Isabelle Russo :
« La prise de poids n’est pas systématique »

mois-sans-tabac-prise-poids

Comment ne pas grossir quand on arrête de fumer ?

Les conseils d’Isabelle Russo, diététicienne au Centre hospitalier princesse Grace.

En quoi l’apport d’une diététicienne est-il important dans l’arrêt du tabac ?

Nombreux sont ceux et celles qui reculent l’échéance de stopper le tabac, tant ils redoutent cette prise de poids qui est pour eux inévitable. La présence d’une diététicienne devient alors nécessaire pour rassurer le patient et mettre fin à toutes les idées reçues.

Quels sont les liens entre le tabac et le poids ?

En moyenne, les fumeurs ont un poids inférieur de 2,8 kg pour l’homme et de 3,8 kg pour la femme, à celui qu’ils auraient en ne fumant pas. La nicotine augmente les dépenses énergétiques de 300 calories par jour et peut diminuer l’appétit. Cette inquiétude face à la prise de poids peut devenir un frein majeur à l’arrêt du tabac, voire même les raisons d’une reprise.

La prise de poids est-elle obligatoire ?

La prise de poids n’est pourtant pas systématique, voire peu présente quand le sevrage s’appuie sur des substituts nicotiniques adaptés dans le dosage. Cette prise de poids éventuelle s’explique par l’absence de substituts nicotinique. Et ce manque est donc comblé par du grignotage, en général sucré, car plus facile d’accès à toutes heures de la journée.

Pourquoi dit-on que le tabac coupe la faim ?

La nicotine freine l’appétit, diminue la sensation de faim en réduisant les contractions gastriques et en élevant rapidement la glycémie.

Comment diminuer les fringales ?

Le grignotage n’est pas banni, mais il doit être bien choisi. Il faut préférer une dizaine d’oléagineux, un fruit de type pomme, long à la mastication, et une boisson sans sucre : thé, infusion, ou potage. Les substituts nicotiniques, sous forme de gommes ou de pastilles, jouent un véritable rôle dans la prévention de ces fringales.

Que proposez-vous à quelqu’un qui veut arrêter de fumer ?

Lors de la première consultation pluridisciplinaire, un rendez-vous en individuel est proposé à tous les patients, afin d’établir un bilan nutritionnel personnalisé. Si nécessaire, un rééquilibrage alimentaire sera mis en place, mais jamais de programmes restrictifs, jugés inefficaces et trop anxiogènes.

Combien de temps dure une consultation ?

Les consultations durent entre 30 minutes à 1 heure. Pendant celle-ci, on rentre dans le détail des menus, des choix d’aliments, et de la relation émotionnelle liée à la prise alimentaire. On prend aussi en compte la vie sociale. Un programme diététique doit toujours être au plus proche des habitudes de vie du patient. Les programmes diététiques donnent des résultats encore plus probants si le patient s’inclut dans un suivi avec le pneumologue et la psychologue.

isabelle-russo-dieteticienne-chpg

«  Si nécessaire, un rééquilibrage alimentaire

sera mis en place, mais jamais de programmes restrictifs, jugés inefficaces et trop anxiogènes  »

Le suivi est très important ?

Ce suivi régulier est primordial. C’est pourquoi nous invitons les patients à prendre un rendez-vous toutes les deux semaines à un mois. Le patient peut choisir de venir en consultation pendant cet arrêt du tabac, ou quelques mois après.

Quel rôle peut jouer le sport ?

L’activité physique est un atout supplémentaire pour reprendre conscience de son corps. Mais il est parfois difficile pour ces femmes qui ont un sentiment de culpabilité écrasant à l’idée de devoir dégager du temps pour elles. Pourtant le sport est une excellente thérapie à l’arrêt du tabac et au maintien du poids.

Quels sports faut-il privilégier ?

Il n’y a pas un sport idéal. Il faut simplement pratiquer une activité dans laquelle le patient va s’épanouir.

En ce qui concerne la diététique, quelles sont les nouvelles approches qui vous semblent les plus intéressantes ?

Il n’y a pas une diététique révolutionnaire, mais une prise en charge personnalisée, et globale, c’est-à-dire diététique, psychologique, médicale, et sportive. Il faut aussi prévoir un suivi, sans limite dans le temps. Chacun doit trouver son rythme pour l’arrêt de tabac et pour modifier ses habitudes alimentaires.