Le charme caché des bretonnismes

La Rédaction
-

Plusieurs livres le concernant devaient arriver sous peu en librairie. Leur parution est aujourd’hui suspendue, dont celle de Docteur Strauss et Mister Kahn, de Philippe Martinat. Par charité chrétienne, nous tairons le nom des deux confrères qui, téléguidés par les communicants de DSK, avaient passé beaucoup de temps à écrire chacun dans leur coin une biographie du grand homme. Ces deux hagiographies pointaient suffisamment de – très – petits défauts chez l’ex-directeur du FMI pour que le bon peuple pût les croire relevant du grand journalisme indépendant. Si vous avez dans votre entourage des hétérosexuels rêvant de pimenter un brin leur vie affective, offrez-leur Ticket d’entrée (Grasset), de Joseph Macé-Scaron. Dans ce roman à très grosses clefs, l’auteur raconte en fait sa vie, entre sa direction du Figaro Magazine et ses consommations dans tous les bordels gays de Barcelone et du Marais, le quartier des garçons parisiens. Le livre commence par une scène où le journaliste subit une méchante prise de son amant, champion de lutte à l’huile aux Gay games?! L’intrigue reste banale mais sa portée ethnologique n’est pas à négliger?: Monsieur Macé-Scaron aura permis à nombre de critiques de découvrir la grande facilité de la drague homo. Ils en ressortent, comme Bernard Pivot dans sa chronique du Journal du dimanche, fascinés et même un brin jaloux. Dans un autre registre, signalons un succès d’édition surprenant?: 150?000 exemplaires vendus en quelques mois de Les Bretonnismes (Skol Vreizh). L’auteur, Hervé Lossec, y recense les expressions françaises nées du breton. Comme « il est bu » façon pudique de dire que quelqu’un est saoul. Ou « la porte est clétée », qui signifie qu’elle est fermée à clef. A emporter pour vos vacances dans cette étrange contrée de Bretagne.

journalistLa Rédaction