lundi 26 octobre 2020
Accueil Actualités Francesco Caroli : « On aura essayé jusqu’au bout »

Francesco Caroli :
« On aura essayé jusqu’au bout »

Publié le

La 25ème édition du salon Monte-Carlo Gastronomie qui devait se dérouler fin novembre 2020 a finalement été reportée à fin novembre 2021. Les explications du président-délégué de Caroli Com et organisateur du salon Monte-Carlo Gastronomie, Francesco Caroli.

Pourquoi avoir décidé d’annuler la 25ème édition du salon Monte-Carlo Gastronomie ?

La situation sanitaire ne permet pas d’organiser ce salon. Habituellement, nous avons environ 5 000 visiteurs par jour. Mais, à cause de la pandémie de Covid-19, on ne peut pas avoir plus de 400 personnes dans le chapiteau de Fontvieille en même temps, exposants et visiteurs compris. Comme il y a près de 200 exposants, il ne restait plus que 200 places pour les visiteurs.

Les conséquences ?

Cela limite la vente des produits pour nos exposants. De plus, cela crée un risque pour l’ensemble des personnes présentes. On ne peut pas se permettre de regrouper autant de public sous un chapiteau, dans un tel contexte.

Vous aviez réduit le nombre d’exposants ?

C’est la 25ème édition de Monte-Carlo Gastronomie, donc on voulait faire les choses en grand pour ce quart de siècle, avec un grand anniversaire. On ne voulait donc pas réduire le nombre d’exposants. Du coup, on a préféré reporter tout ça à fin novembre 2021, en espérant que la situation sanitaire se rétablisse. Et qu’on puisse ouvrir ce salon de façon stratosphérique.

Malgré tout, vous avez essayé d’organiser ce salon jusqu’au bout ?

Jusqu’à presque mi-septembre 2020, on aura essayé jusqu’au bout d’organiser Monte-Carlo Gastronomie. On a espéré que l’été nous porterait chance et que la situation sanitaire s’apaiserait. Mais en fait, pas du tout.

Vos exposants étaient motivés, malgré la pandémie de Covid-19 ?

Nos exposants étaient prêts à venir. Au vu des annulations des autres salons gastronomiques, ils ont beaucoup de stocks périssables à vendre. Du coup, il était important pour eux de venir à Monaco fin novembre.

Votre concours de cuisine amateur, Maestro Chef, a aussi été annulé ?

Oui, Maestro Chef est aussi reporté à fin novembre 2021. Nous devions lancer cette année Maestro Kids, un concours de cuisine amateur réservé aux enfants. Cette nouveauté est donc aussi décalée à 2021.

C’est aussi un coup dur pour les milliers de visiteurs de ce salon ?

Les visiteurs font ce salon de la gastronomie. Sans eux, ce n’est plus du tout convivial. Aucun événement n’est prêt à gérer cette crise, que ce soit pour la sécurité des exposants, des visiteurs. Surtout que nous sommes un salon où les gens mangent et boivent, ce qui signifie que le port du masque n’est, bien évidemment, pas toujours possible. On ne peut pas non plus demander aux visiteurs de rester assis. C’est un salon gastronomique, donc les gens déambulent forcément pour faire le tour de tous les exposants. Et puis, il y a du contact, les visiteurs touchent les produits pour les goûter. C’est un salon convivial, où les gens viennent passer du bon temps. On ne peut pas enfermer ou trop limiter la liberté des visiteurs, ce n’est pas l’esprit de ce salon.

Les exposants sont prêts à revenir fin novembre 2021 ?

On leur a déjà posé la question. Une grande majorité nous a déjà dit « oui ». Il faut dire que Monte-Carlo Gastronomie est une institution à Monaco. Et comme il s’agit de la 25ème édition, il y a un intérêt supplémentaire autour de ce salon.

Comment ont réagi les chefs qui devaient être présents ?

Les chefs étaient prêts à venir et à oublier cette crise sanitaire en fêtant cette 25ème édition de Monte-Carlo Gastronomie. Ils ont donc été très déçus. Tout le monde est déçu, moi le premier, de devoir décider de reporter ce salon à 2021. Que ce soit les chefs, que ce soit toute l’équipe du chapiteau, tout le monde est très déçu. Je crois aussi que la population monégasque est également déçue de ce report, mais aussi du report ou de l’annulation de beaucoup d’autres événements à Monaco. Que ce soit le cirque, la foire, le village de Noël… Ce sera un hiver 2020-2021 bien triste. Sachant que la principauté vit avec l’événementiel, dans une période où le tourisme est très faible, ces reports et ces annulations sont de bien mauvaises nouvelles.

Ce report à 2021, c’est aussi un coup dur financièrement ?

C’est embêtant. Car il y a un chiffre d’affaires qui disparaît. Heureusement, il y a eu le chômage total temporaire renforcé (CTTR), mais ce n’est pas une solution parfaite, car ce n’est pas suffisant. En effet, il faut aussi payer les loyers et les charges. C’est du manque à gagner pour tout le monde. Sans relance économique adéquate et égale pour tout le monde, ce sera difficile.

Et pour vos exposants ?

Nos exposants sont de petits artisans. S’ils ne vendent pas leurs produits, leurs stocks périment et ils doivent jeter. C’est donc de l’argent perdu. Je ne suis pas sûr que tous les petits artisans arrivent à survivre à cette crise sanitaire.

Vous êtes optimiste pour fin novembre 2021 ?

On était optimiste jusqu’en septembre. Donc je ne veux pas m’exprimer sur ce sujet. Aujourd’hui, personne ne sait. On pensait tous que le gros de la vague de Covid-19 était passé. Mais maintenant on entend parler d’une deuxième vague. C’est trop incertain. On ne peut pas se permettre de prendre des risques et de jouer avec la santé des gens.

Le travail a déjà commencé pour cette édition 2021 ?

Nous avons déjà commencé à nous mobiliser pour cette édition 2021 de Monte-Carlo Gastronomie. Ce sera une édition anniversaire pour laquelle nous préparons beaucoup de belles surprises, pour fêter nos 25 ans d’existence comme il se doit. On espère avoir un environnement joyeux et beaucoup moins pessimiste qu’aujourd’hui.

Publié le

Les plus lus

La fiction pour rire, malgré la réalité

Pour sa 17ème saison, Tout l’Art du Cinéma tente de nous faire oublier la morosité avec des œuvres qui veulent nous réconcilier avec la vie.

Des Miniatures à Nice

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!