mardi 25 janvier 2022
AccueilActualitésJudiciaireL’étudiant passe du bon temps grâce à l’argent d’un autre

L’étudiant passe du bon temps grâce à l’argent d’un autre

Publié le

C’est un jeune homme de bonne famille qui comparaissait dans le cadre d’une procédure de flagrant délit devant le tribunal correctionnel de Monaco. Etudiant malien à Pau, Mamadou avait décidé de rejoindre un ami à Juan-les-Pins. La virée monégasque dure 8 jours. Montant total : 10 590 euros. Ce n’est pourtant pas la somme que l’étudiant de 26 ans déboursera réellement. Sur Facebook, il avait repéré l’annonce d’un Canadien proposant des chambres d’hôtel à moitié prix. Pour cela, cette personne lui aurait envoyé par email des coordonnées bancaires à tester. La première carte au nom d’un Australien ne fonctionne pas. La seconde, celle d’un Américain, fonctionne. En confiance, Mamadou demande comment faire pour avoir un peu d’argent pour vivre sur place. Le mystérieux Canadien lui propose d’acheter des cartes cadeaux de la Société des Bains de Mer (SBM). Des cartes qui permettent de payer des jetons de casino, des boissons ou des repas au restaurant. Enfin, pour rallier Monaco depuis Juan-les-Pins, le jeune homme réservait des limousines. « Je pensais qu’il (N.D.L.R. : le contact canadien) avait créé une fausse identité. Je ne pensais pas faire de mal à qui que ce soit… », s’est défendu le prévenu. Arrêté par la police en possession de 18 jetons de casino et de 2 400 euros en liquides, il a reconnu les faits. Mais ne veut pas être considéré comme un escroc. « Il est plus facile de vivre avec l’argent des autres, que de se lever pour aller travailler… Les explications fantaisistes d’un homme du Canada au grand cœur ne sont pas de nature à convaincre une juridiction » insiste Michaël Bonnet, premier substitut du procureur. « Il s’est laissé avoir par l’envie de faire des vacances à Monaco à moindre coût, avec un usage frauduleux » défend son avocate, Me Sarah Filippi. Mamadou écope finalement de 3 mois de prison ferme, assortis du paiement de 2000 euros de dommages et intérêts pour la SBM qui s’était constituée partie civile.

 

Publié le

Monaco Hebdo