samedi 4 décembre 2021
AccueilActualitésSantéPas distribué à Monaco, le vaccin AstraZeneca suspendu en France

Pas distribué à Monaco, le vaccin AstraZeneca suspendu en France

Publié le

Depuis le 11 avril 2021, plusieurs pays européens, dont la France et l’Allemagne, ont suspendu le vaccin d’AstraZeneca, en invoquant le « principe de précaution ». En cause, une série de cas présumés de thrombose survenus après l’injection de ce vaccin. Si la principauté est inscrite dans les précommandes européennes pour ce vaccin, il n’a pas encore été distribué à Monaco, où seul le vaccin Pfizer-BioNTech est disponible. Mais le gouvernement monégasque promet d’être prudent, en assurant que « les autorités sanitaires monégasques vont donc faire preuve d’une pharmacovigilance accrue et évalueront la situation au moment où nous recevrons des approvisionnements en AstraZeneca ». Alors que dans une interview accordée cette semaine à Monaco Hebdo [lire dans ce numéro « Monaco doit surmonter cette période en étant un modèle » – NDLR], le président du Conseil national, Stéphane Valeri, se dit « favorable à la suspension de l’utilisation de ce vaccin AstraZeneca, tant que les études en cours n’auront pas démontré qu’il ne représente pas de danger pour les personnes vaccinées ». Désormais tous les regards sont tournés vers l’Agence européenne des médicaments (AEM), qui devait étudier les remontées d’informations venues des différents pays de l’Union européenne (UE) alors que Monaco Hebdo bouclait ce numéro le 16 mars 2021, avant de tenir une réunion extraordinaire le 18 mars 2021. Dans un communiqué publié le 15 mars 2021, l’AEM a indiqué qu’elle restait « actuellement d’avis que les avantages du vaccin d’AstraZeneca dans la prévention du Covid-19, avec son risque associé d’hospitalisation et de décès, l’emportent sur les risques d’effets secondaires » et que le « nombre d’événements thrombolytiques constatés au sein de la population vaccinée ne semble pas plus élevé que dans l’ensemble de la population », tout en estimant que des problèmes s’étaient posés dans un « très petit nombre » de cas. Mais les remous autour de cette affaire pourraient ralentir la campagne de vaccination mondiale, s’inquiètent déjà un certain nombre d’observateurs et de professionnels de santé. Surtout qu’en parallèle, AstraZeneca a annoncé le 13 mars 2021 qu’ils ne pourront finalement livrer que 30 millions de doses à l’UE d’ici fin mars 2021, très loin des objectifs prévus au départ, puisqu’il était alors question de livrer 120 millions de doses à cette échéance. La Commission européenne doute désormais qu’AstraZeneca soit capable de livrer plus de 75 millions de doses au second trimestre 2021, alors que 180 millions de doses étaient espérées. En attendant, l’Agence France-Presse (AFP) rappelait le 13 mars 2021 que la pandémie de Covid-19 a provoqué plus de 2 640 000 morts dans le monde depuis fin décembre 2019.

Publié le

Monaco Hebdo