AS Monaco : points de vue d’experts

Pascallel Piacka
-

Le duo Ben Yedder et Slimani semble indispensable au sein du onze de Leonardo Jardim. Avec cinq passes décisives en huit matches, Slimani est le meilleur passeur en Ligue 1. L’ASM dispose d’une attaque performante, d’un milieu de terrain redynamisé, et d’une défense à reconstruire. Dans ces conditions, Monaco peut-il finir dans les trois premiers en fin de saison ? Avis d’experts.

dave-appadoo-as-monaco

Dave Appadoo, journaliste à France Football et sur la chaîne L’Équipe

« Le salut de Monaco passera par le terrain »

La stratégie

« Le groupe a du talent, avec Ben Yedder, Slimani, Fabregas, Golovin, Bakayoko, et Gelson Martins. Donc les dirigeants affichent leur ambition de podium. Ils cherchent à mobiliser l’ensemble du club. Ils veulent créer un esprit de corps et de solidarité en interne. Ces deux dernières saisons le projet monégasque a été bouleversé. Et j’avais l’impression que Jardim avait perdu la main. Certains joueurs ne supportaient plus ses séances d’entraînement. Depuis, le technicien portugais s’est beaucoup remis en question. »

La communication

« La sortie médiatique d’Oleg Petrov dans les colonnes de Sport-Express me laisse perplexe. Ce n’est pas la faute des journalistes. L’ASM n’a pas eu besoin de nous pour être relégable en début de saison. L’an dernier, le club a joué le maintien jusqu’à la dernière journée. Ce n’est pas une invention. C’est une réalité. Le vice-président utilise d’anciennes méthodes. En temps de crise, ce sont de vieilles ficelles que de pointer du doigt les médias. Toutes les équipes ont recours à cette communication. Ce n’est pas nécessaire d’y accorder de l’importance. Le salut de Monaco passera par le terrain. »

L’effectif

« Jardim a entièrement revu son système. Les problèmes venaient de la défense centrale, et du milieu de terrain récupérateur. Cesc Fabregas avait beaucoup de mal à la récupération. Depuis le match face à Nice, Jardim a fait des choix forts. Là, face à Brest, il a mis en place une défense à trois. Et le technicien portugais a placé Aleksandr Golovin au cœur du jeu. Le duo d’attaquants Ben Yedder et Slimani, c’est la satisfaction du début de saison. C’est un tandem incroyable. Sur le côté droit, Gelson Martins en piston c’est une trouvaille du coach portugais. Il a le volume et la capacité physique pour remplir ce rôle. Tiémoué Bakayoko est en forme. On le retrouve au niveau qui était le sien en 2017. Il a solidifié le milieu de terrain. Il apporte sa masse athlétique. Jardim a sauvé son poste sur ses choix. Il a stabilisé son groupe. L’équipe alignée face à Brest va être difficile à battre. »

L’avenir

« Je me suis exprimé dans l’émission L’Équipe du Soir. Je pense qu’Angers et Nantes vont descendre du podium. Ces équipes ne feront pas une pleine saison jusqu’en mai 2020. Il y a des incertitudes sur Lyon et Marseille. Mais je pense que Monaco va jouer les places européennes. »

david-berger-as-monaco

David Berger, commentateur et journaliste sur Canal+

« L’AS Monaco a fini de manger son pain noir »

La stratégie

« Oleg Petrov vise le podium. C’est normal. Je n’imaginais pas un autre discours. Au vu des sommes dépensées, Monaco n’est pas un club qui peut se contenter de jouer le maintien. Il ne faut pas juger en regardant la saison dernière. Évidemment que les ambitions doivent être élevées. Les recrues expérimentées sont façonnées pour jouer l’Europe. C’est logique de chercher à rivaliser avec Lyon, Marseille et Lille. En revanche, je trouve négatif d’annoncer un classement. C’est une forme d’utopie. »

La communication

« Depuis un an, il y a des décisions surprenantes. Je pense au départ d’Henry et au retour de Jardim. Monaco, c’est un club à part. Pour les observateurs, ça paraît même être une nébuleuse. C’est assez flou. L’interview d’Oleg Petrov, à Sport-Express renvoie la faute aux autres. C’est une communication qui repousse la pression sur l’extérieur. Une sorte de chasse aux sorcières aurait été entreprise contre Jardim par les médias et un scénario catastrophe aurait été envisagé pour cette saison. En réalité le message est simple : le club réclame du calme. Les dirigeants pensent ne pas être aimés. Visiblement, il y a une cassure avec la presse. Ce n’est pas la première fois qu’un club en situation difficile réagit ainsi. Récemment, à Saint-Étienne, la consigne a été donnée de ne plus s’adresser à la presse. À Monaco, il devrait y avoir un porte-parole qui s’adresse à la presse. Le club doit garder ses ambitions. Mais il ne faut plus se mettre de pression. Ça ne sert à rien. On est à 1/5ème du championnat. Donc la communication du club doit être minimaliste. Il reste encore beaucoup de journées. »

L’effectif

« La direction a investi plus de 140 millions d’euros. Et les premiers matches ont apporté des interrogations. Mais je reste optimiste. Le symbole, c’est Aleksandr Golovin. À son arrivée, c’était la grande star, mais il n’a pas confirmé. Aujourd’hui, il retrouve la forme. Face à Nice, il a fait un match génial. En revanche, on peut pointer la défense du doigt. Glik et Jemerson sont encore traumatisés par la saison dernière. En situation de crise, c’est toujours la défense qui est fébrile. Heureusement, il y a le gardien Benjamin Lecomte. C’est l’un des meilleurs français. Devant, les arrivées de Ben Yedder et de Slimani ont apporté une stabilité. Offensivement, les places vont être chères. Mais le salut des Monégasques viendra de ce secteur. Maintenant, Jardim doit soigner les plaies de l’an passé. Il doit trouver les bonnes tactiques. Je pense qu’il est en train d’y parvenir. Il remet un peu d’ordre. Mais il n’est pas encore sauvé. Avec un tel effectif, il est impossible de se louper. Sur le papier, c’est une belle équipe. Seul point négatif : le nombre de joueurs sous contrat. Environ 70 joueurs, c’est effarant. C’est une grosse erreur. Ça reflète le flou qui a pu régner dans la politique du club. Des jeunes de talents ont été mis dans le club satellite du Cercle Bruges. Certains n’ont jamais eu leur chance. Pourquoi les dirigeants ont-ils fait signer autant de jeunes sans garantie de temps de jeu ? »

L’avenir

« Monaco attendait une victoire depuis mai 2019. Elle est arrivée contre Nice fin septembre. On a vu émerger des talents qu’on attendait depuis longtemps. Je pense à Aleksandr Golovin. Il y a ensuite eu le succès contre Brest. À mon avis, c’est le début d’une série. La manière importe peu. Il faut un enchaînement de victoires. Tout est une question mentale. La saison de Monaco est lancée. Je pense que l’équipe a trouvé une âme. De nouveau, il y a un esprit de groupe. L’AS Monaco a fini de manger son pain noir. Les concurrents directs marquent le pas. D’ici un mois, l’ASM sera dans la première partie de tableau. C’est-à-dire dans les 7 premiers. Monaco restera un candidat pour l’Europe. Je les vois finir dans le Top 5. »

julien-brun-as-monaco

Julien Brun, consultant Ligue 1 sur BeIN SPORTS

« Il n’y a pas eu de tourbillon médiatique contre l’AS Monaco »

La stratégie

« En 2011, à l’arrivée de Dmitri Rybolovlev, il y a eu de gros investissements. Il y a eu la stratégie du “trading” de jeunes joueurs. C’était un nouveau modèle. Là on est sur des options moins lisibles. La stratégie est moins marquée. Pourtant l’idée du “trading” demeure. C’est aussi la stratégie d’autres clubs de Ligue 1 (L1). Mais en janvier 2019, l’ASM est allée chercher Cesc Fabregas, ce qui constitue une petite rupture avec leur stratégie initiale. Monaco a aussi recruté Wissam Ben Yedder pendant l’été 2019. Visiblement, les dirigeants ont décidé de revenir sur un projet classique de club. Et Oleg Petrov vise le podium. Je ne pense pas qu’il fasse preuve d’arrogance. Au vu de son effectif renouvelé, c’est assez réaliste. Le vice-président ne pouvait pas tenir un autre discours. »

La communication

« Avec le début de saison chaotique, les dirigeants se sont posé des questions. C’est normal. Oui, Jardim a été en difficulté. Mais ce n’est pas un débutant. Il connaît les règles du jeu. Il a d’ailleurs remplacé Thierry Henry en janvier 2019. Évidemment, sa situation n’a pas été facile à vivre. Ces derniers jours, les dirigeants ont changé de discours pour l’adapter à la réalité. L’interview d’Oleg Petrov dans Sport-Express donne l’impression d’une paranoïa. Dans le foot, tout est démultiplié. Il y a une pression médiatique qui s’ajoute à celle des supporters. Les dirigeants sont au milieu d’un ouragan d’émotion. D’où des réactions qui sont parfois disproportionnées… Au fond, il n’y a pas eu de tourbillon médiatique contre l’AS Monaco. Bien sûr, des rumeurs sur le départ de Jardim ont circulé, ce qui était normal au vu de la position sportive du club. Autrefois, Vadim Vasilyev avait compris comment agir en situation de crise. Il avait vite assimilé les codes. C’était un démineur exceptionnel. Récemment, Vincent Duluc a fait un éditorial dans L’Équipe sur Lyon. Et Jean-Michel Aulas, président de l’Olympique Lyonnais (OL), l’a vécu comme une attaque personnelle. Il a répondu par une succession de tweets terribles. »

L’effectif

« Monaco a de très bons joueurs. Mais je me pose la question de l’homogénéité de l’équipe. Sur certains postes, ça va être compliqué toute la saison. Derrière, c’est un peu flou. Et il y a eu peu d’investissement dans ce secteur. Subasic est un bon gardien. Mais l’après mondial a été difficile. Il y a eu une cassure. C’est bien d’avoir recruté Lecomte, mais il va lui falloir un temps d’adaptation. Du côté de la défense centrale, c’est plus critique. Jardim maintient sa confiance à Glik et à Jemerson qui sont des joueurs qui ont gagné ensemble. C’est difficile de se séparer de ces joueurs là. Peut-être qu’avec une défense à trois le Portugais a trouvé une solution stable. Au milieu, Golovin et Fabregas sont d’excellents joueurs. En attaque, c’est très performant. Le duo Ben Yedder et Slimani, ça fonctionne. Quant à Onyekuru, Baldé, et Augustin, ils apportent des garanties offensives sur le banc. »

L’avenir

« Je n’aime pas faire de pronostic. Visiblement la machine a redémarré. La victoire face à Nice a marqué les esprits, même si tout n’a pas été parfait. Mais les Monégasques se sont imposés avec la manière (3-1). Ça a été un match « référence ». La victoire sur les Brestois a été dans la continuité. Ils sont allés chercher ces deux succés. D’une certaine façon, le début saison a été un accident. Le prochain match sera à Montpellier, le 5 octobre. La formation montpelliéraine manque de stabilité, mais à domicile, ils sont très bons. En revanche, à l’extérieur, c’est plus compliqué pour eux. Ça sera donc un bon test pour les Monégasques, car la défense montpelliéraine est hermétique. En revanche, son attaque ne marque pas beaucoup, avec seulement 6 buts inscrits depuis le début de cette saison 2019-2020. La clé du match résidera dans l’entame de la rencontre. Pour Monaco, viser le podium est un objectif raisonnable, mais l’atteindre sera une vraie réussite. Surtout qu’il ne faut pas oublier les équipes concurrentes. Lyon, Lille, et Marseille ont aussi des ambitions. »

journalistPascallel Piacka