Du Bob au Bac

La Rédaction
-
Rudy et Jeremy

© Photo Monaco Hebdo.

Tout juste revenus d’Innsbruck, avec une médaille olympique de bronze en poche, les jeunes bobeurs monégasques ont repris le chemin du lycée. Une année charnière pour eux, tant au niveau sportif que scolaire.

Par Romain Chardan.

«Il y a encore un an, on ne faisait pas de bobsleigh ». Rudy et Jérémy, les jeunes Monégasques, troisièmes aux Jeux olympiques de la jeunesse en bob à deux, font figure de surdoués. C’est chez Rudy que tout a commencé. « J’ai découvert ce sport quand j’avais 14-15 ans, mon frère était pilote, et ça m’a donné envie ». Il lui aura fallu attendre quelques temps, mais le jeune pilote a finalement suivi la même piste que son aîné. Le déclic fut différent pour Jérémy, le « breaker » (partenaire qui freine). « Je regardais pas mal de vidéos, j’aimais bien ça, mais c’est Rudy qui m’a convaincu de me lancer dans l’aventure ». Les deux compères se sont alors engagés ensemble sur les pistes sinueuses de ce sport de glisse. Sans avoir de contacts avec les professionnels de la Principauté, ces deux lycéens ont commencé l’entrainement ensemble voilà un an. Avec l’aide de leurs deux entraîneurs, ils ont appris les bases du sport, ainsi que les secrets de sa préparation. « On s’entraîne deux à trois fois par semaine sur le plan physique », explique Rudy. « C’est la partie principale de notre préparation », complète Jérémy. A l’image des sportifs de haut niveau des catégories séniors, le physique est important. « On bosse essentiellement sur la vitesse et l’explosivité, c’est surtout ça qui est important pour la poussée », commente Rudy.

Une complicité sans limite
Devenus de proches amis depuis trois ans maintenant, ils ont développé une complicité sans faille. C’est d’ailleurs, selon eux, l’un des points essentiels de leur réussite aux JOJ. « On a la chance de ne pas avoir à se parler pour se comprendre », précise Jérémy. Un atout, notamment au moment de cette fameuse poussée de départ, d’après Rudy. « Quand on se lance, on est totalement synchrones, ce qui nous fait gagner du temps ». Souriant et chambreurs dans la vie, ils changent cependant du tout au tout dès lors que la compétition se lance. « Rudy a une capacité à se concentrer instantanément qui est incroyable », explique Jérémy. Son compère lui rend la pareille dans l’instant, « Jérémy n’est pas une bête physique par rapport aux autres qu’on a pu voir, mais son côté nerveux lui donne un force incroyable à la poussée ». Des comportements qui auraient tendance à s’échanger dans la vie de tous les jours, d’après eux. Ce lien qui les unit va les mener jusqu’au Bac, eux qui sont dans la même classe. L’obtention du diplôme est une condition sine qua non à la suite de leur carrière de bobeurs. « On a raté pas mal de cours, ce sera dur, mais on va faire le nécessaire, on aimerait bien continuer », confirment les deux acolytes. La confiance qui les habite les incite à aller plus loin –« on a commencé ensemble, on a de bons résultats, on continuera ensemble »–, et pourrait les amener à la Coupe des Amériques en mars prochain.

journalistLa Rédaction