lundi 17 janvier 2022
AccueilActualitésJudiciaireAffaire Pastor : 23 interpellations au compteur

Affaire Pastor : 23 interpellations au compteur

Publié le

Avec l’interpellation de 23 suspects, des exécutants aux intermédiaires, et l’analyse des mouvements financiers, l’enquête sur le double assassinat Pastor-Darwish s’est accélérée.

Depuis le gigantesque coup de filet de lundi, c’est le choc à Monaco. L’affaire Pastor-Darwish, qui passe à la une des JT, alimente toutes les conversations. Et pousse à toutes les spéculations. Alors que l’on attendait une avancée de l’enquête depuis la fusillade du 6 mai, tout s’est accéléré le 23 juin. En tout, 23 personnes ont été interpellées à Nice, Marseille et Rennes dans le cadre de l’enquête sur ce double assassinat. Et à la surprise générale, la fille de la milliardaire monégasque, Sylvia Pastor et son gendre, Wojciech Janowski, également consul de Pologne à Monaco, ont été aussi placés en garde à vue. Autant d’éléments que le procureur de la République de Marseille Brice Robin a confirmé le lendemain, lors d’une conférence de presse, aux côtés de Christian Sainte, directeur interrégional de la police judiciaire.

Tireur et complice désignés
Décrivant une « enquête délicate, menée avec minutie et discrétion » depuis six semaines, le magistrat a dévoilé le nom du tireur et du guetteur présumés. Soit Alhair Hamadi, 31 ans, condamné pour vols avec violences et Samine Saïd Ahmed, 24 ans, qui a écopé d’une peine de 3 ans de prison en 2010. Pour l’heure, le procureur laisse planer l’incertitude sur l’identité de celui qui a fusillé Hélène Pastor et son chauffeur. Pour autant, les deux suspects ont été identifiés sur la base de la géolocalisation des portables, d’écoutes téléphoniques et surtout, de l’étude de la vidéosurveillance de l’hôpital, du centre-ville de Nice et des gares de Nice et Saint-Charles à Marseille. Lors de leur aller-retour meurtrier, de Marseille à Nice, les deux hommes auraient en effet laissé moult indices. Agissant toujours à visage découvert. Le 6 mai, après avoir pris le train à Saint-Charles à 13h07, ils sont vus à Nice à 15h39. Louent une chambre d’hôtel puis se rendent à L’Archet, séparément, en taxi. C’est là qu’ils auraient commis leur forfait avant de rejoindre Marseille en taxi vers 22 heures. L’un d’eux aurait même laissé des traces d’ADN sur un flacon de gel douche laissé dans sa chambre d’hôtel…

Nombreux intermédiaires
Sur les 23 individus interpellés, les autres seraient « des intermédiaires ou des sachants ». Brice Robin a ainsi évoqué l’arrestation d’un gendarme volontaire-adjoint de Lanson-de-Provence, chez qui la police a saisi un fusil de chasse à canon scié similaire à l’arme de crime. Et l’on a trouvé une somme de 10 000 euros en petites coupures au domicile d’un des suspects à Rennes, alors qu’on parle d’un crime qui se chiffrerait davantage en centaines de milliers d’euros…

« Mouvements financiers suspects » du gendre
Si le procureur de la République de Marseille estime qu’il « est trop tôt pour parler du mobile », y compris lié à un héritage, il n’exclue aucunement la piste familiale. En effet, « des mouvements financiers suspects de dizaines de milliers d’euros » ont été analysés sur le compte de Wojciech Janowski. Le magistrat reste néanmoins prudent, rappelant que le consul honoraire de Pologne à Monaco depuis juin 2007, président de Firmus, une société de nanotechnologie, n’a pas été « en contact direct » avec les deux présumés exécutants. Brice Robin a d’ailleurs tenu à préciser que Sylvia Pastor, elle, n’était placée en garde à vue que pour les nécessités de l’enquête. Si les enquêteurs évoquent aujourd’hui des tensions familiales, on se rappelle qu’avant sa mort, Hélène Pastor avait indiqué aux policiers qu’elle ignorait qui aurait pu vouloir commettre un tel crime. Au moment où nous bouclions le journal, Nice-Matin annonçait néanmoins que le domicile du couple au Schuylkyll avait été perquisitionné par la police monégasque, sur la base d’une commission rogatoire internationale.

Publié le

Monaco Hebdo