Questionnaire sur la qualité de vie : les résultats rendus publics fin novembre

qualité de vie consultation monegasques

Quarante questions. C’est le contenu du

questionnaire sur la qualité de vie envoyé à 7000 Monégasques

par les élus du Conseil national.

Objectif de cette grande première en principauté : recueillir le plus précisément possible le sentiment de la population. Sur la page Facebook du Conseil national, le questionnaire est également disponible à l’attention des résidents de la principauté et des salariés qui viennent chaque jour travailler à Monaco. Derrière cette initiative, on trouve la majorité Priorité Monaco (Primo !) du Conseil national. On se souvient d’ailleurs que Primo ! et Jean-Louis Grinda ont voté contre la ligne budgétaire sur les grands travaux, mettant en avant la baisse de la qualité de vie ressentie par les Monégasques et les résidents. « Je soutiens Stéphane Valeri dans cette démarche. Mais le résultat du sondage, on le connaît déjà… », avait lancé l’élu Union Monégasque (UM), Jean-Louis Grinda, le 20 septembre 2019, lors de sa conférence de presse de rentrée. Du côté d’Horizon Monaco (HM), Béatrice Fresko-Rolfo et Jacques Rit ont validé le principe de cette consultation, même s’ils ont été les seuls à voter cette ligne budgétaire sur les grands travaux. Le résultat de cette étude, dont le traitement a été confié à l’institut BVA, sera rendu public fin novembre 2019 et servira aux élus à faire remonter auprès du gouvernement les doléances de la population locale.

Résultats

Les résultats seront traités de façon anonyme, et les Monégasques peuvent renvoyer de façon gratuite leur questionnaire. Interrogé par Monaco Hebdo le 22 octobre 2019 (lire son interview publiée dans Monaco Hebdo n° 1125), le président du Conseil national, Stéphane Valeri, nous a indiqué que « les chiffres de participation de nos compatriotes à la consultation papier, qui nous parviennent déjà de la part de l’institut BVA, sont très encourageants. Il y avait une vraie attente de la population ». Assurant qu’il ne s’agit pas d’utiliser les réponses à ce questionnaire pour faire pression sur le gouvernement, Stéphane Valeri s’est fixé comme objectif de « trouver des solutions rapides et perceptibles par tous, notamment en ce qui concerne la lutte contre le bruit, une gestion enfin coordonnée et performante des travaux de voirie, le phasage des chantiers qui ne doivent plus être autorisés dans des quartiers déjà saturés de travaux, et la création finalement d’un véritable modèle monégasque exemplaire en matière de gestion de chantiers. Nous avons tous les atouts pour y parvenir : un prix de vente au m2 parmi les plus élevés du monde avec des plus-values potentielles très fortes, qui donnent les moyens aux promoteurs sur les chantiers privés d’utiliser les techniques les plus innovantes pour la protection des riverains. »