lundi 17 janvier 2022
AccueilActualitésSociété« Faire entrer l’UIMdans une autre dimension »

« Faire entrer l’UIM
dans une autre dimension »

Publié le

Rachetée par le groupe INSEEC (1) en 2010, l’université internationale de Monaco (UIM) forme des étudiants dans les secteurs du luxe et de la finance. En 30 ans, cette institution a changé de visage et cherche désormais une reconnaissance mondiale.

 

2000 m2 au cœur du stade Louis II. Drôle de localisation pour une université internationale qui accueille chaque année 600 étudiants de 70 nationalités différentes. Sans compter les 200 participants au programme non diplômant de “l’executive summer school” et de la formation continue pour les salariés. Dans ce large espace, ceux-ci disposent de 13 amphithéâtres et salles de classe, de deux salles informatiques, d’une bibliothèque et d’une cafétéria. Une équipe de 100 professeurs dont 22 enseignants chercheurs permanents dispensent des cours, en anglais exclusivement. En 1986, lors de son ouverture, l’université internationale de Monaco (UIM) s’appelle University of Southern Europe. « On a rendu la proposition plus claire et lisible, en renforçant des services d’excellence très en phase avec la Principauté » explique son directeur général, Jean-Philippe Muller. A la tête de cette institution rachetée par le groupe INSEEC en 2010, il a la charge du développement et du rayonnement de ce centre de formation en luxe et finance. « J’ai découvert un potentiel énorme, à dimension humaine. »

Accréditations

En 30 ans, ce sont 2 607 élèves qui ont été diplômés en bachelor, master et MBA. « L’avenir est devant nous. Les anciens étudiants commencent à obtenir des positions favorables à des partenariats » estime le directeur. Dans son viseur, les étudiants étrangers, notamment les enfants de résidents à qui l’UIM offre « une solution d’études internationales ». Pour cela, Jean-Philippe Muller doit poursuivre son travail de visibilité. Opération qui consiste en l’obtention d’accréditations. Si les programmes sont reconnus et visés par l’Etat monégasque, l’UIM s’intéresse à l’accréditation de 5 ans dans le monde de l’Association of MBA’s (AMBA) (2). Elle pense aussi au label délivré par l’association américaine AACSB (3) pour les formations en business. « Cela ferait entrer l’UIM dans une autre dimension », pense Muller.

Universite-internationale-de-Monaco-003_DSC_4706_Presse_IUM

Interaction

La restructuration du projet de l’école passe aussi par une plus grande interaction avec le territoire monégasque. « Servir le territoire pour qu’il nous serve », souffle le directeur général. En septembre, deux nouvelles offres de formation démarrent. Un bachelor en trois ans “Monaco banking and financial services” en partenariat avec le service de l’Emploi, l’Association monégasque des activités financières (AMAF) et les banques monégasques. « Il s’agit d’un apprentissage alterné orienté vers les Monégasques et les enfants du pays. Ils suivront deux jours de cours pour trois jours en banque », décrit le directeur. En septembre aussi, c’est un nouveau parcours en “yachting management” qui ouvre ses portes. « C’est un beau projet assez unique. On n’a pas trouvé d’équivalent dans le monde. » Une formation qui accompagne la montée en puissance du secteur du yachting et le positionnement stratégique monégasque sur ce sujet. En quête d’une reconnaissance internationale, l’UIM pratique des tarifs toutefois assez élevés : 10 000 euros pour une année en bachelor, 18 000 euros pour le master et 36 000 euros pour le MBA. Les prévisions de croissance de la direction pourraient permettre à 800 élèves de suivre chaque année les cours de l’université de Monaco.

 

(1) L’Institut des hautes études économiques et commerciales (INSEEC) est un groupe d’enseignement supérieur français qui fédère des écoles de commerce, management et de communication. Ce groupe compte 20 000 étudiants en France (Bordeaux, Paris, Lyon, Chambéry) et à l’international (Genève, Londres, San Francisco, Shanghai et Monaco).
(2) L’AMBA est un organisme britannique qui accrédite des MBA ou des masters.
(3) Créé en 1916, le label américain Association to Advance Collegiate Schools of Business (AACSB) est une accréditation qui récompense les écoles de commerce pour la qualité de leurs formations au management.

Publié le

Monaco Hebdo