vendredi 3 décembre 2021
AccueilActualitésSociétéAlcool, cannabis, réseaux sociaux : la jeunesse de Monaco est-elle accro ?

Alcool, cannabis, réseaux sociaux : la jeunesse de Monaco est-elle accro ?

Publié le

La principauté affiche des niveaux d’usage globalement au-dessus de la moyenne européenne, voire parfois très supérieurs, en ce qui concerne l’expérimentation d’alcool, l’utilisation de la cigarette électronique, la consommation de cannabis et l’utilisation quotidienne des réseaux sociaux chez les Monégasques et les résidents âgés de 16 ans. En revanche, Monaco se classe dans les pays où les jeunes consomment le moins de tabac au quotidien. C’est ce qui ressort du dernier rapport complémentaire de l’Institut monégasque de la statistique et des études économiques.

Certes, il s’agit d’une étude fondée essentiellement sur des éléments déclaratifs (lire notre encadré ci-contre), mais elle illustre tout de même les tendances en matière d’addiction. L’Institut monégasque de la statistique et des études économiques (IMSEE) vient en effet de publier un rapport complémentaire sur les résultats de l’enquête European School Survey Project on Alcohol and Other Drugs (ESPAD), qui étudie les comportements de santé et modes de consommation des produits psycho-actifs, mais aussi des usages dits « sans produits », tels que les réseaux sociaux, les paris d’argent et les jeux, chez les adolescents européens âgés de 16 ans. Cette synthèse fait suite à l’enquête réalisée en 2019 auprès de l’ensemble des lycéens de la principauté, et vient en complément du rapport publié par l’IMSEE en septembre 2020. Ce rapport complémentaire publié par l’institut monégasque, qui fait état des résultats des adolescents âgés de 16 ans de l’ensemble des 35 pays participant à ESPAD 2019, permet de mettre en évidence les différences de consommation au sein de ces pays, et donne un éclairage sur la situation des élèves de la principauté en comparaison de leurs homologues européens. Ainsi, en 2019, si la plupart des indicateurs de consommation étaient en baisse chez les adolescents de 16 ans scolarisés à Monaco — notamment pour le tabac — la principauté affiche toutefois des niveaux d’usage globalement au-dessus de la moyenne européenne, voire parfois très supérieurs en ce qui concerne : l’expérimentation d’alcool, l’utilisation de la cigarette électronique, la consommation de cannabis, l’utilisation quotidienne des réseaux sociaux, et les paris sportifs d’argent. En revanche, Monaco figure parmi les pays où la jeunesse consomme le moins de tabac au quotidien, et où la fréquence des alcoolisations ponctuelles importantes (API), soit plus de cinq verres lors d’un même événement, est parmi les moins importantes d’Europe.

Si la plupart des indicateurs de consommation étaient en baisse chez les adolescents de 16 ans scolarisés à Monaco — notamment pour le tabac — la principauté affiche toutefois des niveaux d’usage globalement au-dessus de la moyenne européenne

Tabac en baisse, cigarette électronique en hausse

L’usage du tabac diminue bien à Monaco, à l’image de la baisse constante en Europe des niveaux de consommation. En 2019, 45 % des jeunes monégasques de 16 ans ont déclaré avoir déjà fumé des cigarettes, alors qu’ils étaient 53 % en 2007. La moyenne européenne est de 42 % pour les 30 pays sondés. Mieux encore, le tabagisme quotidien à 16 ans est estimé à seulement 8 % à Monaco, contre 10 % pour l’Europe. En revanche, Monaco reste l’un des pays où l’usage de la cigarette électronique est le plus répandu, avec 40 % de jeunes de 16 ans qui l’utilisent chaque mois, ce qui place Monaco loin devant les autres pays. Ce taux est notamment plus de deux fois supérieur à celui de la France (16 %) en 2019.

La principauté figure parmi les pays ayant un niveau d’expérimentation d’alcool très élevé chez les 16 ans, puisqu’il se situe dix points au-dessus de la moyenne européenne en 2019

Consommation régulière d’alcool

La consommation d’alcool des jeunes monégasques de 16 ans reste élevée à Monaco. La principauté figure en effet parmi les pays ayant un niveau d’expérimentation d’alcool très élevé chez les 16 ans, puisqu’il se situe dix points au-dessus de la moyenne européenne en 2019, à l’instar de la Grèce et de la Lettonie qui affichent le même taux. En ce qui concerne la consommation plus régulière, au cours du mois, Monaco reste encore au-dessus de la moyenne, avec 45 %, soit près de 7 points de plus que les autres États, au même titre que la France, mais bien moins que le Danemark et ses 74 %. Pour les fortes alcoolisations ponctuelles en revanche, c’est-à-dire au moins cinq verres d’alcool lors d’une même occasion, la tendance est moindre, puisqu’elle concerne moins de 3 adolescents sur 10, ce qui situe Monaco en dessous de la moyenne européenne.

Le cannabis pose toujours problème

Le cannabis reste le produit illicite le plus consommé à 16 ans, en Europe comme à Monaco, précise l’étude. Toutefois, l’évolution des consommations de produits illicites à Monaco n’a pas suivi la même tendance qu’au niveau européen depuis 2007, année où Monaco a entamé l’étude. Après un pic observé en 2011, le nombre de jeunes monégasques ayant essayé le cannabis pour la première fois n’a cessé de baisser, jusqu’à atteindre son plus bas niveau en 2019, à 22 %. Même si cela reste supérieur à la moyenne européenne, située à 16 % la même année. En 2019, l’expérimentation du cannabis concerne 22 % des adolescents de 16 ans scolarisés à Monaco, soit 6 points de plus que la moyenne européenne. Cette proportion est comparable à celle observée en Autriche, en Allemagne et aux Pays-Bas. Monaco se place ainsi au quatrième rang des 35 pays européens, en ce qui concerne l’usage récent de cannabis en 2019. Parmi ces jeunes de 16 ans ayant consommé au cours des douze derniers mois, 6 % ont un usage dit « problématique » du cannabis. La France est le pays pour lequel les jeunes sont les plus concernés par cet indicateur, à plus de 7 %. À noter que, hormis le Portugal, ce sont principalement les pays du sud-ouest de l’Europe qui présentent les taux les plus élevés d’usage problématique.

La principauté est le pays où la part des jeunes de 16 ans passant au moins une demi-heure par jour sur les réseaux sociaux est la plus élevée

Monaco accro aux réseaux sociaux

À l’instar de la consommation de produits psycho-actifs, le temps passé sur les réseaux sociaux et les paris d’argent, notamment sportifs, font partie des thématiques abordées et mesurées dans le cadre de l’enquête ESPAD. Ainsi, plus de 97 % des élèves de 16 ans de Monaco ont passé du temps sur les réseaux sociaux au cours d’une journée-type d’école, et 94 % dans l’ensemble des pays ESPAD. Les jours de week-end et de vacances, cette part approche les 99 % à Monaco, ce qui fait de la principauté le pays où la part des jeunes de 16 ans passant au moins une demi-heure par jour sur les réseaux sociaux est la plus élevée. La durée quotidienne est de 2 à 3 heures pour une journée-type d’école, et 6 heures ou plus par jour le week-end ou en vacances. En ce qui concerne les jeux en ligne, 41 % des jeunes monégasques de 16 ans déclarent avoir joué au cours du mois, en période scolaire, et 73 % les jours de week-end et en vacances. Pour la durée, elle est d’une demi-heure ou moins les jours d’école et de 2 à 3 heures en week-end ou en vacances. Il en va de même pour les joueurs européens globalement. Concernant les paris d’argent, 27 % des jeunes de 16  ans déclarent en avoir réalisés dans l’année, contre 22 % pour la moyenne européenne.

Publié le

Monaco Hebdo