de la future princesse. A nous de nous adapter.

M.H.?: Quelles sont leurs volontés justement??

J.R.?: Pour l’instant, il n’y a pas de demande particulière. On en est juste à se demander s’il y aura une fanfare, un orchestre, quelles musiques seront jouées, etc. On est dans les grandes lignes.

M.H.?: Et s’il pleut??

J.R.?: Ce ne sera pas un problème. On affinera quelques jours avant. Il y a différentes techniques pour mettre des taus, etc.

DROITS TELE

M.H.?: Les droits télé sont-ils déjà fixés??

J.R.?: Non on démarre à peine. Après, le tarif sera fixé, pays par pays. On ne va pas faire payer la même chose aux Américains ou à la Suisse. L’Allemagne, qui a potentiellement 100 millions de spectateurs, ce n’est pas la même chose que le Luxembourg. On ne peut donc pas les traiter de la même façon. Et puis, tout dépendra de ceux qui sont en direct ou pas, qui ont des positions commentateurs, qui prennent d’autres sujets. Il y a différents « lots ».

M.H.?: Vous fournissez dans ces lots des documentaires annexes sur les mariés??

J.R.?: Il y aura un documentaire sur la princesse, une interview croisée du prince Albert et de sa future épouse, certainement des portraits sur les métiers du palais. Il y a énormément de choses à faire, une belle histoire à raconter pendant plus de trois heures. Le but c’est de tenir jusqu’au JT. On va agrémenter le signal avec des choses que les gens n’ont pas l’habitude de voir. Le palais n’est pas très connu. On peut par exemple raconter comment se prépare le diner du soir du mariage… Chacun pourra acheter à la carte, soit uniquement le signal, soit le package. On est obligé de faire du sur-mesure.

M.H.?: Vous avez eu l’occasion de rencontrer la future princesse??

J.R.?: Pas encore mais on va bientôt la rencontrer à la fête nationale puis la suivre en Afrique du Sud.

M.H.?: Quelles langues seront utilisées??

J.R.?: Anglais, français, allemand, italien. Après, chaque pays se débrouille.

M.H.?: Hormis la France, il sera possible pour les chaînes de négocier l’exclusivité??

J.R.?: Ce sera même le but. Ce qui fait la richesse d’un signal aujourd’hui, c’est l’exclusivité des droits. En revanche, en France, ce ne sera pas possible car il s’agit de partenaires historiques de la principauté. Je pense que le prince ne veut pas prendre le risque que France Télévision ne soit pas associé si TF1 propose de payer plus cher.

CHALLENGE PERSONNEL

M.H.?: A titre personnel, c’est un challenge?? Quand on voit votre CV, entre les César et les JO, on ne se dit pas tout de suite que vous allez filmer le mariage du prince…

J.R.?: J’ai fait l’enterrement de Mitterrand et de Sœur Emmanuelle. On vient réaliser c’est-à-dire qu’on prend en considération les souhaits de chacun. Cela peut être un mariage, et en l’espèce, ce sera très heureux et tant mieux. Mais on n’est pas catalogué que dans un système de jeu. Je ne suis pas un avant-centre qui ne peut pas bouger de ce poste, pour prendre des termes qui feraient plaisir au prince…

M.H.?: Jusqu’à présent, quels sont les souvenirs les plus forts de votre carrière??

J.R.?: Il y en a beaucoup. Tous les grands événements et directs à commencer par le débat pour l’élection présidentielle entre Nicolas Sarkozy et Ségolène Royal. Mais ça peut être des détails, comme la larme de Helmut Kohl à l’enterrement de Mitterrand. Je retiens plein de petites images qui sont très fortes.

M.H.?: Certains pensaient qu’en vous choisissant vous et Stéphane Bern comme conseiller, on cherchait à favoriser France Télévision??

J.R.?: Il y a eu une confusion. Avec mon associé Stéphane Gateau, on a pris Stéphane Bern comme consultant pour les documentaires sur la famille princière car je ne sais pas qui est plus compétent que lui sur la principauté. D’ailleurs, il faut me le dire s’il y a quelqu’un sur TF1 ou ailleur

Après, il commentera peut-être le mariage sur France 2. Mais attention, il n’est pas en charge de tout le dossier. Stéphane Bern est légitime, ce serait dommage de s’en passer.

Publié le

Les plus lus

Sophie Vincent : « Nous allons continuer d’analyser régulièrement l’impact du Covid-19 »

Les conséquences de la pandémie de Covid-19 à Monaco analysées, chiffres à l’appui. C’est l’étude que vient de publier l’Institut monégasque de la statistique et des études économiques (Imsee).
Monaco Hebdo