samedi 22 janvier 2022

A fleur de pot

Publié le

L'artisan potier Ewan McNab
L'artisan potier Ewan McNab © Photo DR

Dans son petit atelier situé 12 rue des Açores, l’artisan potier Ewan McNab, 39 ans, travaille la céramique. Un matériau avec lequel il crée depuis 9 ans des objets artisanaux. Rencontre.

Son matériel de création est minimaliste. Quelques couteaux, un four confiné au fond de l’atelier où la céramique chauffe à 1?000 degrés. Un laminoir manuel appelé la « croûteuse ». Et la pièce maîtresse?: le tour du potier sur lequel il réalise ses créations. Dans son local de 50 m2 situé rue des Açores, servant tour à tour d’atelier et de lieu d’exposition, Ewan Mc Nab s’est aménagé un coin de travail. Stratégiquement positionné près d’une baie vitrée donnant sur la rue. Pour mieux capter la lumière. Et pour que les passants puissent saisir du coin de l’œil son savoir-faire.
Ewan McNab est artisan-potier depuis bientôt neuf ans. « Mes outils de travail, ce sont d’abord mes mains, explique cet Ecossais de 39 ans, vivant à Monaco depuis l’âge de 4 ans. Je travaille essentiellement la faïence brune ». Collier, cendrier, horloge, plats, dessous-de-verre ou empreintes de pieds et de mains d’enfants apposées sur une plaque de céramique… Ses réalisations sont toutes faites main. Un art qui transforme les objets du quotidien en pièce unique. « Chaque création est signée. Et chaque objet peut être personnalisé, à la demande du client. »
Aujourd’hui son carnet de commandes est bien rempli. Ewan Mc Nab s’est constitué au fil du temps un réseau solide de clientèle, essentiellement locale. Et féminine. Un artisanat à des prix accessibles allant de 8 euros pour un collier à 17 euros pour une tasse par exemple.

Autodidacte

Après des débuts difficiles, ce potier discret mène aujourd’hui son activité avec sérénité. « Je me suis installé dans ce local en décembre 2001. J’ai frôlé l’arrêt plein de fois. Un peu découragé. Aujourd’hui, j’ai des clients de confiance. Mais il est certain que je me remplis davantage spirituellement que financièrement. » Après une carrière de technicien audiovisuel sur de nombreux évènements à Monaco, Ewan McNab s’est reconverti dans l’artisanat. Un savoir-faire acquis seul. « Mon père était très bricoleur. C’est lui qui m’a initié au travail manuel. Mais je n’ai pas suivi de formation spécifique. Je me suis mis derrière le tour pendant plus d’un an. Et j’ai appris en recommençant encore et encore ». Un artisan « self-made-man » qui a appris seul à apprivoiser la matière, la sculpter, en se créant un univers personnel pour se singulariser.
Comme beaucoup d’artisans, Ewan McNab est un bourreau de travail. Présent dans son atelier six jours sur sept et s’octroyant seulement deux à trois semaines de répit dans l’année. Et pour faire connaître son travail, Ewan McNab mise sur le bouche-à-oreille. La satisfaction de ses clients servant de publicité itinérante.
Renseignements?: www.ewanmcnab.com

Publié le

Article précédentFeuille de route
Article suivantDes fiches d’hôtels parlantes
Monaco Hebdo