lundi 20 septembre 2021
AccueilActualitésSantéQuel rôle pour les aidants??

Quel rôle pour les aidants??

Publié le

Aide à domicile
« Différentes entreprises à l'étranger ont mis en place des aménagements d'horaires pour aidants - et cela fonctionne. » © Photo D.R.

Le gouvernement français a institué début octobre la première journée nationale des aidants familiaux. S’ils sont plus de 3 millions en France à assister un proche, le statut et les moyens octroyés font débat. Explications avec Thierry Calvat, délégué général de la fondation Novartis qui vient de mener une grande enquête sur ces bénévoles de l’ombre (1).

Monaco Hebdo?: On compterait entre 3,3 et 3,7 millions d’aidants familiaux en France. Ces proches de malades ont-ils globalement les mêmes profils et champs d’action??

Thierry Calvat?: Non, et c’est d’ailleurs l’un des grands enseignements de notre étude. Avec le développement des maladies chroniques et des hospitalisations à domicile, les profils et rôles des aidants sont de plus en plus diversifiés. 60 % sont des femmes, mais la part d’hommes progresse. Et celle des jeunes aussi?: ils représentent 5 %. 18 % ne sont pas issus de la famille mais de cercles d’amis ou du voisinage. De même, les missions sont plus variées?: il s’agit de soutien moral et de surveillance au quotidien, mais aussi, dans plus de 60 % des cas, d’aide aux activités domestiques et à la gestion administrative et financière.

M.H.?: Pourtant 3 aidants sur 4 se sentent insuffisamment reconnus et accompagnés. Comment l’expliquez-vous??

T.C.?: C’est tout le paradoxe. Quand on leur demande s’ils ont l’impression de faire face à la situation, 90 % répondent oui. Mais ils le font souvent au prix de sacrifices importants, avec parfois des risques réels de marginalisation sociale et d’isolement. 70 % disent qu’ils souffrent d’une perte de lien social, 64 % aimeraient des horaires de travail aménagés… L’impact se joue même au niveau des finances et de la vie intime.

M.H.?: Cela plaide-t-il selon vous en faveur de la création d’un statut d’aidant, comme le réclament certaines associations??

T.C.?: Je ne suis pas sûr qu’un tel statut résoudrait les problèmes à court ou moyen terme. D’ailleurs, lors des récentes assises de « proximologie » que l’on a organisées, une partie des aidants s’est déclarée ouvertement hostile à cette idée. Ils craignaient de se trouver pris dans un carcan d’injonctions et d’obligations. Or, les enjeux et les difficultés sont très variables d’un cas à l’autre. A titre d’exemple, 25 % de nos sondés disent bien s’en sortir dans leur rôle d’aidant sans évoquer d’impacts négatifs. A l’inverse, 30 % mentionnent plus de 5 critères négatifs et réclament une vraie assistance. Il me paraît plus judicieux de mettre en place des mesures adaptées d’aménagements d’horaires ou de formations. Elles permettront aux aidants de mieux définir leur propre rôle et de mieux cerner les attentes des professionnels de santé à leur égard. Il sera alors temps de parler de statut.

M.H.?: Vous parlez d’aménagement d’horaires de travail. Certaines associations réclament un congé spécifique pour les aidants…

T.C.?: L’enjeu en tout cas est bien réel. Un actif sur douze est un aidant aujourd’hui. Ce sera le cas d’un sur six d’ici quinze ans?! Certes, ces personnes sont souvent sous pression, mais ce sont aussi parmi celles qui montrent le plus d’attachement à leur travail. Les attentes se situent plus au niveau d’une garantie de flexibilité des horaires que de l’instauration d’un congés. Différentes entreprises à l’étranger ont mis en place des aménagements d’horaires pour aidants – et cela fonctionne… n

(1) Panel BVA-Fondation Novartis mené auprès de 1?023 aidants familiaux entre 2008 et 2010.

Pourquoi le Viagra féminin a échoué??

Baptisé le Flibanserin, le Viagra pour ces dames, ne verra finalement pas le jour. Cette décision prise par le laboratoire allemand à l’origine du produit fait suite à un avis défavorable prononcé par l’Agence du médicament américain à la suite des premiers tests. Véritable traitement de fond destiné aux femmes approchant la ménopause, ce produit devait agir sur différents récepteurs du système nerveux pour stimuler la libido au bout de quelques semaines. Le mode d’action est très différent du Viagra des hommes. Les effets secondaires aussi?: évanouissement, fatigue, dépression… Des risques qui ont mis en alerte les autorités. Pour l’heure, aucune autre molécule n’est annoncée pour faire office de Viagra rose à court terme…

Le stress, allié des métastases??

Selon une récente étude américaine, le stress pourrait en partie expliquer les différences d’évolution d’un même cancer métastasé chez différents patients. A partir d’études menées sur des souris, les chercheurs ont mis en évidence que l’activation des récepteurs liée au stress, en libérant des macrophages, permettrait aux tumeurs d’infiltrer de nouveaux tissus. Si elle reste encore controversée, cette implication du stress conduit les chercheurs à plaider pour une meilleure prise en charge thérapeutique des patients.

Les poppers, dangereux excitants??

« Sniffés » par 5 % des jeunes et connus pour leurs effets euphorisants, les poppers seraient pourtant loin d’être sans danger. Une étude de chercheurs de l’hôpital des Quinze-vingt à Paris vient de révéler que la substance pouvait endommager une zone clé de l’oeil, la macula, et entraîner des éblouissements ou pertes visuelles. L’atteinte peut se produire après une seule inhalation et durer jusqu’à 34 mois. Les lésions guérissent avec l’arrêt de consommation du produit.

Publié le

Monaco Hebdo