lundi 17 janvier 2022
AccueilActualitésSantéVariant Omicron : est-il plus dangereux ?

Variant Omicron : est-il plus dangereux ?

Publié le

Depuis quelques jours, c’est la question que tout le monde se pose. Le variant Omicron est-il plus dangereux que ses prédécesseurs ? Le ministre de la santé belge, Frank Vandenbroucke, a indiqué le 26 novembre 2021 qu’un cas du nouveau variant du Covid-19 détecté en Afrique du Sud, et jusqu’ici absent en Europe, avait été détecté en Belgique. « On a un cas qui est maintenant confirmé de ce variant. Il s’agit de quelqu’un qui venait de l’étranger, qui a été testé positivement le 22 novembre, qui n’était pas vacciné », a expliqué Frank Vandenbroucke, lors d’une conférence de presse. Ce nouveau variant, le B.1.1.529, a été détecté pour la première fois en Afrique du Sud le 25 novembre 2021. Cette information a conduit la France à suspendre pour au moins quarante-huit heures toutes les arrivées en provenance de l’Afrique du Sud, du Lesotho, du Botswana, du Zimbabwe, de Mozambique, de Namibie et d’Eswatini. «Les personnes ayant voyagé au cours des quatorze derniers jours dans l’un de ces pays sont invitées à se signaler aux autorités et à réaliser dans les meilleurs délais un test de dépistage RT-PCR», a précisé Matignon. De son côté, l’Afrique du Sud s’est dite injustement « punie » par ces mesures, mettant en avant son travail qui a permis d’identifier ce variant et sa transparence. L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a communiqué, en soulignant que plusieurs semaines seront nécessaires avant d’être fixé sur le niveau de contagiosité et la virulence de ce nouveau variant B.1.1.529. Le 25 novembre 2021, des scientifiques sud-africains ont indiqué que ce nouveau variant affichait un nombre «extrêmement élevé» de mutations et un «potentiel de propagation très rapide». De son côté, l’OMS recommande « aux pays de continuer à appliquer une approche scientifique et fondée sur les risques lors de la mise en œuvre des mesures relatives aux voyages, conformément aux recommandations temporaires du comité d’urgence […]. A ce stade, encore une fois, la mise en œuvre de mesures de restrictions aux voyages est déconseillée. » En tout cas, Omicron provoque énormément d’inquiétude. Mais il faudra plusieurs semaines pour avoir des informations fiables sur sa contagiosité, sa virulence, et sa capacité à résister à la protection offerte par les vaccins. En attendant, le 29 novembre, l’OMS a estimé que les chances que Omicron se répande dans le monde entier était « élevées ». En France, huit cas « possibles » ont été détectés. Le ministère de la santé a indiqué qu’un séquençage était en cours pour confirmer cette information. 

Publié le

Monaco Hebdo