Chômage?: comment rebondir??

Milena Radoman
-
formation professionnelle

© Photo DR.

Pour transformer la galère en opportunité, les demandeurs d’emploi à Monaco peuvent miser, depuis deux ans, sur la formation professionnelle. Bilan.

Avec 630 demandeurs d’em-ploi inscrits à la main d’œuvre –résidant en principauté–, Monaco est en situation de quasi plein emploi. Une situation assez exceptionnelle dans le contexte de crise actuel pour être relevée. Pour autant, personne n’est à l’abri d’être un jour au chômage. Pour « rebondir dans la vie active », le gouvernement a donc axé son effort depuis deux ans sur la formation professionnelle. Lors de la dernière conférence de presse du gouvernement, le 8 novembre, le conseiller pour les affaires sociales Stéphane Valeri a dressé le bilan des programmes de formation individuels et collectifs proposés aux demandeurs d’emploi. L’objectif est clair. Il s’agit de permettre aux chômeurs d’acquérir de nouvelles compétences linguistiques ou professionnelles. « Cela permet de satisfaire au mieux les entreprises en leur proposant des candidats répondant à leurs exigences », souligne Stéphane Valeri. En 2011, 40 personnes ont ainsi suivi des cours d’anglais, 18 d’informatique. Tandis que 16 demandeurs d’emploi, ayant un projet professionnel bien précis, ont vu financer leur formation ou leur diplôme. Ce qui leur a permis, par exemple, de passer le concours d’auxiliaire de puériculture, de CAP cuisine ou de suivre la formation de coordinateur sécurité.

« Ne pas perdre confiance en soi »

Bien entendu, être au chômage, c’est surtout « une phase d’inactivité difficile à vivre, a rappelé Stéphane Valeri. Le plus dur est de ne pas perdre confiance en soi. » Et de ne pas se couper du monde. C’est pourquoi le service de l’emploi a mis en place des formations collectives?: « Il s’agit de permettre au demandeur d’emploi de rencontrer d’autres personnes confrontées à la même situation et donc de créer une dynamique et une émulation par le groupe. » Cette année, une cinquantaine de personne ont testé ces réunions de groupes — bien connues par le Pôle emploi français — (bilan de compétence, ateliers CV/entretien d’embauche/Estime de soi).

Secteur bancaire

Mais ce sont sans doute les « formations métiers » qui remportent le plus de succès auprès des entreprises de la place. « Par exemple 100 % des assistantes administratives et comptables formées (soit 5, N.D.L.R.) ont été placées en 2010 », se réjouit Stéphane Valeri. Autre satisfecit côté formation professionnelle?: le diplôme option place bancaire monégasque. « Depuis la première formation en 2007, 57 jeunes ont suivi ce cursus et près de 80 % des jeunes diplômés travaillent actuellement dans des banques ou sociétés de gestion de la place », assure le conseiller. Quant à la nouvelle promo, elle paraît bien lotie malgré un contexte économique morose?: 10 jeunes ont été intégrés dans les banques monégasques.

44 jeunes diplômés « placés »
Selon le gouvernement, avec la signature de 82 accords « Etat/Entreprises », 44 jeunes diplômés ont été « placés » par la commission d’insertion des jeunes diplômés, créée l’an passé. 8 dans la fonction publique et 36 dans le privé. Soit à la Single Buoy Moorings (5), à la Société des bains de mer (5), chez Monaco Telecom (4), Ascoma Jutheau et Husson (3) et chez KPMG (2).

journalistMilena Radoman