mardi 19 octobre 2021
AccueilActualitésSantéOndes électromagnétiques?: RAS à Monaco

Ondes électromagnétiques?: RAS à Monaco

Publié le

Antenne relais
© Photo D.R.

Le Centre international de recherche sur le cancer (Circ) de l’OMS vient d’annoncer que l’usage des téléphones portables devait être considéré comme « peut-être cancérogène pour l’homme ». Frédéric Rué, inspecteur à la Direction des communications électroniques (DCE) — chargée d’effectuer des mesures d’ondes électromagnétiques -, nous éclaire sur la situation à Monaco.

Propos recueillis par Aline Lambert.

Monaco Hebdo?: Quel est le rôle de la DCE??
Frédéric Rué?: La DCE est chargée de vérifier que les émissions des réseaux radioélectriques de la Principauté respectent l’ordonnance souveraine du 26 novembre 2010, relative à la limitation de l’exposition du public aux champs électromagnétiques. La DCE s’intéresse donc aux ondes électromagnétiques (rayonnements non ionisants) et effectue des mesures de leurs composantes électriques (champs électriques) dans la bande de fréquence allant de 100 kHz à 6 GHz. Cette bande englobe l’essentiel des ondes électromagnétiques reçues sur notre territoire, à savoir la téléphonie mobile 2G, 3G et la 4G à venir, la radio FM et HF, les émissions hertziennes de télévision, les réseaux radioélectriques indépendants, le WiFi, etc.

M.H.?: Où les ondes sont-elles mesurées??
F.R.?: La DCE mesure en priorité les zones qui se trouvent à proximité d’émetteurs radioélectriques car ce sont elles qui subissent les expositions aux champs électromagnétiques les plus fortes. Les écoles et les centres de soins font aussi l’objet d’une attention toute particulière. Tous ces lieux sont mesurés régulièrement, chaque année ou tous les deux ans. La DCE peut être également sollicitée de manière ponctuelle par des administrés pour évaluer l’environnement électromagnétique de leurs appartements, sociétés ou commerces.

M.H.?: A partir de quel seuil les ondes sont-elles considérées comme dangereuses??
F.R.?: Le débat sur la dangerosité des ondes électromagnétiques est loin d’être clos. Sous l’égide de l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé), l’ICNIRP (Commission Internationale de Protection contre les rayonnements non ionisants) a fixé des valeurs limites en matière de champs électromagnétiques qui ont été adoptées notamment par l’Union Européenne et la France (variant de 28 V/m à 87 V/m pour la bande 100 kHZ <=> 6 GHz). Ces seuils tiennent compte des effets thermiques (échauffements des tissus) des ondes électromagnétiques mais, d’après les détracteurs de l’ICNIRP, oublient en grande partie les effets athermiques, selon eux, les plus dangereux.

M.H.?: Que pense le gouvernement de ces seuils??
F.R.?: Pour répondre aux préoccupations de plus en plus en fortes de la population sur ce sujet, le gouvernement princier a souhaité élaborer des normes nettement plus sévères, à l’instar de certains pays européens comme la Suisse ou l’Italie. Un seuil de champ électrique de 6 V/m a été ainsi défini pour l’ensemble du spectre, entre 100 kHz et 6 GHz, avec une contrainte supplémentaire de 4 V/m pour les contributions des antennes relais de téléphonie mobile qui focalisent l’essentiel des inquiétudes du public.

M.H.?: Pour quelles raisons ces seuils ont-ils été réévalués??
F.R.?: C’est le principe de précaution qui nous a guidés dans la définition de nos seuils mais aussi la nécessité de maintenir la qualité des radiocommunications en Principauté. C’est pourquoi, des seuils plus faibles, comme 0,6 V/m préconisé par certaines associations, sont totalement irréalistes et conduiraient à une multiplication très importante des émetteurs pour assurer une couverture radio équivalente. Bien évidemment, nous restons à l’écoute des travaux scientifiques sur le sujet et nous adapterons en conséquence notre réglementation.

M.H.?: Quelle est la situation à Monaco??
F.R.?: Toutes les mesures réalisées ces dernières années en Principauté ont montré que les niveaux de champs relevés étaient bien en deçà des normes de l’ICNIRP. Depuis l’adoption de l’ordonnance du 26 novembre 2010, une nouvelle campagne de mesures a été lancée, qui a déjà permis de corriger certains sites radioélectriques afin de respecter les nouveaux seuils.

M.H.?: Que pensez-vous du rapport du CIRC qui déclare que les ondes des téléphones sans fil sont peut-être cancérigènes??
F.R.?: La conclusion de ce groupe d’experts s’est appuyée sur des études épidémiologiques montrant un risque de gliome, une forme de cancer du cerveau, associé à l’usage du téléphone mobile. Nous prenons donc acte de cette décision. Mais, nous ne souhaitons pas pour l’instant réglementer l’utilisation des téléphones portables. Le bon sens et le principe de précaution doivent avant tout prévaloir chez les usagers qui devraient notamment utiliser des kits mains libres et limiter son usage par les enfants.

Le téléphone portable cancérigène??
Le téléphone portable serait-il dangereux?? Peut-être, selon l’Organisation mondiale de la santé. 31 experts du CIRC (Centre International de recherche sur le cancer, branche de l’OMS) ont rendu publiques les conclusions de leur enquête, le 31 mai dernier. Ils y reconnaissent pour la première fois que l’usage prolongé du téléphone sans fil pourrait provoquer un cancer du cerveau. Sont ainsi encouragés?: l’utilisation du kit mains libres pour les appels ou encore, les SMS.
Pour Monaco Telecom, ce rapport n’influencera en rien les ventes. « Il y a de nos jours un tel engouement pour les mobiles que cela ne devrait rien changer aux habitudes des clients. Par contre, l’usage recommandé du kit mains libres ou du bluetooth risque de modifier le mode d’utilisation. Cette enquête va donc peut-être influer sur la vente d’accessoires. » En attendant, le risque des ondes émises par les portables a été relevé par le CIRC au niveau 2B?: « peut-être cancérigène ». Ce qui les met au même niveau que le café, le plomb ou encore certains légumes marinés, comme les cornichons.

Publié le

Monaco Hebdo