dimanche 24 janvier 2021
Accueil Actualités Judiciaire L'affaire Le Roux rebondit… encore

L’affaire Le Roux rebondit… encore

Publié le

Jean-Charles et Renée Le Roux
Tout comme son fils Jean-Charles, Renée Le Roux, résidente monégasque et ancienne patronne du Palais de la Méditerranée, a toujours été convaincue de la culpabilité de Maurice Agnelet. © Photo Monaco Hebdo.

Les déclarations d’un caïd relancent l’affaire Le Roux. Jean-Pierre Hernandez, « un ancien de la pègre marseillaise », assure que Maurice Agnelet est innocent.

Depuis le 4 mars dernier, la nouvelle défraie la chronique judiciaire. Dans une interview au Parisien, Jean-Pierre Hernandez, un ancien caïd de la mafia marseillaise, affirme savoir qui a assassiné Agnès le Roux, l’héritière du casino niçois le palais de la Méditerranée, innocentant par la même occasion Maurice Agnelet. Il s’agirait de Jeannot Lucchesi, un de ses amis décédé en 1987. Alors que son ouvrage Confessions d’un caïd paraît le 10 mars, Jean-Pierre Hernandez assure avoir reçu les confidences de Lucchesi, avec force détails?: « A l’époque, Jeannot était en cavale en Italie. Il m’a dit qu’il n’était pas seul et que la fille Le Roux n’avait rien vu venir. Après, ils l’ont amenée aux Goudes, près de Marseille, où ils ont jeté son corps et toutes ses affaires dans les Calanques. Ils ont confié son Range Rover à d’autres types pour le faire écraser dans un garage marseillais », a affirmé cet homme de 75 ans.

Eviter “l’erreur judiciaire”

Pourquoi balancer une telle bombe, 34 ans après la disparition de la jeune femme, dont on n’a jamais retrouvé le cadavre?? Pour éviter « l’erreur judiciaire »?: « Agnelet, je ne le connais pas, mais cet homme ne mérite pas de rester en prison. En octobre 2007, j’ai vu cet homme partir en prison pour 20 ans. Les larmes de ses fils m’ont touché. Tout ça m’a fait un choc », explique Hernandez. Une aubaine pour les avocats d’Agnelet, condamné en appel en 2007 à 20 ans de réclusion. « Nous avons pris la décision de saisir la cour de révision dès le 15 mars. Ce témoignage présente un élément nouveau important. Il faut que la commission de révision enquête et que ce monsieur soit auditionné », souligne Me François Saint-Pierre. Qui ajoute?: « Nous avons toujours défendu la thèse d’un assassinat mafieux. M. Hernandez a indiqué que d’autres personnes encore en vie connaissent la vérité. Peut-être que devant la justice il donnera des noms ». Me Saint-Pierre compte bien demander la remise en liberté et la suppression de la peine de son client, âgé de 72 ans?: « Je l’ai vu plusieurs fois cet hiver. Sa santé est très fragile. Il souffre de pleurésie. » D’autant qu’il attend la décision de la cour européenne des droits de l’homme après une requête pour procès non équitable?: « Mon client a été condamné sans preuve par la cour d’assises », rappelle au passage François Saint-Pierre.

“Une opération de communication”

Du côté de la famille Le Roux, on veut rester stoïque face à cette nouvelle déferlante?: « Dans ce livre, il n’y a rien. Et la parole d’un truand n’est pas la plus fiable… Ce n’est pas la première fois que cette thèse est défendue et montée en épingle. Ça fait partie de la stratégie des avocats de la défense de créer le doute. Il s’agit d’une vulgaire opération de communication. Ce sont de basses manœuvres », explique Jean-Charles Le Roux, le frère d’Agnès et porte-parole de la famille. Une famille secouée depuis plus de trente ans. « Ma mère prend tout ça avec recul », ajoute Jean-Charles Le Roux. Renée Le Roux, résidente monégasque et ancienne patronne du Palais de la Méditerranée, a toujours été convaincue de la culpabilité de Maurice Agnelet.

L’affaire Le Roux en 8 dates
Octobre 1977?: Agnès Le Roux disparaît mystérieusement à l’âge de 29 ans. Six mois auparavant, la jeune femme avait vendu ses parts
dans le Palais de la Méditerranée pour trois millions de francs à Jean-Dominique Fratoni, qui dirigeait alors le Ruhl, un casino concurrent suspecté d’être aux mains de la mafia.
1978 : La famille Le Roux porte plainte pour enlèvement et séquestration. Début de l’enquête.
août 1983?: Maurice Agnelet, l’amant d’Agnès Le Roux, est inculpé d’homicide volontaire et effectue deux mois de détention provisoire avant d’être placé sous contrôle judiciaire.
30 septembre 1985?: La justice prononce un non-lieu. La même année, Agnelet est condamné à deux ans de prison pour avoir détourné l’argent d’Agnès.
1999 : Françoise Lausseure, une autre maîtresse d’Agnelet au moment des faits, devenue sa femme depuis, affirme lui avoir fourni un faux alibi.
octobre 2005?:
Il est de nouveau mis en examen pour homicide volontaire et envoyé devant les assises.
décembre 2006?: Maurice Agnelet est
acquitté mais dans la foulée le parquet général d’Aix-en-Provence décide de faire appel.
13 octobre 2007?: Agnelet est reconnu coupable. Il écope d’une peine de 20 ans de prison.//D.G.

Publié le

Les plus lus

Niki Lauda, naissance d’une légende

Ancien champion de Formule 1, Niki Lauda a marqué les esprits de plusieurs générations. Une épopée retracée dans le livre de Benoît Casaert.
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!