mardi 30 novembre 2021
AccueilActualitésJudiciaireLa Principauté reste sûre

La Principauté reste sûre

Publié le

Avec 1 479 faits constatés, la délinquance générale a baissé de 7,21 % par rapport à 2011. Il s’agit du taux le plus bas enregistré en six ans.

Il y a moins d’un fait de délinquance de voie publique par jour à Monaco. Cette statistique a été mise en exergue par le directeur de la Sûreté publique par intérim, Richard Marangoni, lors des voeux de l’institution le 21 janvier dernier. La délinquance générale est en baisse par rapport à 2011 (-7,21 %), enregistrant son plus bas taux en six ans. 1 479 faits de délinquance générale ont été constatés en 2012 par la police monégasque. Le taux d’élucidation s’élève à 52 %. Pour Richard Marangoni, « la prévention » constitue la raison première de cette diminution. Une prévention qui se traduit notamment par « une présence policière constante, nombreuse et visible sur la voie publique » ainsi que par « une collaboration confiante avec tous les commerçants ». Dans le détail, 330 actes de délinquance de voie publique ont été recensés, soit une diminution de 7,56 % par rapport à 2011. Les cambriolages ont chuté. Après une année record en 2011 ; 82 cambriolages dont 18 tentatives ; le chiffre est tombé à 36 cambriolages dont 11 tentatives. Les dégradations de biens ont baissé de 15,2 % comparé à 2011. Une autre baisse a été enregistrée en matière de sécurité routière. 13 accidents de moins ont été dénombrés par rapport à 2011 (220 contre 233). Les deux-roues sont toujours autant impliqués dans ces accidents (158 contre 157). « Ces résultats, qui peuvent paraître satisfaisants, n’en sont pas moins insuffisants. […] Ces chiffres nous engagent surtout à lutter contre un incivisme latent, qui voudrait notamment que l’utilisation d’un deux-roues soit l’expression d’un espace de liberté où l’objectif affiché de gagner du temps dans le flux urbain, conduise à s’affranchir systématiquement des prescriptions du code de la route », a déclaré Richard Marangoni.

Tolérance zéro sur les drogues
Le directeur intérimaire de la Sûreté publique a également évoqué l’action en faveur de la protection de la jeunesse de Monaco. Une étude de l’Observatoire européen des drogues et des toxicomanies démontrait l’an dernier que plus d’un tiers des lycéens de la principauté fumaient et avaient déjà expérimenté le cannabis, et que 69 % d’entre eux avaient consommé de l’alcool dans le mois précédant l’enquête. En 2012, outre une vingtaine d’interventions dans les établissements scolaires, 16 cas de mineurs ayant été confrontés à l’ivresse et au tabagisme ont été traités. 8 affaires de détention de stupéfiants mettant en cause 10 mineurs ont été établies. Deux revendeurs de tabac aux mineurs de moins de 16 ans font l’objet d’une procédure. « La police de Monaco devra poursuivre son action sur la voie publique et auprès des établissements afin de contrôler le respect de la réglementation. Il n’est pas concevable en effet que des jeunes filles et des jeunes gens puissent se livrer à des excès d’alcool, avec tous les risques que cela comporte. Notre action sera également totalement résolue à l’encontre des phénomènes de cession et de consommation de produits stupéfiants. Il faut que cela se sache : il n’y aura aucune tolérance ni aucun relâchement à Monaco sur ce sujet », a affirmé le prince Albert. 87 faits de détention de stupéfiants, soit 10 de moins qu’en 2011, et sept de revente ont été constatés.

Vols en hausse
Si 3 faits de vols avec violence sans arme ont été recensés, les vols simples, sans recours à la force ni à l’effraction, et les vols à la tire progressent (respectivement 385 faits et 25 faits). A souligner que 53 deux-roues ont été volés dont 16 par le même malfrat, qui a été interpellé. Enfin, trois affaires de mœurs ont été enregistrées : deux viols et une diffusion d’images pédo-pornographiques.

Publié le

Monaco Hebdo