Quand Monaco s’exporte en Afrique

La Rédaction
-
Vincent Lozza

Vincent Lozza présentant la délégation des entrepreneurs monégasques au Président de la République Malienne et au Prince Albert II. © Photo Alain Benainous/Allpix

En marge du voyage princier en Afrique de l’Ouest, des sociétés monégasques ont accentué leur présence au Mali et au Burkina Faso.

Par Romain Chardan.

Alors que le prince Albert s’est rendu en Afrique, du 13 au 17 février, afin, principalement, d’y ratifier un accord cadre de coopération (voir encadré), plusieurs sociétés monégasques étaient du voyage. Toutes membres de la Chambre de développement économique (CDE) de Monaco, elles ont pu ainsi signer des contrats commerciaux qui vont leur permettre d’y développer leur activité.

Huit accords fermes ou en cours de finalisation
Vincent Lozza, directeur général du service développement et services aux adhérents de la CDE, se montre très satisfait de ce séjour en terres africaines. « Le bilan est extrêmement bon, et je reprends ici les termes des chefs d’entreprises qui ont fait le voyage », nous annonce-t-il. Sans donner pour autant de retombées chiffrées. Cette mission économique avait pour but de permettre à des entreprises de nouer des contacts afin de renforcer leur présence sur place. Plusieurs accords sont déjà signés, quand les autres « sont en cours de contractualisation », comme le confirme Vincent Lozza. Parmi les accords finalisés, Monaco Resources Group, société spécialisée dans les secteurs des métaux et minéraux, l’agriculture et l’énergie, a signé deux permis de recherche dans le fer au Mali et créé un bureau de représentation à Bamako. Es-Ko, un des leaders mondiaux de services de soutien logistique, a ouvert une antenne au Mali, qui axera son travail sur le transport et le stockage de vivres. Par ailleurs, à court terme, grâce aux acquisitions prochaines de terrains agricoles, une autre entreprise monégasque, Savent Brokers, pourra s’adonner à la culture et à la production de maïs au Mali. A noter également l’implantation de la société d’assurances Ascoma Jutheau & Husson, qui devrait développer deux filiales, une sur Bamako, l’autre sur Ouagadougou. Quant à Mercure International of Monaco, le groupe du Monégasque Adnan Houdrouge devrait ouvrir un centre commercial de 20?000 m2 à Bamako. Un déplacement est d’ailleurs prévu dans les prochaines semaines pour mener à bien ce projet.

Un impact d’image conséquent
En Afrique, c’est le Team Monaco qui s’est déplacé. Ce qui a facilité la concrétisation des projets. Vincent Lozza, qui a longtemps travaillé sur cette mission économique, l’assure?: « Il est clair que d’organiser cette mission en accompagnant le prince Albert nous a permis de rencontrer les politiques du pays plus facilement », précise-t-il. « Les retombées médiatiques sont également plus fortes que dans le cadre d’un pur voyage d’affaires entre businessmen », continue-t-il. Le bon déroulé de cette mission, et les accords qui en ont résulté ont ainsi permis de renforcer un peu plus les liens qui unissent l’Afrique à la Principauté. Au cours de la conférence mensuelle du gouvernement, le 28 février, José Badia, conseiller pour les relations extérieures a d’ailleurs précisé que « le continent africain est déjà le premier partenaire de Monaco à l’export, hors Europe, avec plus de 100 millions d’euros en 2010 ».

Une coopération renforcée
Lors de son voyage au Mali, le prince Albert a paraphé un avenant à l’accord-cadre de coopération. Objectif?: faciliter la délivrance de visas et prévoir des exonérations de droits de taxes en ce qui concerne personnel et matériel. Par ailleurs, un autre accord (de non double imposition) a été signé afin de prévenir l’évasion fiscale en matière d’impôt sur le revenu.

journalistLa Rédaction