L’AS Monaco attend son sauveur

Adrien Paredes
-
Marco Simone

Marco Simone © Photo ASM-FC

Le club de la Principauté a encore perdu, vendredi 2 décembre, face à Metz. En coulisses, les discussions pour le rachat du club entre le prince et le milliardaire russe Dmitry Rybolovlev devraient aboutir incessamment sous peu.

«Je n’ai pas de scoop à vous donner pour le moment mais on travaille sur le devenir de cette équipe ». L’avenir de l’AS Monaco demeure pour l’instant suspendu aux propos tenus par le prince Albert II sur l’antenne de Radio Monaco, le 5 décembre dernier. Albert II a rencontré, le même jour, le milliardaire russe Dmitry Rybolovlev pour évoquer une entrée de ce dernier dans le capital du club. Pour en savoir plus, il faudra attendre son retour de Durban (Afrique du Sud), où il assiste à la conférence de l’ONU sur le climat. En tous cas, le financement de l’ASM nourrit les conversations en ville et dans les institutions. « Si on continue dans cette voie, il n’y aura pas de solution pour l’ASM. Il faut trouver un autre système de financement. Notre souhait c’est qu’il y ait une participation de sponsors privés solides financièrement et qui aient une attache particulière à la principauté. Au risque qu’il y ait une perte de liberté dans la gestion des affaires du club », a déclaré le président du conseil national, Jean-François Robillon en conférence de presse. Chaque jour qui passe, Dmitry Rybolovlev se rapproche un peu plus d’un rachat du club. Selon nos informations, une audition par la Direction nationale du contrôle de gestion (DNCG) de la Ligue de football professionnel (LFP) était prévue début décembre. Il s’agissait d’une procédure dite de routine, concernant les comptes de clubs tant de Ligue 1 que de Ligue 2. Mais il semblerait que la rencontre ait été repoussée à la mi-décembre. Un signe?? Pour entourer le milliardaire, Jean-Marc Goiran est toujours dans les starting-blocks tandis que nos confrères de Nice-Matin évoquent un autre nom « en balance »?: Maurice Cohen, qui fut président du rival, l’OGC Nice durant huit ans.

Un bol d’air le 10 décembre

Sur le plan sportif, l’AS Monaco jouera, ce samedi en Coupe de France, contre une équipe à sa portée?: le FC La Tour St-Clair, qui évolue en Division d’honneur (sixième division). Les Rouge et Blanc remporteront peut-être cette troisième victoire en match officiel (coupes et championnat) qu’il était inutile d’espérer vendredi dernier face à Metz, pour la seizième journée de Ligue 2. Devant des supporters en colère, les Monégasques ont perdu 2-0 et affiché un niveau de jeu indigent. Une fois de plus, le collectif a sombré sur la pelouse du Louis-II. Après douze minutes de jeu, Duhamel, bien qu’entouré par trois défenseurs de l’ASM, s’élevait plus haut que tout le monde et envoyait de la tête le ballon dans les cages de Carrasso. C’est également d’une tête que Bouby crucifiait Monaco à la 66ème minute. « On a dégagé de l’impuissance physique. Les Messins ont été plus présents que nous. Je n’ai rien dit aux joueurs. Une petite claque sur la tête, c’est la seule chose que j’ai trouvé à faire pour les soutenir. Je ne crois pas que ce soit le moment de tirer sur les joueurs. Je sais combien ils souffrent. Les jeunes n’ont pas encore le niveau physique pour faire face à la L2. Ils ont beaucoup de qualités mais pas la force physique. Les anciens ont perdu la confiance, ça complique la situation », a déclaré l’entraîneur Marco Simone après la rencontre.

journalistAdrien Paredes