lundi 20 septembre 2021
AccueilActualitésJudiciaireSociété Infractions pénales : comment réagir ?

Société Infractions pénales : comment réagir ?

Publié le

« Vous avez été agressé, volé, frappé, blessé, insulté… Votre enfant a été victime de racket… La loi vous permet d’agir en justice pour faire valoir vos droits et obtenir réparation du préjudice subi. » L’association d’aide aux victimes d’infractions pénales (AVIP) créée à Monaco en juillet 2014, vient d’éditer une brochure et une plaquette explicatives. Objectif : aiguiller au mieux les victimes résidant à Monaco dans leurs démarches judiciaires. « Les points de distribution prévus sont le palais de justice, le Centre Hospitalier Princesse Grace (CHPG), la sûreté publique, ou encore l’Action sanitaire et sociale », explique Evelyne Karczag-Mencarelli, présidente de cette association. Dans cette plaquette, l’AVIP détaille notamment comment porter plainte ou déposer une main courante. Elle dirige aussi les victimes vers les structures adéquates : police, avocats, médecins, assistante sociale ou encore psychologue. Si l’AVIP ne fournit pas d’aide financière, elle peut en revanche orienter les victimes vers l’assistance judiciaire, un système d’aide qui permet de prendre en charge les frais de justice des personnes les plus modestes. Sur son site internet, www.avip.asso.mc, l’association détaille aussi les démarches à suivre pour les personnes victimes de violences conjugales et d’agressions sexuelles. « Quelles que soient les circonstances de l’agression que vous avez subie, c’est votre agresseur qui est le coupable. Ne restez pas seul(e), ne gardez pas le silence. Silence et secret ne profitent qu’aux agresseurs », insiste l’AVIP. Pour prendre contact avec l’association, contacter la permanence du palais de justice de Monaco au + 377 93 25 00 07 ou laisser un message sur le site : www.avip.asso.mc. « Un rendez-vous personnalisé vous sera proposé et vous serez accueilli(e) dons un local du palais de justice, par un juriste de l’association ou toute autre personne habilitée », indique l’AVIP. Cette aide est gratuite mais cette association n’a bien sûr pas vocation à se substituer à un avocat.

Publié le

Monaco Hebdo