mardi 30 novembre 2021
AccueilActualitésSociété30 ans après Montego Bay, les lacunes juridiques

30 ans après Montego Bay, les lacunes juridiques

Publié le

Albert II sur le BCP Tonnerre
© Photo Gaetan Luci/Palais Princier

Rio +20 a eu au moins un avantage. Mettre l’accent sur l’importance des océans dans l’équilibre environnemental global. Pour poursuivre la réflexion, en l’absence d’engagement concret pris par les Etats au sommet de la Terre, un colloque a été organisé à Monaco le 9 octobre sous le patronage d’Albert II, sur le thème « Droit de la mer, 30 ans après Montego Bay ». Sur le navire de la marine française « BPC Tonnerre », personnalités politiques et experts du droit de la mer ont discuté des conséquences sur l’environnement du développement des activités humaines en mer ces dernières années et de comment résoudre l’apparente contradiction entre enjeux économiques et défis environnementaux. Selon les spécialistes, il est capital aujourd’hui d’adopter de nouvelles normes réglementaires concernant la haute mer, afin d’assurer une gestion durable des océans et préserver les écosystèmes marins. « Dans un monde où les océans recouvrent presque les trois-quarts de la surface du globe, renferment les 9/10èmes de ses ressources en eau et abritent plus de 97 % de toutes les formes de vie, nous devons impérativement renforcer notre coopération afin de les protéger globalement plus efficacement », a conclu le prince Albert. « Il incombe aux 164 Etats Parties mais aussi à la communauté internationale dans son ensemble de mettre en œuvre les moyens d’une exploitation et d’une gestion durables des ressources marines », a-t-il ajouté, rappelant que le droit de la mer actuel souffre de lacunes, malgré les avancées de la décision de l’affaire Erika…
Quelques jours avant, le prince Albert s’était rendu à Bruxelles. Le 3 octobre, il avait participé aux dix ans de la Fondation polaire internationale, partenaire de la Fondation prince Albert II de Monaco, en présence de Philippe de Belgique et de la princesse Mathilde. Le 4 octobre, lors de l’édition 2012 de l’Arctic Futures Symposium, consacrée à l’avenir de l’Arctique, il a rencontré Maria Damanaki, commissaire européenne aux Affaires maritimes et à la pêche, et Didier Reynders, vice-Premier Ministre et ministre des Affaires étrangères, du commerce extérieur et des Affaires européennes de Belgique.Rio

Publié le

Monaco Hebdo