mercredi 20 octobre 2021
AccueilActualitésSantéChloroquine, dépistage systématique, gel, masques : les réponses de Didier Gamerdinger

Chloroquine, dépistage systématique,
gel, masques : les réponses
de Didier Gamerdinger

Publié le

Didier Gamerdinger, conseiller-ministre aux affaires sociales et à la santé, a organisé le 24 mars une conférence téléphonique groupée avec la presse monégasque.

Il a répondu à plusieurs interrogations qui se posent actuellement concernant le traitement à la chloroquine, la stratégie du dépistage systématique et massif, les pénuries de gel et de masques.

Dépistage massif impossible pour l’instant :

Monaco ne se trouve pas dans une capacité matérielle de pouvoir réaliser ces dépistages de grande ampleur. Aujourd’hui les prélèvements réalisés en principauté sont envoyés aux hôpitaux de Nice, Marseille, et même Paris pour être examinés. La principauté ne dispose pas de ces « laboratoires spécialisés de très haut niveau » car il n’y a pas de service d’infectiologie à Monaco. En revanche, les autorités sanitaires monégasques étudient trois pistes : un automate en pré-commande en France, dont les tests sont actuellement en cours pour étudier la fiabilité du produit ; utiliser l’automate du centre hospitalier princesse Grace (CHPG) dédié à la grippe en l’ajustant avec les réactifs particuliers du Covid-19, ce qui nécessite une homologation et des tests ; des petites machines à tester fabriquées en Italie, moins performantes. 

Chloroquine utilisée seulement à l’hôpital

Le département des affaires sociales et la santé va geler la vente de chloroquine en pharmacie. Il sera réservé aux patients atteints de maladie chronique, ayant les ordonnances habituelles pour le recevoir. Didier Gamerdinger justifie ce choix par peur de voir se ruer des personnes dans les pharmacies monégasques car « l’usage doit être microdosé », et qu’il ne souhaite pas « d’automédication ». Néanmoins, la chloroquine est actuellement utilisée au CHPG pour traiter les patients. « Certains considèrent que c’est vraiment la molécule incontournable, d’autres praticiens sont beaucoup plus prudents. La chloroquine est utilisée au CHPG, avec dosage extrêmement précis, pour des patients qui ont des symptômes assez forts. C’est mis en œuvre. Cette molécule peut avoir des effets indésirables graves. Elle doit être strictement dosée, sous supervision médicale. Il y a un risque d’automédication avec un surdosage, et on me dit que ça peut être létal. Comme la France, la principauté a décidé de bloquer les ventes en pharmacie. »

Gel hydroalcoolique

Le conseiller-ministre aux affaires sociales et à la santé a rassuré sur la profusion de gel hydroalcoolique : « Un laboratoire monégasque a livré 1,5 tonne de gel la semaine passée et devrait livrer 1,4 tonne cette semaine. Un second laboratoire devrait produire cette semaine 6 000 litres. Le troisième a produit 170 litres la semaine passée, et devrait produire 650 litres d’ici demain, plus 650 d’ici la fin de cette semaine-ci ».

Fin des visites à l’hôpital

Après constatation de comportements, dès demain, les visites à l’hôpital seront interdites, sauf pour les malades en fin de vie. Pour les autres, il y aura maintien du contact familial par téléphone et visio-conférence. 

Masques « en flux tendu »

Concernant les masques, Monaco n’échappe aux pénuries. « Évidemment, comme les autres pays, nous sommes en tension. Nous approvisionnons l’hôpital, les pompiers, les professionnels de santé de ville. Nous le faisons à flux tendu. Nous avons des commandes massives en cours. Mais, attention aux escroqueries, nous sommes submergés de propositions spontanées. La France a réquisitionné toute la production de ses propres unités françaises. Tous les producteurs de masques situés en France ont obligation de ne servir que la France. Donc impossibilité pour nous de s’approvisionner auprès d’eux. Nous avons commandé en Chine, mais la Chine a du mal à livrer. » 

Une cellule psychologique se met en place

Après constatations de plusieurs appels faisant état d’un besoin de dialogue et d’écoute, les autorités sanitaires mettent désormais à disposition des psychologues pour répondre à une éventuelle détresse des appelants à la ligne dédiée au Covid-19 : 92 05 55 00, disponible 7 jours sur 7 de 9 heures à 18 heures.

Bilan du nombre de cas

27 au total, dont 10 hospitalisés.

Publié le

Monaco Hebdo