dimanche 24 octobre 2021
AccueilActualitésInternationalExposition universelle de Dubaï « Ce pavillon peut aider à la relance économique...

Exposition universelle de Dubaï « Ce pavillon peut aider à la relance économique de la principauté »

Publié le

Du 1er octobre 2021 au 31 mars 2022, Dubaï accueillera l’exposition universelle. Albert Croesi, responsable de Monaco Inter Expo, explique à Monaco Hebdo ce que sera le pavillon monégasque.

Les travaux du pavillon monégasque en sont où ?

Les travaux sont finis, le pavillon est en place. L’agencement intérieur et la scénographie sont aussi terminés. Désormais, il reste du travail d’organisation.

C’est un pavillon qui sera recyclable à 80 % ?

La structure principale de ce pavillon est en acier récupérable et recyclable. Les panneaux photovoltaïques seront récupérés par la Société monégasque de l’électricité et du gaz (Smeg). Ils seront réutilisés, mais, à ce jour, la destination finale n’est pas connue. Pour ne pas avoir à jeter à la fin de cette exposition universelle, nous avons énormément loué de matériel. Ce chiffre qui porte le recyclage à 80 % me semble beaucoup. Mais oui, on va recycler le plus possible.

Que trouve-t-on à l’intérieur de ce pavillon ?

Ce pavillon se présente en deux zones. La première zone est une zone de scénographie, où le grand public pourra observer les différentes stations que nous avons mises en place. Il y a, par exemple, une station pour le centre scientifique de Monaco (CSM) qui traite des coraux, ou encore de leurs études sur les manchots. Une autre station est consacrée à la transition numérique, pendant que la suivante met en avant le travail réalisé auprès des écoles de la principauté. L’extension en mer Mareterra fait aussi l’objet d’une station qui explique comment ont été réalisés les travaux sous l’eau pour pouvoir construire la plateforme de l’extension en mer où seront construits les immeubles. D’autres stations évoquent la culture, avec l’orchestre philharmonique, le théâtre…

Quoi d’autre ?

Nous avons réservé un grand espace qui sera mis à disposition pour recevoir des expositions temporaires. Cela peut intéresser une entreprise de la principauté qui voudrait faire la promotion de son activité à l’international. Elle peut disposer de cet espace pendant une semaine.

Combien ça coûte ?

Cet espace est loué 25 000 euros par semaine.

Et que trouve-t-on à l’étage supérieur de votre pavillon ?

L’étage supérieur du pavillon est un espace de conférence divisé en deux zones. Une salle a été spécifiquement aménagée pour recevoir des conférences. C’est là, par exemple, que les conseillers-ministres du gouvernement, les conseillers nationaux, le professeur Denis Allemand pour le CSM, et beaucoup d’autres, viendront faire des conférences pour présenter leurs activités. Il y aura beaucoup de rencontres sur le thème de la santé et du médical en principauté, afin de montrer ce que l’on sait faire à Monaco. De son côté, le Monaco Economic Board (MEB) pourra en profiter pour rencontrer des entreprises locales.

Albert Croesi, responsable de Monaco Inter Expo © Photo Frédéric Nebinger

« Le surcoût lié à ce report au 1er octobre 2021 est de 1,3 million. Au total, le budget total est donc passé à 11,3 millions d’euros. Ce surcoût s’explique notamment parce que notre pavillon aura dû traverser deux hivers et un été  »

Et la deuxième zone ?

La deuxième zone de notre pavillon est un grand patio, où il est possible d’organiser un cocktail, un déjeuner ou un dîner.

Il y a aussi une boutique ?

Le thème de notre pavillon, c’est « Monaco 360° un monde d’opportunités ». Donc avec différents partenaires de la principauté, notamment le Monte-Carlo Country Club (MCCC), les carabiniers du prince ou le golf club de Monaco, nous proposons à la vente une série limitée de produits numérotés de 1 à 360.

Le report d’un an de cette exposition universelle vous a été favorable pour tenir les délais ?

Même si la date de départ avait été maintenue du 20 octobre 2020 au 10 avril 2021, nous aurions été prêts dans les temps. Au contraire ce report nous a coûté de l’argent, car il a fallu remiser les stations dans des entrepôts. Du coup, cela a provoqué des dépenses supplémentaires.

Le surcoût est de combien ?

Le surcoût lié à ce report au 1er octobre 2021 est de 1,3 million. Au total, le budget total est donc passé à 11,3 millions d’euros. Ce surcoût s’explique notamment parce que notre pavillon aura dû traverser deux hivers et un été. Structurellement, il a donc fallu reprendre les plans. Les entreprises ont dû modifier les concepts de construction. Enfin, le stockage nous a aussi coûté de l’argent. Or, comme tout est hors de prix dans ce monde-là, et qu’ils savaient que nous étions tous pris en otage au vu de la situation sanitaire, j’imagine que nous n’avons pas bénéficié de cadeaux. Même si nous avons sévèrement discuté les prix.

« Contrairement aux autres expositions internationales ou universelles, Dubaï s’attend à n’avoir que 30 % d’Emiratis, pour 70 % de visiteurs venus du reste du monde. Alors qu’habituellement, c’est l’inverse »

Vous voulez inscrire la présence du pavillon de Monaco à l’exposition universelle de Dubaï dans la relance économique de la principauté : mais en quoi cela va-t-il consister, concrètement ?

L’agenda que nous avons préparé pour ce pavillon peut aider à la relance économique de la principauté. Ainsi, la chambre monégasque de la mode viendra faire des conférences et des présentations, la mission pour la transition énergétique sera là aussi. La Compagnie monégasque de banque (CMB) organisera des conférences, Pauline Ducruet proposera un défilé de mode avec sa marque, les écoles seront là aussi, tout comme le centre cardio-thoracique, MonacoTech… Enfin, la Société des bains de mer (SBM) enverra des agents spécialisés dans l’hôtellerie et la restauration de luxe. Une entreprise monégasque de comptabilité et d’assistance juridique sera sur place pour faciliter les mises en relation. Si ces intervenants parviennent à sensibiliser leurs homologues à Dubaï, cela peut être positif. Car on peut faire le trajet Dubaï-Monaco en seulement six heures.

Comment chiffrer les retombées économiques de votre action à Dubaï, à l’occasion de cette exposition universelle ?

Monaco Inter Expo n’a pas les outils pour chiffrer les retombées économiques directes. En revanche, ce que je sais évaluer, ce sont les retombées en termes de promotion et d’image. En effet, je dispose des articles de presse réalisés sur Monaco dans le monde entier, tout comme des reportages réalisés par les chaînes de télévision qui sont venues.

En quoi cette exposition universelle à Dubaï est-elle particulière ?

Contrairement aux autres expositions internationales ou universelles, Dubaï s’attend à n’avoir que 30 % d’Emiratis pour 70 % de visiteurs venus du reste du monde. Alors qu’habituellement, et cela s’est vérifié à Milan et à Astana, nous avions 70 % de visiteurs issus du pays organisateur et 30 % venus du reste du monde. À Dubaï, ce chiffre est inversé, car ce pays est une plateforme internationale.

Sur place, comment les Dubaïotes conjuguent-ils la crise sanitaire et la mise en place de cette exposition universelle ?

Les Dubaïotes sont parfaitement parvenus à gérer la crise sanitaire et cette exposition universelle, puisque le chantier ne s’est jamais arrêté, sauf pendant trois mois, à partir de mars 2020. Mais c’était une période pendant laquelle le monde entier s’est retrouvé à l’arrêt. Après ce moment particulier, l’activité a repris, et depuis, elle n’a jamais cessé. Bien sûr, elle a parfois été un peu au ralenti, mais le travail s’est poursuivi. Il faut dire qu’ici, les gens se tiennent globalement bien. Grâce au respect des gestes barrières et du port du masque, il n’y a pas eu d’énormes clusters.

© Photo Marc Goodwin / Archmospheres

« Je ne sais pas encore s’il faudra vacciner 100 % de notre staff, j’attends encore des précisions. Mais s’il faut être vacciné pour pouvoir travailler au pavillon de Monaco, cela risque de provoquer quelques tracas »

Vous avez recruté 50 jeunes de Monaco et des communes limitrophes pour travailler sur ce pavillon monégasque ?

Ces 50 jeunes seront chargés d’accueillir les différentes délégations étrangères, afin de les guider à travers les différentes stations de notre pavillon. Ils devront aussi accompagner les délégations monégasques pour visiter d’autres pavillons étrangers. Nous avons aussi besoin de personnel pour tenir notre boutique d’articles et de cadeaux, mais également pour gérer notre cuisine et notre espace de restauration et de cocktail. Des coordinateurs devront gérer les demandes de visites pour notre pavillon. Enfin, nous avons aussi une zone technique à administrer, avec, par exemple, le fonctionnement de notre salle de projection : écrans, micros, éclairages…

Comment ces 50 jeunes ont-ils été formés ?

Leur formation sera rapide et se déroulera à Monaco. La direction du tourisme et des congrès (DTC) les formera sur le fonctionnement de la principauté et ses institutions. Alors que l’ouverture de notre pavillon aura lieu le 1er octobre 2021, ces jeunes partiront à Dubaï en deux vagues, les 15 et 17 septembre. Sur place, ils seront ensuite formés sur les stations et la scénographie du pavillon monégasque. Ils seront bien évidemment rémunérés.

Ces jeunes devront être vaccinés ?

Je ne sais pas encore s’il faudra vacciner 100 % de notre staff, j’attends encore des précisions. Mais s’il faut être vacciné pour pouvoir travailler au pavillon de Monaco, cela risque de provoquer quelques tracas. Sur ces 50 personnes de la principauté et des communes françaises limitrophes, beaucoup sont déjà vaccinés. Mais je sais aussi que certains sont totalement opposés à l’idée de se faire vacciner, pour des raisons personnelles. Pour ma part, je n’ai d’ailleurs pas souhaité imposer la vaccination à notre staff. Mais si Dubaï décide de rendre la vaccination obligatoire, nous serons alors obligés de nous adapter en conséquence.

Publié le

Monaco Hebdo